Gaza : le président du CRIF exige de l’UOIF qu’elle retire « ces mots inadmissibles »

Le Monde rapporte dans son édition du 3 mars les propos tenus par Richard Prasquier, président du CRIF au co

mardi 3 mars 2009

Le Monde rapporte dans son édition du 3 mars les propos tenus par Richard Prasquier, président du CRIF au cours du dîner annuel du CRIF qui s’est tenu le 2 mars à Paris.

« Le responsable du CRIF a réservé sa charge la plus sévère à "l’extrême gauche" et à l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). Reprenant des accents parfois adoptés par ses prédécesseurs, il a jugé ces "pourfendeurs d’Israël et théoriciens de l’antisionisme" coupables d’avoir participé à des manifestations "destinées à glorifier le Hamas", "un mouvement architerroriste" et de faire preuve "d’indignation sélective".

Résultat : cette année, le Parti communiste et les Verts n’ont pas été invités au "dîner républicain". Et M. Prasquier a exigé de l’UOIF, qui avait qualifié l’offensive de Gaza de "génocide sans précédent contre la population palestinienne", de "retirer ces mots inadmissibles" ; sans quoi "il ne sera pas question de reprendre le dialogue". Cette demande devrait durablement entraver les relations balbutiantes entre le Crif et le Conseil français du culte musulman (CFCM), dont est membre l’UOIF. »

Publicité

commentaires