Il s’agit non pas d’un effet domino mais d’un effet boomerang.

Il y a beaucoup de choses haram dans le monde arabe qui sont transgressées : la corruption, l’arbitraire,

par

vendredi 21 janvier 2011

René Naba analyse les événements en Tunisie pour le Jeune Indépendant.

René Naba, ancien correspondant de guerre dans le tiers-monde, un connaisseur du monde arabe – son prochain ouvrage sera : Hariri, de père en fils, hommes d’affaires, Premiers ministres, Harmattan février 2011 – nous livre son analyse sur la Tunisie et au-delà, son onde de choc dans le monde arabe.

Le Jeune Indépendant : Ces immolations, fait nouveau dans le monde arabe, malgré l’interdit religieux qui paraît ne pas fonctionner, c’est quand même haram ?

René Naba : Certainement haram ! Et douloureux. Il y a beaucoup de choses haram dans le monde arabe qui sont transgressées : la corruption, l’arbitraire, l’autoritarisme, le terrorisme d’Etat, l’incompétence, le népotisme… Haram pour haram, l’immolation est une forme de protestation non pas bureaucratique, mais dans la propre chair du protestataire, au prix de sa vie. Mohamed Bouaâzizi, l’étincelle déclenchante du soulèvement en Tunisie, a fait des siennes. Il a incorporé la dernière stance de l’hymne national de son pays : Namoutou fayahya lwatan. Ce n’est pas le premier dans le monde arabe. Ceux qui vivent la mémoire collective arabe se souviennent parfaitement d’Ahmad Djaâfar Kassim, le premier en novembre 1982 qui a implosé sa vie contre le quartier général israélien à Tyr, au Sud-Liban, entraînant dans sa mort 40 Israéliens et près de 150 blessés. A un degré moindre, au péril de sa vie, Montadar Al Zaydi a bravé la première puissance planétaire de tous les temps avec une vieille savate. Le monde arabe leur est redevable de sa dignité.

Ce phénomène a un effet, comme disent les Occidentaux, domino. Malheureusement, il touche l’Algérie. Aujourd’hui, on en est à la 7e victime. En tant qu’ami de l’Algérie, quel est votre regard ?

Il est impropre de parler d’effet domino. Il est malsain de copier passivement les analyses occidentales. En ce qui concerne l’Algérie, c’est en tant qu’ami de l’Algérie et de son histoire que j’interviens. Sans complaisance, mais en toute loyauté et fraternité. Le président Bouteflika, que j’avais connu autrefois personnellement plus audacieux et dynamique, doit sortir de son immobilisme, de crainte que son passé glorieux, de même que le passé glorieux de l’Algérie, tourne au passif. Il importe de mettre en adéquation les deux richesses de l’Algérie [...], la rente pétrolière et la jeunesse algérienne. C’est-à-dire d’être en phase avec les aspirations profondes de ce qui constitue l’avenir de l’Algérie. L’Arabie saoudite et le Koweït ne s’y sont pas trompés. Le roi d’Arabie a débloqué, dans la foulée des événements, 700 milliards de dollars pour satisfaire son marché intérieur, le Koweït 400 milliards. Quiconque connaît l’Algérie sait que 200 à 300 milliards de dollars ne paraissent pas excessifs pour moderniser les infrastructures en piteux état et décongestionner Alger.

Effet domino ou effet boomerang ?

C’est un effet de contagion. Une commune situation de souffrance et de privation engendre une réplique similaire. Il s’agit non pas d’un effet domino mais d’un effet boomerang. La défaite arabe de 1967 a provoqué la chute de la monarchie libyenne, la perte de la base américaine de Wheelus et la base anglaise de Ben Ghazi, entraînant la perte de la façade occidentale de la Méditerranée au bénéfice du camp arabe. Elle s’est prolongée par le coup d’Etat du Soudan et par celui de l’Irak.

Le traité de paix israélo-égyptien de mars 1979 a été compensé par la chute de la dynastie des Pahlévi. L’invasion américaine de l’Irak avec l’éviction d’un pouvoir sunnite dans l’ancienne capitale des Abbassides a provoqué un séisme dupliqué par l’élimination du chef du clan saoudo-américain au Liban, Rafic Hariri, le démembrement du Soudan, la chute du rempart de l’intégrisme de l’Afrique du Nord. Moubarak en Egypte et Saad Hariri au Liban doivent bien méditer les événements de Tunis et réfléchir aux conséquences de leur acte. La servilité à l’égard de l’Amérique ne constitue en aucune manière un gage absolu de pérennité. Que Moubarak garde en mémoire les précédents de Sadate et Saad celui de son père et avec les amis occidentaux, méditer sur le sort de Benazir Bhutto au Pakistan, de Chah Massoud en Afghanistan, etc.

Entretien réalisé à Paris par Samir Méhalla

Publicité

Auteur : René Naba

 Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information, est l’auteur notamment des ouvrages suivants: "Média et Démocraitie, La captation de l'imaginaire un enjeu du XXI me siècle", Golias Novembre 2012 -"Erhal (dégage), La  France face aux rebelles arabes" Golias Novembre 2011- "Les révolutions arabes ou la malédiction de Camp David" Editions Bachari Mai 2011- "Hariri de père en fils, hommes d'affaires, premiers ministres" - Harmattan Janvier 2011 -«Liban: Chroniques d’un pays en sursis » (Éditions du Cygne) - «Aux origines de la tragédie arabe”, Editions Bachari 2006 - ”Du bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français”- Harmattan 2002. «Guerre des ondes, guerre de religion, la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen» (Harmattan 1998)- “De notre envoyé spécial, un correspondant sur le théâtre du monde”, Editions l’Harmattan Mai 2009 - L'Arabie saoudite, un royaume des ténèbres; L'Islam otage du wahhabisme" Golias Automne 2013: www.renenaba.com

commentaires