Interview exclusive de Kamel Al Sharif : Secrétaire général du Conseil Mondial Islamique

Je m’appelle Kamel Al Sharif, je suis Jordanien, je suis actuellement Secrétaire gén&eacut

mardi 25 février 2003

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Kamel Al Sharif, je suis Jordanien, je suis actuellement Secrétaire général du Conseil Mondial Islamique basé au Caire. Notre association réunit des organismes non gouvernementaux de stature internationale comme la Ligue Islamique Mondiale, l’Université et le complexe d’El Azhar, l’Association Munazamt-ad-dawa qui est d’origine soudanaise mais qui couvre toute l’Afrique, l’Association du Secours Islamique Mondial…

Le Conseil Mondial Islamique a comme seule fonction est de coordonner les efforts de ces organismes, dans les domaines de l’entraide, du secours, de l’aide humanitaire et de la dawa (présentation de l’islam), nous nous interdisons toute action sur le terrain. Je suis également Ancien Ministre des Affaires Islamiques de Jordanie, Ancien ambassadeur de Jordanie dans de nombreux pays, directeur Général du Conseil d’Administration de A-Doustour, quotidien en Jordanie.

Quel regard portez-vous sur le hadj de cette année ?

C’est mon 26ème Hajj, le premier était en 1954, je peux maintenant réaliser les formidables progrès : à cette époque de Sa’i (entre Safa et Marwa) était un chemin de terre, bordé de petites baraques abritant des échoppes, des animaux et des hommes. La Mosquée Sacrée est beaucoup plus grande maintenant, elle est également plus confortable, plus propice à la prière, à la réflexion… à cette époque, il n’y avait que 400 000 pèlerins maintenant il y en a 2 300 000 officiellement. J’ai effectué 7 fois le pèlerinage en tant qu’ « Amir El Hajj » (directeur national du pèlerinage) Jordanien…

Le Hajj est considéré comme un des piliers de l’islam, il met le musulman dans un état de pureté originelle : quand il laisse les occupations ordinaires qui symbolisent la vie quotidienne pour mettre un habit de draps simple où l’esprit est libéré pour aller à la vérité. Comme Platon le disait : « quand l’esprit se sublime, il se rapproche de La Vérité ». Mais dans le concept de La Vérité islamique, on ne trouve pas la « vérité » des incroyants, mais on trouve plutôt « Le Haq » (le droit, la justice), toute la philosophie islamique tourne autour de cette notion. Et Allah est La source du « Haq ».

Le pèlerin est donc plus à même d’approcher La Vérité, réfléchir, spiritualiser. Le Hajj a été institué par le prophète Abraham, le Prophète de l’islam (SWS) n’a fait que revivifier cette tradition. Il faut que le croyant se mette en état de pureté : comme le dit le Coran : pas de controverse, pas de dispute pas d’injure pendant le Hajj. L’idée est qu’il existe une communauté musulmane unique qui porte le message divin et qui s’unit autour de ce message.

Comment percevez-vous le regain actuel de l ’islamophobie ?

L’inimité contre l’islam est très ancienne, elle est arrivée dès l’avènement de l’islam, pour des raisons religieuses et stratégique.

Au plan religieux par exemple, selon les Dogme judaïque et chrétien, qui prétendent qu’il n’y a pas de place pour un nouveau prophète, les croyants de ces religions considèrent que s’ils reconnaissaient la prophétie de Mohamed, ils pensent qu’ils effaceraient leur propre religion. Ce n’est pas le cas de l’islam qui reconnaît les autres religions monothéistes et les croyants comme des frères en religion.

Pour nous, les prophètes sont des sources de lumière pour l’humanité, des porteurs de messages divins. Il serait bon que les Juifs et les Chrétiens remettent tous les prophètes à leur véritable place dans la chaîne prophétique.

Une des contribution essentielle de l’islam est également de lier la science et la croyance. Tous les savants islamiques étaient d’abord des hommes religieux, leurs écrits commençaient toujours par « Bismillah », pour bien marquer que leur science était un don d’Allah. Ainsi la science reste encadrée par la morale religieuse. Mais si la science se sépare de cet esprit, elle devient un vecteur de misère : cette "science" qui a conduit à Hiroshima et combien d’autres destructions et d’autres massacres.

La morale islamique est essentielle et un des besoins de la vie moderne. Il serait bon que des prédicateurs musulmans développent ces thèmes de la souffrance de l’humanité moderne pour en trouver des remèdes.

Le sens de la dawa n’est pas de faire de nouveaux convertis, ce n’est pas le but ! Le but est de faire de l’homme une créature digne d’Allah. Représentant l’esprit de toutes les religions. De faire d’un chrétien un bon chrétien, de faire du juif un bon juif parce que nous sommes des membres d’une même famille monothéiste : « nous vous avons créé en peuples différents pour que vous vous entre connaissiez  » dis le Saint Coran et le meilleur d’entre nous, aux yeux d’Allah, est le plus pieux.

C’est pour ça que nous avons peur que l’offensive actuelle contre l’islam supprime les courants modérés et favorise l’émergence de courants extrémistes et je pense que le courant sioniste, par exemple, a intérêt à pousser les Chrétiens et les musulmans à se combattre pour finalement s’affaiblir mutuellement.

Au plan stratégique, l’offensive actuelle se dirige préférentiellement contre les pays modérés et les organisations de bienfaisance comme la Ligue Islamique Mondiale ou le Secours Islamique, qui sont maintenant taxées d’être des organisations terroristes. Pour ceux qui nous attaquent, ce ne sont que des étapes alors que nous sommes tous contre le terrorisme… Qui seront leurs prochaines cibles ?

Mais en définitive, les attaques contre l’islam le rendent plus fort : « Nous avons fait descendre le rappel et c’est notre devoir de le protéger » nous aimerions simplement épargner à l’humanité de traverser des crises et des guerres et des massacres pour rien.

Le but des grandes puissances devrait être de favoriser le dialogue des civilisations, pas la guerre entre les civilisations. La violence entraîne malheureusement la violence…. Nous ne pouvons pas contrôler les réactions de tous les musulmans face à des agressions injustes. »Les empires meurent en digérant leurs conquêtes » disait Napoléon Bonaparte, qui était un expert en la matière.

Nous assistons à un retour fatal à l’impérialisme et au colonialisme mais sous un masque modernisé. Cicéron disait à propos des peuples soumis par Rome : "Peu importe qu’ils nous aiment ou nous haïssent, pourvu qu’ils nous craignent" mais tous les historiens sont maintenant d’accord pour affirmer que la cause principale de la chute de l’empire romain fut la haine que lui portait les peuples conquis.

Nous ne souhaitons pas le même destin à nos grandes puissances actuelles. Nous avons besoin des grandes puissances pour garantir le droit international, pas pour écraser les faibles.

Malheureusement même l’ONU pourtant établie au départ dans ce but, est devenu un instrument partisan servant les intérêts des forts au détriment des faibles. Nous craignons qu’elle subisse le même destin que la Société des Nations, son ancêtre, immolé sur l’autel des ambitions fascistes.

Propos recueillis par le Docteur Abdallah

Publicité

commentaires