Jour noir pour le Proche-Orient

Le MRAP tient à exprimer sa plus vive inquiétude après la coalition du Likoud avec la formation d’extrêm

mardi 17 mars 2009

Le MRAP tient à exprimer sa plus vive inquiétude après la coalition du Likoud avec la formation d’extrême droite Israël Beteinou qui obtient le Ministère des Affaires étrangères confié à Avigdor Lieberman et les portefeuilles de la Sécurité intérieure, des Infrastructures, du Tourisme et de l’Intégration.

C’est la pire des solutions qui a été retenue par Benjamin Netanyahu. Otage d’Israël Beteinou, la coalition formée est porteuse d’une politique dangereuse tant au niveau national avec la stigmatisation agressive des Arabes israéliens qu’au niveau international

Après l’agression criminelle menée contre Gaza en janvier dernier, la constitution de ce gouvernement est un nouveau pas vers la destruction de la Palestine et de tout espoir de paix. Jour noir pour les palestiniens d’Israël qui vont être victimes de discriminations d’autant plus violentes qu’Israël Beitenou a mené sa campagne électorale sur des thèmes racistes anti-arabes.

Jour noir pour les Palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem-Est qui, s’ils n’attendaient rien des élections israéliennes, vont voir leur situation encore se dégrader avec la politique du nouveau gouvernement dont l’objectif est de chasser les Palestiniens en leur rendant la vie impossible, la colonisation de la Cisjordanie étant un élément central de la politique israélienne depuis 40 ans mais qui va connaître une accélération rendant impossible tout accord futur.

Jour noir pour les Israéliens de Gaza pour qui le blocus et les bombardements continuent tandis que des tonnes de vivres pourrissent du coté égyptien.

Jour noir pour les Israéliens pour qui la sécurité ne peut être assurée que par la création d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 et qui auront à affronter à juste titre les condamnations de la communauté internationale des citoyens à défaut de celle des Etats.

L’entrée de l’extrême droite dans le gouvernement est le symptôme d’une fuite en avant qui montre à quel point la situation politique en Israël ira en se dégradant tant que la reconnaissance d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 ne sera pas à l’ordre du jour.

Il en est de même de la situation avec l’Iran : alors que le président Obama semble vouloir éviter une confrontation directe, une politique israélienne entrant en contradiction avec cette nouvelle donne, représenterait un obstacle majeur à une amélioration des relations avec l’Iran voire un risque lourd de menaces pour la paix dans toute la région.

Le Mrap rappelle que lors de l’entrée du parti de Jörg Haider, autre raciste d’extrême droite, dans l’exécutif autrichien, l’Europe avait pris des sanctions, certes symboliques, contre ce pays.

Après avoir boycotté le gouvernement dirigé par le Hamas sous prétexte qu’il ne reconnaissait pas formellement Israël, l’Union Européenne va-t-elle enfin prendre des sanctions contre le gouvernement israélien qui ne reconnaît même pas formellement les droits du peuple palestinien  ? Il y a urgence de tout mettre en oeuvre pour que l’irréparable ne soit pas atteint sous peine de considérer Israël comme un pays particulier, méritant un traitement particulier, ce qui est lourd de conséquences et ne peut qu’alimenter l’antisémitisme.

Publicité

commentaires