Hausse de la délinquance : piètre bilan pour Nicolas Sarkozy

Cheval de bataille de l’ancien ministre de l’Intérieur hissé au zénith du pouvoir, la lutte contre la

vendredi 17 juillet 2009

Cheval de bataille de l’ancien ministre de l’Intérieur hissé au zénith du pouvoir, la lutte contre la « racaille » est au même titre que la « France du pouvoir d’achat » à ranger dans les tiroirs de slogans éculés, qui ont certes produits leurs effets électrisants, mais uniquement dans l’imaginaire collectif échauffé à dessein.

Appartenant au club très fermé des intimes du président, Brice Hortefeux, le nouveau ministre de l’Intérieur récemment gratifié pour sa fidélité et sa patience, a mobilisé tous les préfets de France et de Navarre en vue de mater une hausse alarmante de la délinquance, marquée par la plus forte progression des violences aux personnes depuis 1996 (les cambriolages et vols violents ayant cru de « presque 7% »).

Alors que les voyous courent toujours, les forces de police font la une de l’actualité la plus brûlante, ici décriées pour des contrôles intempestifs aux faciès, là pour un recours abusif à des gardes à vue sans ménagement, ou encore dernièrement épinglées pour usage de flash-ball meurtrissant à jamais des individus …

Bien piètre bilan pour Nicolas Sarkozy qui, après plus de deux ans de mandature, est en situation d’échec sur tous les fronts.

Social, économie, sécurité, droits de l’Homme, celui qui a fait miroiter des lendemains qui chantent à des citoyens français en quête de renouveau offre des perspectives d’avenir bien peu reluisantes, qu’il saura, à l’approche de 2012, travestir en une habile démonstration de ses grandes réalisations.

Publicité

commentaires