Gamal al-Banna : "Tariq Ramadan n’est pas Frère musulman"

Pour le jeune frère d’Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans, Tariq Ramadan n’appartient pas

par

mardi 9 novembre 2004

Gamal al-Banna : "Tariq Ramadan n’est pas Frère musulman"

 

Pour le jeune frère d’Hassan al-Banna, fondateur des Frères musulmans, Tariq Ramadan n’appartient pas à la Confrérie. Une position partagée par les spécialistes de l’islam en Egypte.

 

Ce n’est pas un appartement mais une véritable bibliothèque, avec des étagères, encombrées de livres, grimpant jusqu’au plafond. Gamal al-Banna, 84 ans, le petit frère d’Hassan al-Banna, le fondateur des Frères musulmans, préside une Fondation pour "La culture et l’information islamiques", qu’il a créé avec sa jeune soeur, Fawziyya, aujourd’hui décédée. Le portrait de Fawziyya surplombe un bureau noyé sous les dossiers. "Mon petit-neveu Tariq Ramadan n’est bien évidemment pas Frère musulman. Il existe de grandes différences entre ses idées et celles de la Confrérie", assure ce petit homme en djellaba, auteur de plus de cent ouvrages. Gamal al-Banna passe en Egypte pour un modéré. Il ne conseille pas aux femmes de porter le voile, l’essentiel étant, selon lui, "la décence".

Le vieil érudit parle avec émotion de Saïd Ramadan, le père de Tariq, qui a épousé Wafa, la fille aînée de Hassan al-Banna. "C’était l’un des meilleurs cadres des Frères musulmans, et un excellent orateur", se rappelle-t-il. Seif Al-Islam al-Banna, 70 ans, secrétaire général du puissant syndicat des avocats égyptiens, est, lui, le fils d’Hassan al-Banna. Il tient le même discours : Tariq Ramadan, son neveu, n’a pas de " liens organisationnels avec les Frères musulmans ". En clair, les deux parents de l’universitaire suisse contestent la thèse défendue par Caroline Fourest dans son livre "Frère Tariq ". Un conseiller du " guide suprême " Caroline Fourest, comme Lionel Favrot, auteur de "Tariq Ramadan dévoilé" (1), assurent que non seulement Tariq Ramadan est Frère musulman, mais laissent entendre qu’il serait même le chef de la Confrérie pour l’Europe. "C’est absurde. Je n’ai jamais rencontré Tariq Ramadan. Je peux vous assurer que le fait d’être le petit-fils du fondateur des Frères musulmans ne vous donne pas de prérogatives ", assure le docteur Abd El Monem Abou El Fotouh, membre du haut conseil de la guidance. Ce géant barbu est l’un des principaux dirigeants de la Confrérie, l’un des conseillers de Mohammed Madhi Akef, 76 ans, le "guide suprême". Pour preuve ? Al-Islam al-Banna, le propre fils d’Hassan al-Banna, n’appartient même pas au haut conseil de la guidance, composée de 15 membres. Bien évidemment, comme le souligne Caroline Fourest "on peut être communiste sans avoir sa carte au PC", et Tariq Ramadan peut être idéologiquement proche des Frères musulmans, sans payer de cotisations à la Confrérie. D’ailleurs, ne fait-il pas un portrait très élogieux de son grand-père dans sa thèse universitaire intitulée "Aux sources du renouveau musulman" (2) ? Caroline Fourest ajoute que les islamistes "ont appris à pouvoir mentir pour ne pas être démasqués". Ce principe s’appelle la "taqiyya".

 

Pas de Frères musulmans en Suisse

 

"Pourquoi dissimulerions-nous nos liens avec Tariq Ramadan ? Nous n’avons jamais caché nos relations avec l’Union des organisations islamiques de France. En revanche, en Suisse, il n’y a pas d’organisations structurées liées aux Frères musulmans", commente le docteur Essam Elerian, Frère musulman et secrétaire général du syndicat des médecins. Certes, on peut imaginer que la famille de Tariq Ramadan, comme les Frères musulmans, dissimulent son appartenance pour des raisons stratégiques. Seulement voilà, des spécialistes de l’islam, qui ne sont pas, et de loin, des fans des islamistes, développent la même analyse

"C’est vrai, Saïd Ramadan, le père de Tariq, a été un leader étudiant. Il appartenait à la tendance dure des Frères. Je suppose que Tariq conserve une certaine " nostalgie " vis-à-vis de la Confrérie. Mais je suis persuadé qu’il n’a pas de liens avec celle-ci. C’est un penseur indépendant", constate Amr Elchoubaki, chercheur au centre d’études politiques et stratégiques Al-Ahram, un " think tank ", proche du pouvoir égyptien, qui fait régulièrement incarcérer les Frères. Le docteur Amr Elchoubaki va publier en 2005 " Les Frères musulmans en Egypte. Problématique d’intégration dans le processus démocratique ". Opinion partagée par le chercheur suisse Patrick Haenni, installée en Egypte depuis une dizaine d’années, employé par le Centre d’études et de documentation économique, juridique et sociale (CEDEJ) du Caire. " J’ai du mal à comprendre pourquoi en Europe, on s’en prend davantage à Tariq Ramadan qu’aux prêcheurs salafistes ? ", s’interroge ce spécialiste des Frères musulmans. 

(1) " Tariq Ramadan dévoilé ", par Lionel Favrot, éditions LyonMag
(2) " Aux sources du renouveau musulman ", par Tariq Ramadan. Editions Tawhid

Publicité

Auteur : Ian Hamel

Journaliste,  a publié “L’énigme Oussama Ben Laden” aux Editions Payot le 5 novembre 2008, auteur également du livre « La vérité sur Tariq Ramadan, sa famille, ses réseaux, sa stratégie » aux éditions Favre, préface de Vincent Geisser.

commentaires