L’ambassadrice de France ment, le Quai d’Orsay tente de la couvrir

Après que le journal néerlandais TROUW ait révélé les pressions exercées par l’ambassadrice de France,

jeudi 27 janvier 2005

Après que le journal néerlandais TROUW ait révélé les pressions exercées par l’ambassadrice de France, Mme Anne Gazeau-Secret, sur les organisateurs et les journalistes de la table ronde du 21 janvier à la Haye (pour annuler mon invitation ou pour se retirer du débat), celle-ci a d’abord affirmé aux journalistes hollandais avoir simplement voulu avertir des « amis » (ce que ceux-ci ont nié être). Interrogé par l’AFP, l’ambassadrice change de version et affirme que c’est elle qui a reçu deux coups de téléphones. Les organisateurs du festival et les deux journalistes concernés ont affirmé avoir précisé au journal Le Monde, qui les a contactés hier, que l’ambassadrice mentait et que c’est bien elle qui les a contactés avec l’objectif d’exercer une pression pour m’empêcher de participer à la table ronde. Ils confirment ainsi la version du journal hollandais TROUW.

Par ailleurs, en date du 26 janvier, l’AFP a fait circuler une dépêche qui affirme que « [j’] accuse une ambassade de France d’avoir voulu [me] faire taire » sans autre détail sur la source de cette information. En agissant ainsi, l’AFP se borne à présenter ma parole contre celle du Quai d’Orsay qui « dément de telles pressions ».

Or, ce n’est pas moi qui affirme que l’ambassade de France est directement intervenue, mais les organisateurs du festival et deux des journalistes participant à la table ronde organisée le 21 janvier à la Haye. C’est le journal néerlandais TROUW qui s’en est fait l’écho dans son édition du 25 janvier 2005 (on trouvera la traduction intégrale de l’article ci-dessous.) Mis au courant de la version de l’ambassade de France relayée par le quai d’Orsay (par le journal Le Monde), les organisateurs et les journalistes cités dans l’article confirment donc leur version des faits : l’ambassadrice est personnellement intervenue et a tenté de les dissuader de m’inviter. La version de l’ambassadrice et du quai d’Orsay ne correspond donc en rien à la vérité.

La dépêche de l’AFP omet de mentionner la source de l’information et l’agence n’a pas pris contact avec les journalistes hollandais concernés ni avec les organisateurs du festival (ce que le journal Le Monde semble avoir fait) : le compte rendu est partiel et ne rend pas compte du fait que trois personnes confirment avoir été contactées par l’ambassade de France et se disent outrées par de tels agissements.

Enfin, Olivier Roy, cité dans l’article, tient à préciser que Richard Labévière l’a bien contacté pour le dissuader de participer à la table ronde (« ce qui entacherait sa réputation ») mais celui-ci, contrairement à ce qu’affirme le journaliste hollandais, n’a jamais fait mention de son rôle de consultant auprès du Ministre des affaires étrangères. Olivier Roy désire que l’on s’en tienne aux faits qui, dit-il, « sont déjà suffisamment graves »

Tariq Ramadan

27 janvier 2005

 

Article paru dans TROUW, le 25 janvier 2005

L’ambassade de France tente d’empêcher le débat.

Par Kustaw Bessems

25-01-2005

La Haye- L’ambassade de France a exercé une pression sur les participants à une conférence à La Haye afin que ceux-ci refusent tout débat avec le penseur musulman Tariq Ramadan. Les organisateurs ne sont pas contents de cette ingérence.

Ce vendredi eut lieu, à La Haye, une conférence-débat sous le titre « Le malaise de l’Orient, » qui fait partie du Festival littéraire Les Nuits d’Hiver. L’un des participants était Tariq Ramadan, un philosophe égyptien-suisse qui propage un ‘islam européen’ et fort populaire parmi le jeunes musulmans européens. Ton van de Langkruis, directeur artistique du festival, reçut un appel téléphonique le 20 décembre de la part de l’ambassade de France. Il eut Gilbert van de Louw, l’attaché scientifique, au bout du fil ; « Il ne mentionna pas sa fonction » se souvient Langkruis. « Il demanda : savez-vous ce que vous faites en invitant Ramadan ? Savez-vous comme il est explosif ? Il m’a dit que notre conférence était trop informelle. »

Selon van de Langkruis, l’attaché n’a pas dit explicitement que nous devions renoncer à notre programme, mais c’est bien cela que cela voulait dire. « Le ton était très autoritaire. » Michaël Zeeman, le journaliste qui dirigea le débat reçut un coup de fil de l’ambassadrice Anne Gazeau-Secret. « Elle essaya de me convaincre que Ramadan était dangereux, qu’il faisait patte de velours et qu’elle ne comprenait pas que j’allais présider ce débat. Je répondis : même si Ramadan est dangereux, ce que je ne pense pas, il pourra s’exprimer. Nous sommes aux Pays-Bas. »

Un des participants au débat, Olivier Roy qui est un islamologue français, reçut un appel de la Suisse de la part du journaliste Richard Labévière. Il ne mentionna pas l’ambassadeur, mais j’ai lu que ces deux-là étaient de vieux amis. « Il m’a dit que par ma contribution au débat, on pourrait penser que je soutenais Ramadan et que cela pourrait nuire à ma réputation. » Selon Roy, il faisait allusion à son poste de conseiller au Ministère français des Affaires Etrangères. Gazeau-Secret appela elle-même Paul Scheffer qui était aussi invité au débat. « Elle fit remarquer que Ramadan était très controversé en France. Elle était déjà fâchée que Ramadan ait été invité auparavant par le Ministère de l’Intégration aux Pays-Bas. Alors ce débat à La Haye était de trop. Elle ne m’a pas déconseillé de participer au débat, mais je trouvais déjà qu’elle avait outrepassé ses limites. »

Van de Langkruis, le directeur du Festival et Scheffer reçurent de l’ambassade un article paru dans le magazine français l’Express du 18 octobre. Dans cet article, une journaliste d’investigation démontre qu’après avoir écouté les prêches de Ramadan, celui-ci est un fondamentaliste qui séduit les gens avec un discours libéral. Ainsi, selon Ramadan, une femme ne pourrait pas rester seule avec un homme et un musulman ne pourrait accepter une loi qui contredirait sa foi. Ce même article fut aussi envoyé à notre journal en octobre par l’ambassade, après que nous ayons publié une interview avec Ramadan. L’ambassade ne diffuse jamais les informations qui seraient moins préjudiciables au sujet de Ramadan.

L’ambassadrice Gazeau-Secret qui a bientôt terminé son mandat aux Pays-Bas laisse entendre par une porte-parole que ses actions n’étaient ‘pas officielles’. Par ses coups de fil à Scheffer et Zeeman, « son souhait était de prévenir ses amis, et ceci avec les meilleures intentions » nous dit la porte-parole. Scheffer dit qu’il ‘connaît’ l’ambassadrice. Ceci est aussi le cas pour Zeeman qui se dit ‘honoré’, mais que de son point de vue « il n’a pas de lien d’amitié avec l’ambassadrice. »

Quant aux coups de fil aux organisateurs de l’événement ainsi qu’au conférencier Roy, l’ambassadrice ne sait pas donner d’explication. Elle insiste seulement sur le fait que Ramadan n’est pas le bienvenu en France ni aux Etats-Unis. L’ambassadrice admet aussi par la suite qu’elle faisait allusion à Ramadan lorsqu’elle écrivit dans le supplément du journal ‘Trouw Letter en Geest’ : « Prenons-nous suffisamment nos précautions avant de donner la parole à certains prêcheurs média géniques qui se présentent comme des philosophes lors de débats sérieux ? » Dans cet article, elle reproche au gouvernement néerlandais de ne pas faire preuve de réalisme face à la menace des groupuscules islamistes.

Publicité

commentaires