Jean-François Copé se fait l’avocat de la langue arabe, qui l’eût cru ?

A la faveur d’une interview sur BFM TV, l’ancien Juppéiste, puis très Villepiniste maire de Meaux, Jean-

vendredi 16 octobre 2009

A la faveur d’une interview sur BFM TV, l’ancien Juppéiste, puis très Villepiniste maire de Meaux, Jean-François Copé, a livré un ardent plaidoyer en faveur de l’enseignement de la langue arabe en France. Qui l’eût cru… ?

Celui qui peut se targuer d’avoir été l’une des rares bêtes noires de Nicolas Sarkozy, du temps où ce dernier se rêvait un avenir élyséen en se rasant, le politique multi-casquettes, député, président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, mais aussi avocat à ses heures, réputé pour un parler vrai que son ennemi d’hier devenu souverain aujourd’hui n’aurait pas renié, a défendu avec conviction l’idée que la langue arabe puisse être choisie dans le secondaire en troisième langue, au même titre que la grande tendance du moment : le chinois.

Devant un Olivier Mazerolles interloqué, confondant allègrement impertinence journalistique et sectarisme anti-musulman, Jean-François Copé, qui est également le fondateur du club politique « Génération France », porteur d’une vision française que l’on suppose en maturation pour 2012, s’est mué en militant arabophile résolu à privilégier le vivre-ensemble.

Comment ne pas être sensible à une telle déclaration d’intention, subtilement à contre-courant, qui réhabilite la richesse d’une langue diabolisée ?

Un enthousiasme cependant vite tempéré par un paradoxe qui jette le trouble : à l’heure où la France noue des liens avec les pays du Golfe notamment dans le cadre de l’implantation de la finance islamique, pourquoi réserver l’apprentissage de l’arabe aux seules populations d’origine arabo-musulmane et ne pas la rendre accessible à tous ?

Libérer la langue arabe de la confidentialité de ghettos qui la bâillonnent, tel serait le vrai courage politique au service d’une France unie et plurielle. Jean-François Copé l’avait pourtant assuré dans son ouvrage : « Promis, j’arrête la langue de bois ! »…

Publicité

commentaires