L’assassin iranien de Chapour Bakhtiar : une expulsion en bonne voie

La communication cousue de fil blanc de l’Elysée peut toujours opiner du chef négativement à la seule év

lundi 17 mai 2010

La communication cousue de fil blanc de l’Elysée peut toujours opiner du chef négativement à la seule évocation de contreparties pour la libération de Clothilde Reiss, le retour, en aller simple, qui semble se profiler à l’horizon pour l’iranien Ali Vakili Rad, a tout de la monnaie d’échange chèrement négociée.

Selon une source proche du ministère, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, s’apprête à signer aujourd’hui le décret d’expulsion de Vakili Rad, condamné en 1994 à perpétuité pour l’assassinat du dernier Premier ministre du chah d’Iran, Chapour Bakhtiar.

Il incombera alors au tribunal d’application des peines, compétent en matière de terrorisme, de se pencher mardi sur la demande de libération et l’expulsion vers sa terre natale d’un iranien, libérable depuis déjà un an, qui fut, sans nul doute, au cœur de tous les enjeux.

Une parfaite synchronisation de deux retours au pays dans une vaste nébuleuse de compensations tous azimuts, qui n’abusent plus personne depuis longtemps, sauf nos politiques, murés dans leur secret de polichinelle, qui les monnayent.

Publicité

commentaires