Huchon-Aounit : réaction citoyenne au mépris du suffrage universel

Jeudi 8 avril 2004, s’est tenue une conférence de presse à l’espace Renaudie à Aubervilliers en présen

par

vendredi 9 avril 2004

Jeudi 8 avril 2004, s’est tenue une conférence de presse à l’espace Renaudie à Aubervilliers en présence de Mouloud Aounit, conseiller régional, de représentants du comité de soutien à l’appel ci-joint, d’élus locaux et départementaux du Parti Communiste, du Parti Socialiste, des Verts, de représentants d’associations de défense des droits de l’homme, et de citoyens.

Au cours de cette conférence a été annoncé la création d’un collectif "Contre le mépris du suffrage universel et pour l’égalité citoyenne". Ce collectif a annoncé :

  1. Le lancement d’un appel aux personnalités, aux partis politiques, aux associations, aux syndicats et aux citoyens (cf. texte ci-joint ou signez l’appel en ligne : http://www.aounit2004.org/article.php3 ?id_article=179
  2. L’organisation d’un rassemblement le 29 avril 2004 devant le Conseil régional d’Ile-de-France (jour de la prochaine réunion de l’assemblée locale) et devant le siège du Parti Socialiste, rue de Solferino. Le collectif demandera à cette occasion un rendez-vous avec Messieurs Huchon et Hollande.

Collectif "Contre le mépris du suffrage universel et pour l’égalité citoyenne"

Appel : NON AU MEPRIS DU SUFFRAGE UNIVERSEL

Dimanche 28 mars, les citoyens de ce pays ont rejeté la politique de casse sociale inspirée par le Président de la République et appliquée par son Premier ministre aujourd’hui cyniquement reconduit malgré un cinglant désaveu.

En Île-de-France, la dynamique de la gauche unie et du mouvement social a permis de consolider l’équipe en place depuis six ans, et cela sur la base d’un programme de justice sociale axée sur la démocratie participative. La liste menée par Jean-Paul Huchon s’est engagée à respecter la volonté de transparence fortement exprimée par les électeurs.

Pourtant, dès ses premières décisions, le groupe majoritaire au Conseil Régional d’Île-de-France prend le risque de mettre en danger le fragile mouvement d’espoir qui se manifeste dans le pays. En effet, l’un des symboles de l’ouverture des listes de gauche à la diversité de notre peuple, Mouloud Aounit, a été écarté des responsabilités de vice-président pour lesquelles il avait reçu des engagements formels de la part de François Hollande, premier secrétaire du Parti Socialiste.

Il ne s’agit pas là d’une quelconque "lutte de pouvoir", mais d’une grave atteinte aux souhaits des électeurs. Tête de liste de la "Gauche populaire et citoyenne" en Seine-Saint-Denis, Mouloud Aounit avait rassemblé 14,3% des suffrages soit près de 50000 voix, un score considéré comme exceptionnel par tous les observateurs.

Cette mobilisation s’était faite sur la base d’une campagne électorale d’une grande clarté, et Mouloud Aounit portait la voix de tous ceux qui vivent dans un département trop longtemps stigmatisé, trop longtemps victime des exclusions sociales, géographiques, culturelles.

Les dizaines de milliers de personnes qui se sont reconnues dans son discours, qui lui ont apporté leur suffrage pour qu’il porte leur voix là où leur vie se décide, toutes ces personnes se sentent aujourd’hui flouées.

Aujourd’hui, pour écarter Mouloud Aounit des responsabilités que la population plurielle d’Île-de-France a souhaité lui confier, Jean-Paul Huchon déclare "qu’il entend gérer la Région comme une entreprise, et qu’il a la liberté de choisir ses collaborateurs" (Libération....).

Ce serait aller au-devant de graves désillusions que de prétendre que le message envoyé par les électeurs est celui-ci. Si chacun exige que la Région soit un modèle de gestion rigoureuse, nous entendons également que la démocratie participative ne soit pas une vaine promesse, un slogan que l’on imprime sur les affiches et que l’on efface de son action dès que les isoloirs sont repliés.

Que reproche-t-on à Mouloud Aounit pour justifier ce qui s’apparente à une sanction politique ? Son action déterminée contre tous les racismes, son combat permanent contre les exclusions, son refus de ces tentatives communautaristes qui affaiblissent la République, sa volonté de voir une paix juste, respectueuse de tous les peuples, s’installer enfin au Proche-Orient ? Certains élus seraient-ils sensibles aux campagnes de diffamation orchestrées par quelques extrémistes contre lesquels Mouloud Aounit a décidé de porter plainte ?

On ne peut le croire.

Trop peu de citoyens français dont les ancêtres sont "nés quelque part" figurent dans les structures politiques où se prennent les décisions. On le constate, on le regrette, on sent combien ce blocage pèse sur la société, amplifie son malaise. La liste de la "Gauche populaire et citoyenne" avait innové, une démarche approuvée par le suffrage universel,  et il est aujourd’hui extrêmement préjudiciable à la nouvelle assemblée régionale que ce signe de maturité et d’espoir soit nié. En guise de "dédommagement", on offre à Mouloud Aounit une responsabilité de "délégué à l’insertion professionnelle et sociale des jeunes", au motif qu’il il y a "beaucoup de jeunes issus de l’immigration en Île-de-France"...

Ce n’est pas ainsi que l’on brise le carcan, on risque au contraire, par ce type de politique de renforcer le danger du communautarisme.

Le rejet de la politique ultra-libérale des gouvernements Chirac-Raffarin I, II et III, et l’exigence renaissante d’une politique plus juste, plus fraternelle ont porté la gauche au pouvoir en Île-de-France. Une confiance fragile qui peut rapidement faire défaut si les engagements ne sont pas tenus et qu’ils se transforment en simples promesses.

Nous qui refusons cette discrimination politique, spatiale, sociale, et raciale, exigeons :

  1. Le respect du suffrage universel ;
  2. Le respect des engagements pris ;
  3. Le respect de la démocratie participative.

La liste des premiers signataires qui ont d’ores et déjà décidé de signer cet appel sera rendue public dans les jours à venir...

Pour signer l’appel :

http://www.aounit2004.org/article.php3 ?id_article=179

Publicité

commentaires