L’ équipe féminine de foot d’ Iran exclue des Jeux Olympiques de la Jeunesse

La grande première des Olympiades de la Jeunesse ouvrira le bal de l’excellence sportive mondiale sans l’

mercredi 7 avril 2010

La grande première des Olympiades de la Jeunesse ouvrira le bal de l’excellence sportive mondiale sans l’équipe féminine de football d’Iran, exclue de la compétition pour port de hidjab de la discorde planétaire !

Cristallisant passion et effroi, le voile de l’incompréhension généralisée continue de faire des dommages collatéraux injustes, en l’occurrence les jeunes étoiles montantes du football iranien, privées du championnat suprême pour signe extérieur jugé incompatible avec la jurisprudence qui régit le sport aux milliers d’aficionados.

Avant même le lancement officiel de ce premier tournoi du genre, du 14 au 26 août à Singapour, les hostilités semblent donc avoir commencé, avec son lot d’amères désillusions qui se heurtent à une vision irrémédiablement monolithique du monde, gommée de toutes ses disparités.

La puissante FIFA en a décidé ainsi, certes en appliquant à la lettre le règlement en vigueur qui stipule que " l’équipe d’un joueur dont l’équipement de base obligatoire présente une inscription ou un slogan politique, religieux ou personnel sera sanctionnée par l’organisateur de la compétition ou par la FIFA", mais sans esquisser un geste d’assouplissement qui ne soit pas celui sans appel du carton rouge, pointant du doigt les vestiaires !

Bienheureuse Thaïlande qui va ainsi suppléer à l’éviction providentielle de l’équipe d’Iran, et concourir dans un tournoi qui verra s’affronter au total 3 600 talents en herbe, âgés de 14 à 18 ans.

A l’âge où se forgent les personnalités et se nourrissent les rêves les plus beaux, les adolescentes de l’équipe de football d’Iran n’auront jamais gravé dans leur mémoire le souvenir fabuleux et impérissable de la formidable aventure olympique.

Publicité

commentaires