Jérusalem : le musée de la tolérance, le mal-nommé

Bien mal en a pris Israël de baptiser son nouveau grand projet architectural et culturel, au cœur de Jérusa

jeudi 18 mars 2010

Bien mal en a pris Israël de baptiser son nouveau grand projet architectural et culturel, au cœur de Jérusalem Ouest, le musée de la tolérance !

Déblayer le terrain pour héberger les siens, et faire place nette pour bâtir des monuments à sa gloire, la suprématie de l’Etat juif s’érige sans état d’âme, matérialisant, pierre après pierre, son vaste plan de judaïsation de Jérusalem, dans la continuité des expulsions en nombre de familles palestiniennes vers la partie orientale de la ville.

Pomme de discorde, qui affecte cruellement la communauté arabe de la ville Sainte, le musée de la tolérance s’implantera sur l’emplacement historique du cimetière musulman de Mamilla datant du XIIème siècle, parachevant, au vu et au su de tous, une politique d’épuration qui vise progressivement à gommer toute empreinte musulmane de Jérusalem.

Chantier placé sous haute surveillance, le futur Centre pour la dignité humaine, présenté fièrement comme la réplique du musée de Los Angeles, est bordé d’une palissade métallique, émaillée de barbelés, l’ensemble sous l’œil scrutateur de caméras. Mais, à des milliers de kilomètres de l’insouciance californienne, Jérusalem est assis sur une poudrière qui l’éloigne chaque jour davantage de son image d’Epinal de ville emblématique de la tolérance, où coexistent sereinement les trois religions monothéistes.

Ultime recours, une plainte a été déposée le 10 février auprès de l’ONU par des opposants palestiniens qui ne désarment pas, désespérément en quête du petit grain de sable juridique, susceptible d’ enrayer l’infernale machine de guerre israélienne.

Pour appuyer une nouvelle démarche intervenant après de multiples appels devant la Cour Suprême d’Israël, tous restés lettre morte, l’ambassadeur du Yémen et président du groupe des Etats arabes, Abdulla Alsaidi, s’est fendu d’une mise en garde solennelle dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité de l’ONU : « La construction du Musée serait une mesure dangereuse et irresponsable (qui) suscitera des sentiments de rage dans le monde arabe et musulman" a-t-il alerté.

Le musée israélien de la tolérance, le mal-nommé, est une transgression de plus de l’humainement tolérable.

Publicité

commentaires