Le Pacte de Quincy

L’Arabie saoudite et les Etats-Unis s’acheminent vers la conclusion d’un contrat, le plus important cont

par

dimanche 26 septembre 2010

Arabie saoudite : Le Pacte de Quincy , une relation spéciale, mais de vassalité

L’Arabie saoudite et les Etats-Unis s’acheminent vers la conclusion d’un contrat, le plus important contrat d’armement de l’Histoire, de l‘ordre de quatre vingt dix (90) milliards de dollars, impliquant la modernisation de la flotte aérienne et de la marine saoudiennes. Soixante milliards de dollars seront affectés à la vente à l’Arabie saoudite de 87 chasseurs bombardiers « F-15 », de 70 hélicoptères de combat « Apache » et de 72 hélicoptères « Black Hawk », 36 hélicoptères Little Bird AH-6, ainsi que des bombes, des missiles, y compris la bombe guidée par GPS JDAM produite par Boeing et le missile guidé par laser Hellfire. Trente milliards de dollars complémentaires seront affectés à la fourniture de bâtiments de guerre et d’un système de défense balistique, complémentaire au réseau de missiles de type Patriot et au reconditionnement des anciens appareils de l’armée de l’air et de la marine.

Ce contrat a été conclu à l’occasion de la fête nationale saoudienne, le 23 septembre, célébrant la fondation du Royaume. Il devra être soumis au Congrès pour ratification et permettra le maintien d’un bassin d’emploi de 75.000 personnes de l’industrie militaire américain.

Le « Wall Street Journal », qui rapporte l’information le 13 septembre 2010, précise que la transaction vise à « renforcer les capacités combatives du Royaume face à l’Iran » sans faire peser des risques sur Israël. Les avions saoudiens seront privés d’armes de longue portée afin de sécuriser l’espace aérien israélien et leurs performances, tant en ce qui concerne leur équipement que leur maniabilité, seront, en tout état de cause, de moindre capacité que le nouveau appareil que les Etats-Unis envisagent de vendre à Israël, 20 chasseurs-bombardiers américains F-35 Lightning II (JS F-35), le super bombardier de supériorité technologique, dont le coût unitaire atteint la somme considérable de 113 millions de dollars pièce.

Ce contrat, jamais conclu par l’Amérique avec un autre pays, témoigne des « relations spéciales » entre les Etats-Unis et le Royaume d’Arabie saoudite depuis la signature du Pacte de Quincy. Une relation spéciale, certes, mais de vassalité

Le « Pacte de Quincy » a été scellé, en février 1945, sur le croiseur Quincy entre le Roi Abdel Aziz Ibn Saoud, fondateur du royaume, et le président américain Franklin Roosevelt, en route pour Yalta pour le sommet soviéto américain portant sur le partage du monde en zone d’influence.

Il s’articule sur cinq points.

 La stabilité de l’Arabie Saoudite fait partie des “intérêts vitaux” des Etats-Unis qui assurent, en contrepartie, la protection inconditionnelle du Royaume contre toute menace extérieure éventuelle. Par extension la stabilité de la péninsule arabique et le leadership régional de l’Arabie Saoudite font aussi partie des « intérêts vitaux » des Etats-Unis.

 En contrepartie, le Royaume garantit l’essentiel de l’approvisionnement énergétique américain, la dynastie Ibn Saoud n’aliénant aucune parcelle de son territoire, les compagnies concessionnaires ne seraient que locataires des terrains.

Les autres points portent sur le partenariat économique, commercial et financier saoudo américain ainsi que sur la non ingérence américaine dans les questions de politique intérieure saoudienne.

Le « Pacte du Qunicy » »s’est révélé être une alliance contre nature entre une puissance qui se veut la plus grande démocratie libérale du monde et une dynastie qui se revendique comme la plus rigoriste monarchie théocratique du monde.

Ce pacte a assuré la stabilité du ravitaillement énergétique mondiale et la prospérité économique occidentale, parfois au détriment des intérêts des autres producteurs du tiers-monde, sans pour autant donner satisfaction aux revendications légitimes arabes notamment à propos de la question palestinienne.

En application de ce pacte, qui a donné lieu aux plus invraisemblables dérives, l’Amérique a assumé un rôle étymologiquement rétrograde, en négation avec les valeurs qu’elle professe.

Parangon de la démocratie et du libéralisme dans le monde, elle s’est posée en « parrain » du royaume le plus hermétique de la planète, s’opposant aux expériences de modernisation et de démocratisation du tiers-monde, comme ce fut le cas, en Iran, en 1953, lors de la nationalisation des installations pétrolières par le dirigeant nationaliste Mossadegh, en Egypte, en 1967, contre le chef de file du nationalisme arabe, Gamal Abdel Nasser, ou encore dans le pré carré américain, au Guatemala, en 1954, et au Chili, en 1973, contre le président socialiste démocratiquement élu Salvador Allende, renversé par une junte militaire le 11 septembre 1973, curieusement à la date anniversaire des attentats de Manhattan et de Washington, avec le soutien actif des Américains.

Toujours en application de ce même pacte, l’Amérique a décrété à la suite de l’invasion du Koweït en 1990 une mobilisation internationale contre l’Irak anéantissant pratiquement ce pays jadis à l’avant garde du monde arabe, le maintenant en état d’apoplexie, sous embargo près de douze ans après les hostilités, nourrissant ainsi le procès de la partialité occidentale par sa mansuétude à l’égard d’Israël, suscitant en contrepoint une volonté de réhabilitation des peuples arabes et musulmans qui s’est confondue pour beaucoup de militants islamistes avec une soif de revanche.

Enfin en vertu de ce même pacte, les Etats-Unis ont exonéré l’Arabie saoudite de sa responsabilité dans les attentats anti-américains du 11 septembre 2001, marqués par la participation à l’opération de quinze saoudiens sur les 19 membres de l’équipée, détournant sur l’Irak la colère vindicative du peuple américain.

Le nouveau contrat militaire de quatre vingt dix milliards de dollars témoigne de cette « servitude volontaire » de l’Arabie saoudite à l’égard des Etats-Unis. Alors qu’une importante armada américaine est déployée dans la zone Golfe persique – Océan indien, et, qu’un cordon sanitaire a été déployé autour de l’Iran par un chapelet de bases (Bahreïn, Abou Dhabi, Koweït, Massirah, Diego Garcia et Djibouti), ce contrat vise non à doter l’Arabie saoudite d’une défense tous azimuts, mais de la renforcer « face à l’Iran », puissance du seuil nucléaire, et non Israël, puissance nucléaire de plein exercice, de surcroît puissance occupante de Jérusalem, le 3me haut lieu saint de l’Islam.

Le Royaume saoudien débloque ainsi 90 milliards de dollars pour résorber le chômage aux Etats-Unis et justifier, sous l’apparence d’un faux équilibre, une transaction qualitativement supérieure entre les Etats-Unis et Israël.

Publicité

Auteur : René Naba

 Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information, est l’auteur notamment des ouvrages suivants: "Média et Démocraitie, La captation de l'imaginaire un enjeu du XXI me siècle", Golias Novembre 2012 -"Erhal (dégage), La  France face aux rebelles arabes" Golias Novembre 2011- "Les révolutions arabes ou la malédiction de Camp David" Editions Bachari Mai 2011- "Hariri de père en fils, hommes d'affaires, premiers ministres" - Harmattan Janvier 2011 -«Liban: Chroniques d’un pays en sursis » (Éditions du Cygne) - «Aux origines de la tragédie arabe”, Editions Bachari 2006 - ”Du bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français”- Harmattan 2002. «Guerre des ondes, guerre de religion, la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen» (Harmattan 1998)- “De notre envoyé spécial, un correspondant sur le théâtre du monde”, Editions l’Harmattan Mai 2009 - L'Arabie saoudite, un royaume des ténèbres; L'Islam otage du wahhabisme" Golias Automne 2013: www.renenaba.com

commentaires