L’Iran, précurseur d’une classification des jeux vidéo « islamiquement correcte »

En provenance d’Iran, et à l’initiative de l’ESRA (Entertainment Software Rating Association), une clas

mardi 30 novembre 2010

En provenance d’Iran, et à l’initiative de l’ESRA (Entertainment Software Rating Association), une classification inédite des jeux vidéo vient de faire une entrée très remarquée lors du Dubai World Game Expo, la prestigieuse vitrine de la virtualité récréative et éducative, privilégiant une prévention respectueuse des valeurs fondamentales de l’islam.

Face à la prolifération et à l’engouement pour des jeux à la pointe de la sophistication, qui repoussent toujours plus loin les limites de la réalité virtuelle en exploitant des filons délétères, mais qui scotchent devant les écrans - la violence et la vulgarité - les Etats-Unis et l’Europe ont pris les devants en matière de sensibilisation parentale, à travers un système d’alerte fixant la classe d’âge de chaque jeu, et indiquant la présence de violence, de drogue, ou de discrimination.

Sous l’impulsion de la fondation nationale iranienne des jeux électroniques, les jeux vidéo disposent désormais de leur système de classification islamiquement correcte, qui s’articule autour de six grandes tranches d’âge (3, 7, 12, 15, 18 et 25 ans), avertit les parents de la présence, allusive ou exhibée, de violence, d’alcool, de drogue, de cigarette, de nudité ou d’homosexualité, tout en mettant à l’index la violation des valeurs religieuses, ou encore les scénarios jouant abusivement sur le registre de la peur.

Plébiscitée lorsque l’ESRA l’avait soumise en 2009, l’idée d’une classification commune des jeux vidéo conformément aux enseignements islamiques a fait son chemin, chacun espérant que le World Game Expo pourrait servir de tremplin pour convaincre les pays du Moyen-Orient du bien-fondé de ce dispositif préventif spécifique.

Les préconisations de l’ESRA n’auront-elles qu’une valeur informative, ou seront-elles suivies à la lettre ? Anas Al-Madani, vice-président d’Index Holding, qui est notamment l’organisateur du Dubai World Game Expo, a insisté sur la mission de conseil de L’ESRA qui "servira d’indicateur pour les studios de jeux vidéo, afin de savoir si leurs jeux sont conformes aux valeurs islamiques, et ne violent pas les traditions islamiques des pays musulmans, tout en précisant qu’il avait à coeur d’inciter "les studios de développement et les éditeurs de jeux à adopter l’ESRA."

Publicité

commentaires