L’Arabie Saoudite célèbre sa "reine de la beauté morale"

Pour qui ne craint pas de se décentrer de son univers familier pour se frotter au dépaysement culturel, les

mercredi 27 octobre 2010

Pour qui ne craint pas de se décentrer de son univers familier pour se frotter au dépaysement culturel, les concours de beauté version saoudienne font faire un sacré bond dans une autre dimension, au pays de la sacralisation de la beauté intérieure, celle qui brille sous les voiles.

La très rigoriste Arabie Saoudite, qui ne badine pas avec la gent féminine, mais se prosterne devant sa vertueuse moralité, vient d’introniser sa nouvelle « reine de la beauté morale », en la personne d’une jeune saoudienne aveugle, Zeinab al-Khatam.

A 24 ans, l’heureuse lauréate s’est démarquée de ses rivales, au nombre de 400, par son respect des valeurs familiales, une qualité éthique hautement appréciée au royaume où l’ultraconservatisme n’est pas un vain mot.

Zeinab al-Khatam est une reine de beauté à nulle autre pareille, plébiscitée par un jury entièrement féminin qui a récompensé l’abnégation et le dévouement d’une femme peu gâtée par le sort, qui a fait le choix de rester à la maison pour veiller sur les siens.

Pour qui ne craint pas de dépasser le carcan de nos canons esthétiques, et le rituel immuable de nos concours de Miss où l’effeuillage est de rigueur, pour qui ne craint pas d’appréhender un autre monde, à des années lumière de la dictature du paraître, exhibitionniste, désinhibée, et au final aliénante, l’Arabie Saoudite c’est le "choc civilisationnel" garanti au pays de la beauté qui se devine, sous les voiles de l’extrême pudeur.

Publicité

commentaires