Vendredi 24 October 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

L’avenir des musulmans en Europe

L’avenir des musulmans en Europe
fr
http://oumma.com/sites/default/files/IMG/arton4785.jpg

Non seulement il faut arrêter de vous enfermer dans une position de victimes, vous devez certes être fiers de votre foi, mais il faut cesser d’opposer passé et présent, origine et devenir, dès lors que tant de dimensions et d’enjeux communs vous lient à vos concitoyens. Tout en sachant que vous avez le droit de faire vivre et de préserver votre singularité. La chance et l’épreuve sont mutuelles : votre francité est une chance et une épreuve et votre islamité est une chance et une épreuve pour tous, c’est l’occasion d’un enrichissement réciproque.

Partagez :

Les xénophobes et les islamophobes dénient à autrui différent le droit de vivre selon ses convictions et ses multiples appartenances. Vous avez le droit de vivre selon votre foi, de prier ensemble, de préserver le licite, de vous garder de tout ce qui porte atteinte aux nobles valeurs de la religion, de refuser des comportements dégradants contraires aux préceptes islamiques et de garder vivante votre mémoire, tout en vous ouvrant sur le monde. Ce n’est facile, mais il est vital de savoir résister et se prémunir. L’extrémiste s’enferme et ne sait pas faire face aux dérives de notre temps. Vous êtes confrontés à des difficiles épreuves. Une question se pose : quelle responsabilité des citoyens européens de confession musulmane face aux défis de notre temps ?

Compte tenu du fait qu’il est attendu des musulmans esprit d’interprétation, d’inventivité et de renouveau, je suis dubitatif et interrogatif au vu de comportements de certains, heureusement minoritaires, qui, par leur repli, nuisent à ce qu’ils voudraient défendre, compliquent la situation des citoyens musulmans en Europe déjà difficile et folklorisent la pratique religieuse. Leurs excès passent à tort pour dictés par le Coran. Ils le font sans doute par naïveté, par ignorance, par inculture, par désespoir, ou parce qu’ils sont manipulés. Il faut qu’ils sachent que lorsqu’ils se replient et pratiquent le rigorisme ils provoquent les incompréhensions et alimentent la peur d’autrui. Il ne faut pas les laisser aggraver leur dissidence morale. En se comportant ainsi, ils prêtent le flanc à la critique et apportent de l’eau au moulin des islamophobes et des xénophobes. Ces comportements et dérives _ il faut le dire à haute voix et sereinement, car on nous reproche de ne pas assez les dénoncer _ sont l’anti-islam et portent préjudice à l’image des musulmans.

Le difficile contexte

Que faire pour ne pas seulement affirmer le désaccord de la majorité des musulmans à ces pratiques, mais surtout permettre au citoyen européen de confession musulmane de vivre sa foi comme lui garantit la loi et d’être inventif et reconnu ? Il y a lieu de commencer à comprendre le contexte complexe et la problématique et d’en saisir les enjeux. L’islamophobie est ancienne, elle date de quatorze siècles, depuis l’avènement de la troisième religion céleste. Cependant, en ce début du XXIe siècle, elle prend des proportions alarmantes. Le monde actuel est confronté à trois défis :

Premièrement, la désertion de la religion de la vie, marquée par une marginalisation des principes moraux, éthiques et spirituels. Deuxièmement, le recul de la démocratie, marqué par l’injustice, les inégalités et le libéralisme sauvage. Troisièmement, la remise en cause de la possibilité de penser, inhibée par la domination de la pensée unique. Ce sont les trois questions fondamentales qui se posent avec acuité : du sens, de la justice et du savoir. L’ère moderne, malgré de prodigieux acquis techniques, s’éprouve en impasse et deshumanisation et comme politique on assiste à de la répression. Tous les peuples souffrent de cette situation et sont confrontés aux incertitudes. Le problème est faussé et se complique encore par les réactions émotionnelles, irraisonnées et aveugles face à ces défis.

Les résistances irréfléchies et extrémistes libèrent des comportements et des pulsions qui sont inadmissibles, même si on doit tenir compte des injustices, des ségrégations et des politiques iniques à deux poids et deux mesures. Les comportements fermés sont amplifiés, manipulés et instrumentalisés par ceux qui ont de sordides intérêts à ghettoïser, à déformer l’image de l’islam et faire diversion aux réels problèmes, dont la prise de conscience par l’ensemble des citoyens mettrait leurs intérêts étroits en péril alors qu’ils cherchent à asseoir leur hégémonie.

Ainsi, depuis la chute du Mur de Berlin, en 1989, puis après le 11-Septembre 2001, les amalgames, la stigmatisation et la propagande du choc des civilisations occupent le terrain, masquant opportunément les injustices et les responsabilités. Cependant, tous les Européens, vos concitoyens, ne confondent pas fanatisme et islam, et savent que les civilisations sont hétérogènes et par définition perméables, malgré les contre vérités, les préjugés et le matraquage médiatico-politicien, qui ne sont plus l’apanage du délire des sinistres adeptes de l’extrême droite.

Il faut comprendre que les réactions aveugles, les comportements rigoristes, rétrogrades et passéistes soulèvent chez les citoyens des interrogations légitimes et des critiques fondées, alors que la cause des exclus, des opprimés ou tout simplement de ceux qui veulent vivre selon leur foi est juste.
Dans ce contexte de dialogue de sourds et d’incompréhension, vous, citoyens français de confession musulmane, ambassadeurs d’une si belle religion et témoins porteurs d’un haut sens de l’humain, avez à engager votre responsabilité individuelle et collective. Vous pouvez contribuer à mettre fin aux faux dilemmes, aux faux débats et aux impasses, dans lesquels, d’un côté, des imposteurs qui usurpent le nom de l’islam, de l’autre, des xénophobes qui contredisent les valeurs des Lumières cherchent à vous entraîner.

Réciprocité

Pour la plupart d’entre vous nés en Europe, citoyens français, vous devez avec fierté assumer positivement et pleinement votre destin, votre francité qui est une chance et les valeurs qui se rattachent au pays des « droits de l’homme », pour justement œuvrer de manière intelligente à faire valoir vos droits parfois bafoués et faire comprendre à ceux qui n’ont pas encore compris que vous n’êtes pas des étranges étrangers, mais des citoyens français à part entière, et que cela n’exclut pas la pluralité des appartenances, des approches et le droit à la mémoire.

Non seulement il faut arrêter de vous enfermer dans une position de victimes, vous devez certes être fiers de votre foi, mais il faut cesser d’opposer passé et présent, origine et devenir, dès lors que tant de dimensions et d’enjeux communs vous lient à vos concitoyens. Tout en sachant que vous avez le droit de faire vivre et de préserver votre singularité. La chance et l’épreuve sont mutuelles : votre francité est une chance et une épreuve et votre islamité est une chance et une épreuve pour tous, c’est l’occasion d’un enrichissement réciproque.

Votre « Je » peut se conjuguer avec le « Nous » de la société. De surcroît, nul n’est monolithique et imperméable si on sait l’aborder sans le heurter et plus encore le vivre ensemble civilisé se fonde sur le lien entre les deux dimensions et non pas leur opposition. Vous avez le droit de rester attachés à vos valeurs spécifiques, mais en même temps vous avez le devoir de vous ouvrir pour être en phase avec l’humanité et vos concitoyens.

Tout en sachant que ce « Nous » de la société ne semble pas offrir des chances égales et des perspectives justes, mais il n’y a pas d’alternative au sens de l’ouverture pour faire avancer votre cause. Dans ce sens, trois chemins sont les conditions pour changer l’hostilité en vraie hospitalité réciproque.

Trois conditions pour un avenir commun

Trois conditions fondamentales sont requises pour pouvoir faire avancer votre juste cause et contribuer à un avenir commun incontournable qui soit vivable.

En premier lieu, l’unité, la synergie, le rassemblement, car il y a trop de clivages, d’émiettements, de dispersions des forces engagées dans l’expression et l’épanouissement des citoyens de confession musulmane. UOIF, RMF, Fédération de la Grande Mosquée de Paris, multiples associations cultuelles, culturelles, sociales, mouvements soufis, défenseurs des droits civiques, représentants diverses de la société civile, tous ont le droit et le devoir de mettre l’accent sur la synergie, le bien-être commun et la complémentarité.

Chacun de vous doit se considérer comme trait d’union, pont et vecteur de conjonction, à l’intérieur de la communauté et de la société tout entière, pour faire reculer toutes les formes de divisions et de crispations. Notre modèle à tous est l’Homme universel, al-insane el-kamil, le Prophète (sws) miséricorde pour les mondes, qui avait pour souci de rassembler dans l’égalité, sans gommer les diversités et les singularités.

La deuxième condition pour relever les défis est celle de l’autocritique. Il n’y a aucune autre alternative pour être inventif, interpréter, être crédible, corriger les déviances. Ce qui implique de ne pas sombrer dans le désespoir ni la léthargie, mais de se maintenir dans l’éveil, d’oser le constructif et d’adopter un mode de vie à la fois raisonnable et créatif.

Il ne s’agit pas de reniement, de dénigrement ni de se flageller comme on le constate chez certains de ceux qui se disent intellectuels de culture musulmane non croyants ou qui prétendent se concocter un self-islam dans une logique faustienne.

Il ne s’agit pas de se lever tous les matins avec le souci de prouver indéfiniment sa loyauté qui va de soi, qui devrait aller de soi, aux valeurs et principes de la République, mais il s’agit de se rendre compte d’abord qu’une infime minorité, mais hélas bruyante, détruit de ses propres mains sa demeure, apporte de l’eau au moulin des détracteurs, trahissant ainsi et la lettre et l’esprit de l’islam.

Les deux mouvements dont doivent se garder tous les musulmans et les Français musulmans en particulier sont ceux de la fermeture, d’un côté, et de la dilution, de l’autre. Ceux qui sont fermés instrumentalisent la religion-refuge et craignent la liberté. Ceux qui, au contraire, méprisent la religion appellent à la dépersonnalisation et à l’abandon de la foi et privent la société de la richesse de leur différence, ils la diluent et la nient.
La critique constructive, l’autocritique, l’examen de conscience permettront de faire reculer à la fois l’apologie et le dénigrement et par là de desserrer l’étau dans lequel certains voudraient nous enfermer.

La troisième condition est celle de la nécessité de pratiquer le dialogue, le débat, la discussion. L’ignorance et la faiblesse en matière de communication sont parmi les causes de l’islamophobie et des discriminations. Face aux anathèmes, invectives et caricatures, il ne faudrait jamais répondre par la colère pourtant légitime. Peur entretenue pour les uns, colère pour les autres sont sources de désordres et de fractures. N’oublions pas que nous avons des amis solidaires et conscients, parmi les humanistes, les progressistes, les chrétiens, les libéraux, et tant de personnes attachées à la justice et qui ne sont pas dupes face aux propagandes consistant à s’inventer un nouvel ennemi comme épouvantail faiseur de diversion.

Par le dialogue, disons haut et fort que nous revendiquons la sécularité, la démocratie et la pensée réfléchie, car elles sont partie intégrante de nos références spirituelles fondatrices. Nul n’a le monopole des valeurs humanistes et démocratiques. L’autonomie de l’individu, la non-confusion entre les différentes dimensions de la vie, le droit à la critique et la recherche commune du beau, du vrai et du juste sont à la base des cultures émancipatrices.

Le partage

Nous avons à les partager, tout en montrant par l’exemple qu’il est possible d’articuler et de conjuguer harmonieusement autonomie et être commun, individu et collectif, unité et pluralité, raison et foi, reconnaissance mutuelle du besoin de vivre ensemble et affirmation de sa propre conviction. Il ne s’agit pas seulement d’être tolérer, ni encore moins supporter, mais reconnu comme citoyen à part entière qui participe au devenir pour une vie effectivement partagée. Sur la base de votre comportement digne, autrui peut comprendre que la communauté des croyants est ouverte, en cohérence avec la communauté plus large de la société et de l’humanité. Notre culture n’est pas étrangère aux autres cultures.

C’est votre droit et votre devoir, votre apport, en tant que citoyens de confession musulmane de faire comprendre que l’existence n’a de sens que dans le partage et le respect du droit à la différence. L’un et l’autre ne sont ni le communautarisme, ni le particularisme ; mais l’équilibre entre l’Unité et la Diversité, sans qui il ne peut y avoir de civilisation. L’avenir du monde, de l’humanité se joue en ce moment. Vous, musulmans d’Europe, vous êtes comme une avant-garde pour aider le monde en détresse et en décadence à retrouver un universel commun et une vraie vie.

Vous avez le choix, face aux injustices et discriminations, soit de mal réagir, dans l’émotion et le repli, voire d’importer et d’imiter des pratiques et approches archaïques qui dénaturent et défigurent l’islam, soit de vivre de manière responsable, équilibrée, réfléchie pour contribuer à retrouver de la civilisation et, partant, de contredire de manière irréfutable et éclatante les islamophobes et autres xénophobes aveugles et voués à l’échec. Il est clair que l’immense majorité d’entre vous souhaite pratiquer le vivre-ensemble harmonieux, la foi éclairée et l’amitié avec vos concitoyens.

En effet, préférez patiemment toujours l’ouverture à la fermeture pour qu’autrui découvre votre humanité. Au vu de tant de préjugés à votre égard, et le fait que tous les problèmes se posent en même temps, politiques, économiques et sociaux, cela n’est pas donné d’avance ni aisé, certes, mais l’arbre de la persévérance donnera des fruits, si chacun donne l’exemple et assume sa responsabilité individuelle et collective. À une des questions d’un de ses compagnons sur le meilleur conseil pour assumer l’épreuve de l’existence le Prophète a répété par trois fois : « Ne te mets pas en colère. »

Rappelons-nous, le Coran débute par le mot hamd, louange attitude de piété, de confiance, de reconnaissance, et finit par celui de nass, les humains : c’est à l’humanité et au partage que nous sommes appelés, dans la vigilance.

* Ce texte est tiré de l’intervention donnée par le penseur musulman Mustapha Cherif, invité dans le cadre de la 27e Rencontre annuelle des musulmans de France, au Bourget, le 5 avril 2010.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

Il est clair que les musulmans ont besoin de faire une autocritique salutaire. Mais les musulmans n’ont pas assez confiance en eux, ils sont frileux au changement, à la modernité, ils ont peur qu’à être trop libéral ils risquent de perdre leur identité islamique.

X
0 points

Article intelligent. La religion est une chose, la provocation en est une autre.
Chacun est libre de croire en une vérité révélée (je suis catholique) ou de ne pas croire.
Souvenons-nous de la construction de la Grande Mosquée de Paris qui avait été décidée par les autorités françaises pour le sacrifice de nombreux musulmans lors des guerres du 20 ème siècle.
L’esprit était tout autre. Il faudrait que l’Algérie s’aligne sur le Maroc et la Tunisie dans ses relations avec les français. Cela fait 48 ans que nous ne sommes plus en guerre.

X
0 points

André Paul, à remarque hors sujet, réponse hors sujet :

L’Algérie n’a pas à s’aligner sur ces deux pays, qui (tant mieux pour eux) n’ont pas connu une aussi terrible colonisation que celle subie par l’Algérie (une colonisation profonde, aliénante, culturellement destructice, prédatrice, ultra violente, laissant au final le pays avec quelques routes, des villes, certes (à l’origine, érigées pour les européens), et... rien d’autre, quasiment rien d’autre : quelques rares diplomés se comptant sur les doigts d’une main, et une immense masse d’habitants au stade "fellah" de l’évolution), colonisation qui s’est conclue par une guerre atroce, d’une violence inouïe : on reproche souvent aux Algériens d’être violents : ils ont eu un bon "mâitre" en la matière : la violence coloniale.

Vous exagérez un peu tout de même, à demander à L’Algérie de tourner la page (ce que pour ma part, j’ai fait, mais sans rien oublier...), lorsque ce sont vos députés qui, en 2004, hier donc, ont voté une loi qui trouvait que la colonisation, c’était sympa, tout compte fait.

X
0 points

tout à fait d’accord avec cet article, et avec andré paul, l’algérie est à la masse toujours à ressasser le passé, et pendant ce temps là les autres pays avancent à pas de géant, il est temps de se débarasser des generaux corrompus et ce cette mentalité victimaire.

X
0 points

J’avais compris qu’il s’agissait de l’Islam en Europe, pas en Algérie.

Par contre, oui, contrairement à ce que beaucoup pensent, la tournure qu’a pris "un certain Islam" en France (prolifération soudaine de barbes et de hidjabs, de bigoterie farouche, de visibilité pathétique au lieu d’élévation lumineuse, et autre moralisme de pacotille...) (oui, je sais, je serais un suppôt du diable, merci et passons...), ce n’est pas de la génération spontanée. Ca vient bien de quelque part. D’Algérie, certes, mais pas que de là. L’Algérie elle même, n’a été qu’une étape (et elle en paye encore un prix terrible). L’origine du problème, c’est la propagation du wahabisme, saupoudré de la doctrine des Frères Musulmans d’Egypte, le tout porté par les pétrodollars saoudiens, et avec la bénédiction du véritable chef d’orchestre, les USA (qui peut penser une seconde que la wahabisme puisse se propager sans l’aval du maître des lieux (lieux saints qui plus est ! Ignominie parmi les ignominies...), les USA !

PS : il y a bien entendu une petite gueguerre d’influence, de leadership entre les wahabites et les Frères Musulmans, qui est une reproduction de la gueguerre Egypte Arabie Saoudite. Mais ça ne change rien au reste.

L’article de Mr Mustapha Cherif est intéressant. Il parle d’auto critique. Mais quels sont les termes de cette auto critique ? Et plus encore : avant toute autocritique, il s’agit absolument de comprendre la situation politique du monde, l’équilibre des forces, les forces en présence, les instrumentalisations, la géopolitique, le pétrole, le sionisme, le néoliberalisme, les frontières qui s’ouvrent, la globalisation capitaliste qui met à mal les nations, leurs identités culturelles, leurs cohésions, etc etc... et l’Islam par rapport à tout cela.

Ne parler que des foulards, de culte, de hadiths, sans d’abord comprendre ce qui se passe réellement dans le monde, c’est avancer dans le noir.

X
0 points

Anonyme  : il ne s’agit pas de mentalité victimaire de la part de Sami, je crois, mais il faut à chaque fois souligner que la domination coloniale n’était pas de même nature en Algérie qu’au Maroc ou en Tunisie. Dans ces deux pays, les structures traditionnelles ont été maintenues alors qu’en Algérie, elle ont été détruites.

On a beau être moderne, en période de crise, le repli vers la tradition sert de refuge, de lieu de resourcement, de "coussin de sécurité". Même les révolutionnaires français l’ont compris !.

C’est à partir de là que l’on peut comprendre, par exemple, pourquoi l’extrémisme religieux et la dérive terroriste a frappé l’Algérie et pas ses voisins, alors même que le régime post-indépendance était laïc.

X
0 points

« Les xénophobes et les islamophobes dénient à autrui différent le droit de vivre selon ses convictions et ses multiples appartenances » : d’abord il faut distinguer entre xénophobie et islamophobie. Celui qui est anti-catholique, ou anti-clérical ou athée, peut donc être islamophobe. Le sufffixe "phobe" veut dire qu’on a peur de la chose concernée. Celui qui s’oppose à la pratique d’une croyance ne pense pas pour autant que ceux qui sont soumis à cette même croyance sont à rejeter. Il faut les aider…

"Dénier à autrui le droit d’exister" , quand on lit ceci (d’Amazone) : « Les chrétiens en Algérie sont pourchassés au même titre que les témoins de Jéhovah ou que les Musulmans ( ?), du fait que le prosélytisme est interdit dans ce pays, puisque l’islam est religion d’Etat », on croit rêver. (tout ce qui est à moi est à moi, les reste est discutable…). Heureusement pour vous, Amazone, nous ne pouvons vous imposer le statut de dhimmi ! Quelle honte de dire de pareilles choses !! Vous rendez-vous compte un seul instant ?

« La deuxième condition pour relever les défis est celle de l’autocritique. ». On est en très, mais alors très très loin. Pour l’instant on utilise à fond la possibilité de critiquer la société d’accueil alors que ceci est impossible « ailleurs ». Comme cette société d’accueil ne se défend que très peu… soyons courageux. Et critiquons sans cesse. C’est un peu malhonnête, non ?

« Les deux mouvements dont doivent se garder tous les musulmans et les Français musulmans en particulier sont ceux de la fermeture, d’un côté, et de la dilution, de l’autre. » La fermeture est déjà là. Quand à la dilution, le nombre de femmes voilées dans les rues devrait vous rassurer sur ce point. Parler sans cesse d’islamophobie est aussi une bonne tactique, car jouer l’assiégé apeuré permet de rassembler les apeurés. La fermeture est là, et il n’y a pas de dilution. D’autres pays de culture différente ne se poseraient-ils pas quelques questions ?

« Non seulement il faut arrêter de vous enfermer dans une position de victimes, vous devez certes être fiers de votre foi, mais il faut cesser d’opposer passé et présent, origine et devenir, dès lors que tant de dimensions et d’enjeux communs vous lient à vos concitoyens. Tout en sachant que vous avez le droit de faire vivre et de préserver votre singularité. » : je ne puis qu’approuver la sagesse. Ceux qui jouent, pour exister, l’opposition entre communautés, doivent être combattus.

X
0 points

A André Paul :
"Il faudrait que l’Algérie s’aligne sur le Maroc et la Tunisie dans ses relations avec les français."

A quels niveaux ? Commercial ? Culturel ? Economique ? Touristique ?

Pas trés claire votre histoire d’alignement de l’Algérie sur le Maroc et la Tunisie !

X
0 points

A Réno : Votre niveau intellectuel étant tellement limitée qu’il est impossible que vous compreniez un minimum de ce qui ce dit sur ce site.

Retournez à vos revues et laissez les gens interessants s’entretenir de choses interessantes.

Votre petite thèse pour justifier votre islamophobie et votre xénophobie allez la chanter à d’autres ! Votre thèse est creuse, vide et nauséabonde à souhait !!!

C’est vraiment l’hopital qui se fout de la charité quand vous ecrivez toute honte bue :"Ceux qui jouent, pour exister, l’opposition entre communautés, doivent être combattus."

Ce que vous même ne cessez de faire sur ce site en renvoyant systématiquement les musulmans FRANCAIS aux pays d’origines de leurs parents !!!

X
0 points

Je ne suis pas musulman (mais protestant). Par contre j’ai des amis musulmans dont j’aime la rectitude et la sincérité.
Le "problème" consiste dans le fait que l’Europe vieillissante doit absolument recevoir et intégrer le mieux possible des européens nouveaux. Le passé fait que cela ne peut être ni rapide ni facile. Pourtant, les attitudes de rejet ou de méfiance sont destinées à passer. Patience...

X
0 points

Mustapha Chérif est aussi l’auteur de « L’avenir du monde se joue en Palestine ». Son orientation vers l’avenir est certaine.
Le choix de sa parole au salon du Bourget est judicieux car son discours est celui d’un Algérien d’Afrique à des Français d’Europe. Il marque une distance gage d’objectivité.
Sa maîtrise de la langue française est de plus un lien précieux. Sa participation au dialogue islamo-chrétien est encourageante et son invitation à la pensée peut ravir tout philosophe.

Pourquoi alors sans objection intellectuelle, appliquer notre esprit de contradiction ? J’ai certes lu cet article avec plaisir mais quelque chose me gêne comme un ton d’accusation. Il semble faire l’impasse sur le vécu des voilées, lui-même étant pourtant un barbu moustachu.
Elles se sentent minoritaires et souffrent de la désertion de la religion. Leur rapport avec la démocratie est complexe parce qu’elles savent bien que la majorité n’a pas toujours raison. Elles pensent en vérité.

Qui va accuser autrui de « dissidence morale » ? Ne sommes-nous pas tous à notre tour ignorants, incultes, désespérés et manipulés ?

Le choc des civilisations est inévitable si l’une d’elle ne reconnaît de l’autre que des burnous à faire suer ou des femmes à dévoiler. Le dévoilement spirituel est certes d’un tout autre ordre. Il s’adresse aux hommes et aux femmes afin qu’ils prennent conscience de leurs erreurs, sans culpabilité. Ce n’est pas parce qu’on est accusé que l’on est coupable !

Il ne s’agit pas de se mettre en colère mais de préférer à des discours d’ouverture des réflexions sur la condition de la femme en Algérie comme en France et de voir comment la gèrent les religieux après la guerre et le terrorisme.

Amitiés.
Liliane Bénard

X
0 points

Compte tenu du fait qu’il est attendu des musulmans esprit d’interprétation, d’inventivité et de renouveau, je suis dubitatif et interrogatif au vu de comportements de certains, heureusement minoritaires, qui, par leur repli, nuisent à ce qu’ils voudraient défendre, compliquent la situation des citoyens musulmans en Europe déjà difficile et folklorisent la pratique religieuse. Leurs excès passent à tort pour dictés par le Coran. Ils le font sans doute par naïveté, par ignorance, par inculture, par désespoir, ou parce qu’ils sont manipulés. Il faut qu’ils sachent que lorsqu’ils se replient et pratiquent le rigorisme ils provoquent les incompréhensions et alimentent la peur d’autrui. Il ne faut pas les laisser aggraver leur dissidence morale. En se comportant ainsi, ils prêtent le flanc à la critique et apportent de l’eau au moulin des islamophobes et des xénophobes. Ces comportements et dérives _ il faut le dire à haute voix et sereinement, car on nous reproche de ne pas assez les dénoncer _ sont l’anti-islam et portent préjudice à l’image des musulmans.

Merci pour votre lucidité, certains ici en manque sérieusement.

X
0 points

A Laic : "Merci pour votre lucidité, certains ici en manque sérieusement." Comme vous par exemple quand vous nous sortez votre thèse pleine d’ineptie et assez nauséabonde sur l’islamophobie n’est pas ?

X
0 points

Les deux mouvements dont doivent se garder tous les musulmans et les Français musulmans en particulier sont ceux de la fermeture, d’un côté, et de la dilution, de l’autre. Ceux qui sont fermés instrumentalisent la religion-refuge et craignent la liberté

Oui mais qu’est ce que c’est que la liberté ? La liberté est un concept général qui est à la fois politique, économique, philosophique et moral. Il a plusieurs significations :

Etymologiquement : c’est l’absence de toute forme de répression, d’oppression. Il est lié ainsi à la responsabilité et au pouvoir de prise de décision, d’exécution d’un projet ou de la réalisation d’un objectif déterminé.

Mais en tant que musulmans, ce qui nous importe parmi les différentes conceptions de la liberté, c’est la signification de la Charia(législation)islamique.

La liberté constitue, en elle-même, un objectif de la Charia. Elle manifeste l’une des plus nobles intentions du témoignage de l’unicité d’Allah le Très-Haut (il n’y a point de divinité à part Allah, la ilaha illa Allah).

En effet, la servitude n’existe qu’envers Allah seulement. Les gens sont libres par rapport aux autres.

La soumission, l’obéissance et la crainte doivent être manifestées uniquement à l’égard d’Allah Seul à Qui appartient toute la création ainsi que la royauté et le pouvoir.

Allah le Très-Haut dit : " Dis : " Ô gens du livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions qu’Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d’Allah […]" (Sourate 3/Verset 64).

Allah est considéré comme le Seul Maître, L’Unique, le Roi, le Seigneur et le Gouverneur, alors il n’y a point de suprématie des gens, les uns sur les autres, ni d’obéissance, de pouvoir ou de soumission, à moins que ce ne soit par la volonté d’Allah et par Son ordre.

Voilà ce que veut dire la liberté.

X
0 points

amazone a dit :
A Laic : "Merci pour votre lucidité, certains ici en manque sérieusement." Comme vous par exemple quand vous nous sortez votre thèse pleine d’ineptie et assez nauséabonde sur l’islamophobie n’est pas ?

Avant de vous obnubiler sur le contenu de mes messages, je vous conseille de lire celui de Tintin qui suit le votre et vous comprendrez pourquoi, si votre esprit critique n’est pas à sens unique, pourquoi cet Islam là fait peur aux Français et justifie leur islamophobie.

Mais en tant que musulmans, ce qui nous importe parmi les différentes conceptions de la liberté, c’est la signification de la Charia(législation)islamique.

La soumission, l’obéissance et la crainte doivent être manifestées uniquement à l’égard d’Allah Seul à Qui appartient toute la création ainsi que la royauté et le pouvoir.

Allah est considéré comme le Seul Maître, L’Unique, le Roi, le Seigneur et le Gouverneur, alors il n’y a point de suprématie des gens, les uns sur les autres, ni d’obéissance, de pouvoir ou de soumission, à moins que ce ne soit par la volonté d’Allah et par Son ordre.

X
0 points

Cher Tintin devenu musulman,
Votre analyse de la liberté est coranique et juste. Elle nous situe verticalement, reliant Dieu et les hommes. Horizontalement, pour relier les hommes entre eux, Mustapha Cherif propose d’autres conceps comme celui de partage et de réciprocité, "conditions d’un avenir commun".

Je reprendrais simplement que Dieu est différent des religions qui s’en réclament et que sous ma propre responsabilité, elles ne sont pas meilleures les unes que les autres.

Amitiés.
Liliane Bénard

X
0 points

@ sami ! Là franchement avec ton raisonnement tu représentes bien la mentalité de l’algérien ! Si ce n’est pas la France c’est l’Arabie Saoudite ; les Wahabites et les frères musulmans ! Tu oublies que l’Algérie est indépendant depuis 38 ans . Et qu’est ce qu’il a fait avec ses pétro-dollars , car les rentes en pétrole et le gaz dépassent celles de tous les pays arabes ! sauf à dépenser des fortunes pour soutenir le polisario qu’il a créer , et d’empêcher le Maroc d’avancer ! la jeune République Islamique d’Iran en 30 ans a fait un bond spectaculaire dans tous les domaines ; et cela malgré l’embargo ! Si les méfaits de la colonisation sont réels dans beaucoup de domaine ; mais la France à néanmoins doubler en 132 ans la superficie de l’Algérie française en grignotant les territoires des pays voisins ! Il faut considérer ce lègue comme une récompense pour réparation ! Donc il faut tourner la page avec la France et ouvrir une avec le Maroc pour avancer ensemble !

X
0 points

A Loulou : "la domination coloniale n’était pas de même nature en Algérie qu’au Maroc ou en Tunisie. Dans ces deux pays, les structures traditionnelles ont été maintenues alors qu’en Algérie, elle ont été détruites."

Je regrette, mais c’est une excuse devant l’incapacité de se développer. Et cette fois-ci, j’admets que l’islam n’est pas la cause première. Le retard de l’algérie vient du fait que les "révolutionnaires" ou leurs descendants ont pris le pouvoir. Ca a valu une guerre civile. La corruption fait le reste. Les mentalités sont loin derrière, voyez le pogrom d’Hassi Messaoud en 2001 contre les femmes qui travaillaient seules et créaient donc de la jalousie. Pauvre Algérie.

Quand on dénonce les rares imperfections des sociétés musulmanes, on passe pour xénophobe ou islamophobe. C’est la réponse facile, on se protège et ça évite de voir la réalité : votre monde est en retard... bougez-vous le cul.

X
0 points

Cette conference de Mustapha Cherif est absolument lumineuse , elle clarifie la question de la responsabilité et montre bien que l’islamophobie est une diversion et que les musulmans doivent réagir de maniere intelligente !
mille mercis !

X
0 points

les salafistes, et femmes en tchador, niqab, sitar , burqa nous décrébilisent dans notre combat contre l’islamophobie , ils rendraient service à tout le monde si ils ne sortaient plus ou s’expatriaient. Il suffit qu’une femme intégralement voilé fasse 100m dehors pour qu’elle donne 100voix au FN, par ailleurs ces femmes ne travaillent pas et vivent au crochet des allocations et autres aides sociales, ce sont de véritable boulet économiques et sociaux.

X
0 points

Mamyli a dit : Votre analyse de la liberté est coranique et juste. Elle nous situe verticalement, reliant Dieu et les hommes. Horizontalement, pour relier les hommes entre eux, Mustapha Cherif propose d’autres conceps comme celui de partage et de réciprocité, "conditions d’un avenir commun"

Non pas du tout, elle relie aussi les hommes entre eux : il n’y a point de suprématie des gens, les uns sur les autres, ni d’obéissance, de pouvoir ou de soumission, à moins que ce ne soit par la volonté d’Allah et par Son ordre.

Mamyli a dit : Je reprendrais simplement que Dieu est différent des religions qui s’en réclament et que sous ma propre responsabilité, elles ne sont pas meilleures les unes que les autres

La différence entre la religion du Prophète de l’islam et les autres religions divines réside dans les points suivants :

1/ La religion transmise par le Prophète Mohammed est destinée à l’humanité tout entière (les arabes et non arabes) et à toutes époques subséquentes.

Plutôt, elle est destinée aux hommes comme aux Djinns. Allah, Le Très Haut, dit : " Dis : " Ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d’Allah […]" (sourate 7/verset 158). Tandis que les autres Prophètes furent envoyés uniquement pour leurs peuples, comme nous informe Allah, le Tout Puissant, en affirmant que chacun d’eux a dit à son peuple : " Je suis pour vous un Messager digne de confiance." (sourate 26/verset 143).

Par ailleurs il a été rapporté que le Prophète de l’islam a dit :

" Chaque Prophète a été envoyé uniquement à son peuple, alors que je suis envoyé à tous les gens."

2/ Au sujet de ce qui est interdit et ce qui est illicite : il y a des choses qui étaient interdites dans les religions divines précédentes qu’Allah a rendues licites pour cette communauté islamique. Comme il y avait aussi des choses qui étaient licites dans les religions divines précédentes qu’Allah a interdites dans l’Islam.

Pour le premier cas par exemple, Allah a interdit aux fils d’Israël certaines nourritures, comme Il dit : " Aux Juifs, Nous avons interdit toute bête à ongle unique. Des bovins et des ovins, nous leurs avons interdit les graisses,…" (sourate 6/verset 146).

Allah leur a interdit ces choses-ci à cause de leur injustice et de leur tyrannie. C’est donc une interdiction qui a été prise comme mesure de sanction et de peine.

Allah dit : " C’est à cause des iniquités des Juifs que Nous leur avons rendu illicites les bonnes nourritures qui leur étaient licites, et aussi à cause de ce qu’ils obstruent le sentier d’Allah, (à eux-mêmes) et à beaucoup de monde, …" (sourate 4/ verset 160).

Or dans notre religion- la religion musulmane-, Allah nous a permis de manger la viande et les graisses des bovins et des ovins et nous a aussi permis de manger la bête à ongle, comme le chameau …etc.

Il nous a interdit de manger toute bête carnivore et tout oiseau carnassier. Ceci donc est une interdiction dans notre intérêt et pour notre protection.

Comme il était permis, dans certaines lois divines précédentes, à l’homme d’épouser une femme et sa sœur en même temps. C’est-à-dire qu’il réunissait les deux. Ce fut le cas du prophète Jacob, paix et salut sur lui, qui s’était marié avec la mère de Joseph et avec sa sœur Lia en même temps. Ceci donc était permis dans sa religion. Tandis qu’Allah nous a interdit de nous marier avec deux sœurs. Il dit, en citant les femmes qui nous sont interdites en mariage : " De même que deux sœurs réunies." (sourate 4/verset 23).

Aussi le fait de se prosterner pour quelqu’un d’autre à part Allah était une chose permise comme étant une manière de respecter quelqu’un ou de l’honorer. C’est ainsi que le père du Prophète Joseph, Jacob, sa mère et ses frères se sont tous prosternés devant lui. Mais dans notre religion le fait de se prosterner pour d’autre à part Allah est interdit. Les exemples de ce genre sont nombreux.

Cependant la religion islamique s’accorde avec toutes les autres religions divines précédentes sur le fondement de la foi d’origine qui est donc l’Islam.

En effet tous les Prophètes étaient musulmans(soumis à la volonté de Dieu), appelaient à l’adoration d’Allah Seul et à abandonner l’adoration de toute autre divinité à part Lui.

Le Prophète de l’islam a dit : " Tous les Prophètes sont des frères d’un même père mais de mères différentes et ont la même religion. ", rapporté par Boukhari et Muslim.

ali a dit : par ailleurs ces femmes ne travaillent pas et vivent au crochet des allocations et autres aides sociales, ce sont de véritable boulet économiques et sociaux

C’est grace à ces femmes que la france contracte des prêts à 40 milliards d’euros de l’arabie saoudite, c’est grace à elles que beaucoups de chomeurs francais trouvent du travail et prennent en charge des familles entières

X
0 points

A laic :
Les propos de Tintin n’engagent que lui. Il est libre de s’exprimer, il ne représente que lui même, au même titre que vous ou que moi ne réprésentons que nous même quand nous nous exprimons.

Les musulmans comme les chrétiens et les juifs sont multiples et ne sont pas un corps compact, ce qui fait justement la richesse du débat...Votre proportion à généraliser vous induit en erreur et vous fait légérement basculer dans les préjugés...

X
0 points

A Réno :"Et cette fois-ci, j’admets que l’islam n’est pas la cause première. Le retard de l’algérie vient du fait que les "révolutionnaires" ou leurs descendants ont pris le pouvoir. Ca a valu une guerre civile. La corruption fait le reste. Les mentalités sont loin derrière, voyez le pogrom d’Hassi Messaoud en 2001 contre les femmes qui travaillaient seules et créaient donc de la jalousie."

Bravo Réno, vous voyez que quand vous faites un effort vous arrivez à dire des choses assez censées, c’est un début !

Quant à votre conclusion"...votre monde est en retard... bougez-vous le cul." Ne vous faites pas de soucis pour l’ALgérie et les Algériens, il y a 37 ans, ce peuple a montré de quoi il était capable et tout cela sans que les alliés ne débarquent pour le libéré !

X
0 points

A ali :"...ces femmes ne travaillent pas et vivent au crochet des allocations et autres aides sociales, ce sont de véritable boulet économiques et sociaux."

Vous parlez surement des femmes dans votre famille non ?

X
0 points

Non ali, je crois trés sincèrement que ce sont des gens comme vous qui :"nous décrébilisent dans notre combat contre l’islamophobie", des gens comme vous qui véhiculent des préjugés non justifiés à l’image de cette réfléxion :"...par ailleurs ces femmes ne travaillent pas et vivent au crochet des allocations et autres aides sociales, ce sont de véritable boulet économiques et sociaux".

X
0 points

Je suis profondément choqué ! Certains, certaines insultent et manient l’anathème au lieu de réfléchir et d’argumenter. Tout ce qui est excessif est insignifiant !

X
0 points

A Ali Bey :

"Certains, certaines insultent et manient l’anathème au lieu de réfléchir et d’argumenter. Tout ce qui est excessif est insignifiant !"

C’est justement ce que vous venez de faire en écrivant :" :"...par ailleurs ces femmes ne travaillent pas et vivent au crochet des allocations et autres aides sociales, ce sont de véritable boulet économiques et sociaux". NON ?

Pensez vous que les propos que vous avez tenus aux sujet des femmes qui ne travaillent pas, soient réfléchis et argumentés ?

Vos propos ne sont-ils pas excessifs et donc insignifiants ?

X
0 points

Amazone, Ali a raison : " ces femmes ne travaillent pas et vivent au crochet des allocations et autres aides sociales" . Vous savez très bien que ces femmes qui vivent avec leur dieu ne peuvent ici avoir une activité normale. C’est pareil pour les femmes des pays où elles doivent être enveloppées pour ne pas "offenser Dieu" (ou les hommes...). Sont-elles une richesse pour notre société ?

Pourquoi défendre l’indéfendable : les vêtements des régions les plus intolérantes de la planète ? C’est ça la religion ? Est-ce que vous aimeriez vous promener dans des rues peuplées de fantômes noirs ?

Ca effraie les enfants, mais c’est surtout le symbole de l’écrasement d’un des deux sexes et le meilleur argument pour ceux qui, comme moi, sont "islamo-sceptiques".

X
0 points

Reno a dit : Je regrette, mais c’est une excuse devant l’incapacité de se développer. Et cette fois-ci, j’admets que l’islam n’est pas la cause première. Le retard de l’algérie vient du fait que les "révolutionnaires" ou leurs descendants ont pris le pouvoir. Ca a valu une guerre civile. La corruption fait le reste. Les mentalités sont loin derrière

La faiblesse de la nation musulmane, dans le domaine de la civilisation est engendrée par deux motifs :

Premièrement :

L’éloignement des Musulmans de leur religion : si l’Europe a enregistré de gros progrès, c’est parce que ses habitants se sont débarrassés de leur religion défigurée ce qui ne pourra pas être le cas pour les Musulmans. Notre renaissance dépend de notre retour à l’Islam. La différence entre leur situation et la nôtre réside dans la dissemblance entre les particularités entre nos deux religions.

Deuxièmement :

Le colonialisme occidental a envahi la grande partie des pays musulmans et fut le second élément de leur décadence. Il les a occupés durant plusieurs décennies et lorsque les anciens oppresseurs furent obligés de repartir chez eux, ils créèrent des situations complexes, et des confusions que les générations ne peuvent résoudre. Ainsi, ils assurèrent la continuité de leur supériorité, garantirent un marché pour la commercialisation et donc la consommation de leurs productions industrielles, agricoles et artisanales et préservèrent, indirectement, la permanence de leur domination sur les anciennes colonies.

Concernant la cause du manque de capacité, de force et de talent chez les Musulmans au point d’être à l’extrême fin du train de la civilisation – la réponse est claire. Elle réside dans les différences créées par les ex-occupants et qui divisent les autochtones. Les diverses tendances de ces derniers se font la guerre, chacune accuse les autres d’égarement ou d’hérésie. Toutes ces tendances, dans ces conditions, désobéissent à Dieu tout puissant qui a dicté : ﴾Maintenez-vous tous fermement liés à Dieu et ne vous divisez pas.﴿[7] Et a confirmé en d’autres termes : ﴾Cette communauté, la vôtre, est une seule communauté, tandis que Je suis votre Seigneur. Craignez-Moi donc !﴿[8].

Néanmoins leur dispersion a été provoquée par de nombreuses raisons en tête desquelles les mains invisibles des étrangers afin de ne pas permettre une union solide des croyants. Dans le passé, la diversité des opinions que préconisaient les différentes doctrines, sur des problèmes donnés, n’ont jamais touché ni affaibli cette unité. Les interventions du colonialisme, agressives et silencieuses, qui alimentent, de nos jours encore, les particularités doctrinales, n’avaient alors, pas de prise sur le monde islamique.

X
0 points

Ali a dit :...par ailleurs ces femmes ne travaillent pas et vivent au crochet des allocations et autres aides sociales, ce sont de véritable boulet économiques et sociaux". NON ?

Voici un exemple vivant qui contredit tes prétentions : Christelle, convertie : “Pourquoi je porte le voile intégral…”(reportage réalisé par "Le parisien") http://labregesurlislam.xooit.com/t235-Femmes-converties-en-islam.htm#p612