L’existence des Anges

L’existence des anges et la croyance en eux s’inscrivent au nombre des articles de foi au même titre que

par

mercredi 27 février 2002

L’existence des anges et la croyance en eux s’inscrivent au nombre des articles de foi au même titre que le Jour dernier, le Livre, les prophètes... Trois textes coraniques le rappellent :

Nous devons à un Hadith la nature des anges : ils sont créés de lumière (nûr). Le Coran nous apprend qu’ils sont ailés :

Nous savons également qu’ils sont purs, immortels et n’enfantent pas. Leur qualité fondamentale est l’obéissance à Dieu ; ils n’agissent que sur son ordre. Tous célèbrent Ses louanges et Sa gloire en permanence, sans se lasser. Nous citerons quelques versets parmi tant d’autres qui se réfèrent à la perfection des anges :

Des noms propres sont attribués à certains anges. Le Coran en mentionne quelques-uns et définit leur fonction. Gabriel (Jibrîl) revient trois fois dans le Livre sacré et Michel (Mikaël), qui a la haute main sur les forces de la nature, est cité une seule fois :

Gabriel est également identifié dans le Coran avec l’Esprit fidèle (ruh al-amîn) :

C’était Gabriel qui portait aux prophètes la Parole de Dieu. La fonction qui lui était attribuée explique l’unité du Coran et des messages antérieurs :

Dieu a envoyé Gabriel pour annoncer à Marie la naissance de Jésus et pour assister ce dernier dans sa mission :

Nous remarquerons que les anges sont appelés ’envoyés’ (rusul), étant porteurs des Commandements divins. Un verset le confirme :

Quand ils descendent du ciel, les anges peuvent prendre une forme humaine parfaite. Il en a été ainsi par exemple lorsque Gabriel se présenta à Abraham, à Loth et à Marie.

En plus de Gabriel et de Mikaël, le Coran signale une seule fois l’existence de l’ange de la mort (malâk al-mawt) sans le citer nommément. La tradition l’appelle ’Azrâïl :

Le Coran ne parle pas également d’lsrâfil chargé de sonner la trompette de la Résurrection ; c’est la tradition qui nous en donne le nom. Il cite par contre Mâlik qui commande la garde de l’enfer. Ce sera à lui que les locataires de la Géhenne demanderont d’être achevés, incapables de supporter les souffrances du Feu :

Le Coran mentionne aussi une seule fois Harut et Marut qui apprennent la magie aux démons. Le Livre sacré ne précise pas s’ils l’ont eux-mêmes pratiquée et il ne fait pas état de leur chute du ciel :

Enfin, il est question de quatre anges que le Livre saint ne nomme pas : Munkar et Nakir d’une part, Mubabashar et Bashîr d’autre part. La fonction des deux premiers consiste à interroger dans leur tombe, la nuit de leur enterrement, les mécréants et les croyants ayant commis de graves péchés. Le rôle des deux derniers est d’interroger les fidèles qui n’ont commis aucune faute.

D`autres anges dont le nom n’est pas connu remplissent également des fonctions déterminées. Les uns ont pour mission d’interdire l’accès du ciel aux démons qui s’y approchent en vue de percer les secrets divins :

D’aucuns descendent dans la Nuit du Décret pour régler toute chose :

Il y a des anges qui enregistrent par écrit les actions quotidiennes des hommes :

Les anges jouent un rôle en vue d’assister les croyants. Ils se transforment en armée invisible et assistent les mudjâhidîn dans leur lutte contre les infidèles comme ce fut le cas au cours de la bataille de Badr :

Les anges ont des fonctions au ciel, sur terre et aussi dans l’au-delà. Il existe des gardiens du Feu ; ils sont au nombre de dix-neuf :

Au Jugement dernier, huit anges porteront le Trône de Dieu :

Certains anges auront un pouvoir d’intercession. Ils imploreront Dieu afin qu’II pardonne aux repentis :

Publicité

Auteur : Tahar Gaïd

Tahar Gaïd est né le 22 octobre 1929 à Timengache, Beni Yala (Wilaya de Sétif). Après des études aux médersas de Constantine et d'Alger, il exerce la fonction d'enseignant à Tighanif, près de Mascara, puis à Alger. Militant du PPA/MTLD, il participe à la lutte pour la libération nationale. Il prend l'initiative d'organiser des cellules FLN à Tihganif, anciennement Palikao. Arrêté en mai 1956, il est détenu pendant six années consécutives dans les prisons et les camps d'internements en Algérie. Dès 1963, il opte pour la carrière diplomatique en qualité d'ambassadeur dans plusieurs pays africains. En 1978, il cesse toute activité administrative. A partir de 1980, il se consacre dès lors aux aspects théoriques et pratiques de l'Islam. Il se signale par la publication du Dictionnaire élémentaires de l'Islam (OPU). Il est aussi l'auteur d'autres livres dont Réalités universselles de l'Islam( OPU ) et Religion et Politique en Islam (aux éditions Bouchene) Parallèlement à ces écrits, il publie à L'OPU un lexique philosophique arabe-français et français-arabe.

Quelques ouvrages de cet auteur :

commentaires