La Palestine divise les dirigeants arabes

C’est dans la confusion et la désunion que les pays arabes vont se réunir demain à Doha, la capitale du Q

jeudi 15 janvier 2009

C’est dans la confusion et la désunion que les pays arabes vont se réunir demain à Doha, la capitale du Qatar. L’appel à un sommet extraordinaire pour discuter de la situation dans la bande de Gaza a été lancé par le Qatar.

Deux poids lourds de la Ligue arabe, l’Egypte et l’Arabie saoudite, ont proposé de traiter la question palestinienne en marge d’un sommet arabe économique qu’abritera la capitale koweïtienne le 19 janvier. Une façon d’opposer une fin de non-recevoir à la proposition du Qatar. Hier à la mi-journée, le quorum a été atteint après l’acceptation par les Emirats arabes unis de participer au sommet de Doha. C’est donc au forceps que les Arabes vont se réunir demain dans la capitale du Qatar. Car les divergences sont telles que même la dernière cause qui, auparavant, pouvait unir les pays arabes, n’a plus cet effet. Pis, la cause palestinienne est devenue une pomme de discorde. Car les temps ont changé. Le monde arabe est scindé en deux pôles : un axe de pays qualifiés de modérés. L’Egypte, l’Arabie saoudite, la Jordanie et même l’Autorité palestinienne, d’un côté, et un groupe de pays qui se distinguent par leur refus de toute concession en faveur d’Israël, de l’autre. La Syrie, le Yémen et le Soudan, auxquels viennent se joindre l’Algérie et la Libye, peuvent être considérés comme les tenants de la ligne de fermeté à l’égard des Israéliens.

Source : Le jeune indépendant

Publicité

commentaires