« L’avocat des musulmans » surfe sur l’islamophobie électorale

Lundi dernier (5 février 2007), sur le plateau de TF1, dans l’émission « J’ai une question à vous poser », il déclarait sourire aux lèvres : « Personne n’est obligé, je le répète, d’habiter en France. Mais quand on habite en France, on respecte ses règles, c’est-à-dire qu’on n’est pas polygame, on ne pratique pas l’excision sur ses filles et on n’égorge pas le mouton dans son appartement et on respecte les règles républicaines » (applaudissements dans le public).

Rappelons-nous, dans son best-seller, La République, les religions, l’espérance, paru en 2004 aux éditions du CERF, le ministre de l’Intérieur, patron de l’UMP, candidat permanent à la présidence de la République, s’autoproclamait « l’avocat des musulmans ». Il écrivait ainsi : « C’est un paradoxe que je suis devenu ‘l’avocat des musulmans’ dans la République. La France est capable d’inventer, de faire naître des communions étonnantes. C’est parce que je ne suis pas musulman et que mon combat en faveur du rétablissement de l’autorité républicaine était sans ambiguïté que mon devoir était justement d’être aux côtés de ceux qui souffrent au quotidien de l’amalgame et d’une certaine forme de racisme  »[1].

Trois ans plus tard, « l’avocat des musulmans » semble avoir décidé de changer de clientèle (le sort des moutons paraît désormais davantage l’interpeller que celui de ses concitoyens), versant dans l’islamophobie la plus débridée et reprenant à son compte tous les préjugés anti-musulmans actuellement en vogue chez les élites intellectuelles, politiques et médiatiques, qu’il serait inopportun de considérer comme les porte-parole de la société française, qu’elles ne connaissent généralement pas  : polygamie des hommes, excision des fillettes (qui n’est en rien une pratique musulmane) et bien sûr égorgement des moutons dans les appartements privés.

Lundi dernier (5 février 2007), sur le plateau de TF1, dans l’émission « J’ai une question à vous poser », il déclarait sourire aux lèvres  : « Personne n’est obligé, je le répète, d’habiter en France. Mais quand on habite en France, on respecte ses règles, c’est-à-dire qu’on n’est pas polygame, on ne pratique pas l’excision sur ses filles et on n’égorge pas le mouton dans son appartement et on respecte les règles républicaines » (applaudissements dans le public).

Habiter en France ? Vivre et travailler au pays, c’est aussi l’ambition des Français de confession musulmane. N’en déplaise à Nicolas Sarkozy ! C’est souvent comme ça avec les anciens immigrés, dès qu’ils sont arrivés, ils veulent refermer la porte derrière eux !

Avertissement aux musulmans de France qui n’auraient pas bien compris le message civilisateur de leur ministre de l’Intérieur : respectez la ou quittez la ! Une maxime qui évoque étrangement celle du professeur Georges Frêche qui, en 2002, écrivait aux étudiants musulmans de France (EMF) qui se plaignaient déjà de son racisme : « Vous connaissez le vieux proverbe paysan qui résume la sagesse universelle : ‘dans un pays il faut suivre la mode ou quitter le pays’ »[2].

Sarkozy, avocat des musulmans en 2004 est bel et bien devenu inquisiteur en 2007. Quelques jours plus tard, il a d’ailleurs rajouté une « couche civilisatrice » à l’intention des « indigènes musulmans », en apportant son soutien l’hebdomadaire Charlie Hebdo, symbole de la « résistance laïque » face à l’obscurantisme islamique : « Je tiens à apporter mon soutien à votre journal qui s’inscrit dans une vieille tradition française, celle de la satire »[3].

A part que les dites « caricatures » n’étaient pas vraiment françaises mais danoises, une sorte de recyclage local de thèmes xénophobes véhiculés par l’extrême droite danoise au nom de la protection de la danicité menacée par les Mahométans[4]. Même si ce procès à l’égard de cette feuille haineuse apparaît pour le moins stupide. Tout le monde le sait, Nicolas Sarkozy est un grand défenseur de la liberté de la presse et des libertés publiques en France.

Il n’intervient que pour les protéger. Valérie Domain et les éditions First s’en souviennent. La biographie sur Cécilia S… est restée dans les cartons de l’éditeur ! Charlie Hebdo, journal de « gauche libertaire » soutenu par un ministre de l’Intérieur sécuritaire, c’est le monde à l’envers ! Non, c’est la France du XXIe siècle ! Tous les moyens sont bons pour conquérir l’Élysée, dont on ne sait plus vraiment, s’il faut le considérer comme un « palais de la République » ou la maison hantée focalisant tous les préjugés racistes et xénophobes.

En tout cas, une chose est sûre : si par « bonheur républicain », le président de l’UMP venait à échouer dans sa course effrénée à la magistrature suprême, il pourrait envisager de faire profiter de sa compassion « moutonophile » à la Fondation Brigitte Bardot qui, comme on le sait, dénonce rituellement, au moment de l’Aïd Al Kébir, le traitement inhumain que font subir les « barbares musulmans » aux pauvres ovins français. En somme, une belle reconversion professionnelle en perspective pour le ministre de l’Intérieur.

Occasionnellement, entre deux plaidoiries en faveur des moutons, victimes de la barbarie islamique, il pourrait également rédiger des belles chroniques de « tradition française » dans les colonnes de Charlie Hebdo. Nicolas Sarkozy, avocat des moutons français, après avoir été pendant quatre ans celui des musulmans de France ! Une progression somme toute logique dans sa brillante carrière politique. Les moutons au moins, ils vous restent fidèles, jusqu’à l’abattoir !


Vincent Geisser & Aziz Zemouri sont auteurs de Marianne et d’Allah. Les politiques français face à la « question musulmane », Paris, La Découverte, sortie officielle 15 mars 2007.



[1] Nicolas SARKOZY, La République, les religions, l’espérance, Paris, CERF, coll. « Pocket », 2004, p. 92.

[2] Georges FRECHE, Lettre adressée à l’association Etudiants musulmans de France (EMF), section de Montpellier, datée du 25 avril 2002.

[3] Extrait de la dépêche AFP, 7 avril 2007.

[4] Katrine Rømhild Benkaaba, « Le Danemark, un pays modèle ? », Migrations Société, n° 104, mars 2006.

Publicité

Auteur : Vincent Geisser

Sociologue et politologue, dernier ouvrage paru : Renaissances arabes. 7 questions clés sur des révolutions en marche, Paris, éditions de L’Atelier, 2011 (co-auteur Michaël Béchir Ayari)

commentaires