Finkielkraut joue les victimes : un procès sans surprise

Finkielkraut comparaissait le 28 mai devant le 17ème chambre correctionnelle de Paris, poursuivi par CAPJPO-E

lundi 2 juin 2008

Finkielkraut comparaissait le 28 mai devant le 17ème chambre correctionnelle de Paris, poursuivi par CAPJPO-EuroPalestine et Oumma.com qu’il avait injuriées au micro de la radio juive RCJ en décembre 2005, nous traitant de « gens qui ne veulent pas lâcher la proie juive » après que nous avions dénoncé ses propos racistes et appelé à boycotter ses conférences.

Inutile de dire que le grand philosophe n’avait pas un seul élément à apporter aux juges pour justifier une telle injure. Il est donc parti dans un de ses délires préférés sur le « nouvel antisémitisme » de ceux qui considèrent l’Etat d’Israël raciste et qui, de ce fait, assimileraient automatiquement tous les juifs à des racistes !

Ce qui n’est pas son cas, bien entendu !

Dire à plusieurs reprises que "les Noirs et les Arabes ont la haine de la France ", que "les Antillais vivent de l’assistance de la métropole" , que "l’équipe de foot de France est ’black-black-black’ et qu’elle est devenue la risée de toute l’Europe" , ou encore dire, dans l’hebdomadaire Le Point, à propos du livre « La Rage et l’orgueil » d’Oriana Fallaci, qui a écrit que "Les musulmans se reproduisent comme des rats", et "souillent les églises d’occident des miasmes nauséabonds de leurs excréments ou de leur urine" que, "Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face » , c’est bien entendu du « débat d’idées ».

Le pauvre chéri est victime d’un lynchage médiatique, il n’est pas celui qu’on croit, tout le monde a déformé ses propos et la preuve c’est que la justice l’a jusqu’à présent relaxé !

Quant à EuroPalestine et Oumma, ce sont des gens qui voudraient le baillonner, lui qui a tellement de mal à s’exprimer, et à qui on voudrait supprimer les rares possibilités qu’il a de « débattre ». Pensez-donc, appeler au boycott des conférences d’un tel « philosophe », c’est bien du terrorisme.

Son avocate nous a même traités de « staliniens » parce que nous étions « dans le tout ou rien ». C’est vrai, on n’est pas forcément raciste ou antiraciste. « Un peu », « à moitié », ou « aux trois quarts » raciste, c’est finalement beaucoup plus libéral et moins « monolithique », si l’on a bien compris.

Le public, dont une salle de classe entière étant venue assister à un procès, a pu voir Alain Finkielkraut au bord de l’apoplexie à plusieurs reprises, quand nous avons :

  •  cité à la barre ses innombrables insanités racistes proférées contre les Noirs, les Arabes ou les Antillais, dans différents médias, et pas seulement dans Haaretz,
  •  affirmé que « la liberté d’expression » ne s’applique pas aux racistes, que la législation français l’autorise a tenir ce gens de propos dans son salon ou sa cuisine mais pas à la radio ou dans les journaux,
  •  déclaré odieux de sortir le « bouclier juif » en permanence et de s’autoriser à parler au nom de tous les juifs, comme il le fait en permanence, et à attiser de ce fait des sentiments antijuifs
  •  et quand nous avons donné quelques exemples des déclarations dont il est coutumier, comme :
  •  A propos de la Palme d’Or décernée par le jury du Festival de Cannes à "Farenheit 911, le film de Michael Moore : " C’est une très mauvaise nouvelle pour les juifs ! Car cette récompense est le fait de gens qui haïssent l’Amérique et qui du même souffle, du même pas satanisent Israël" . (RCJ 23 mai 2004)

    "Nous les juifs, on ne peut pas compter sur la société civile européenne" (Finkielkraut au micro de RCJ le 15 septembre 2003, après le sondage européen où 59 % des sondés avaient considéré qu’Israël constitue une menace pour la paix)

    Pas très frais non plus quand nous avons indiqué que nous continuerions à appeler au boycott de ses conférences tant qu’il tiendrait des propos racistes en toute impunité.

    Le cher philosophe n’a repris un peu de courage qu’en entendant le réquisitoire du jeune procureur (mais aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années !).

    Celui-ci s’est emberlificoté dans un laïus filandreux, d’où il ressortait que finalement, tout cela n’était qu’une "vive polémique" et que M. Finkielkraut ayant été traité de raciste par des centaines de gens et d’associations, on ne pouvait lui en vouloir d’en avoir choisi deux au hasard pour les traiter d’antisémites, voire de persécuteurs de juifs.

    Une « excuse de provocation » bien sélective, comme l’a fait remarquer Me Dominique Cochain, notre avocate, puisque de nombreux universitaires et associations ont signé l’appel au boycott de ses conférences, que des centaines d’auditeurs ont écrit à France Culture pour demander qu’il cesse de sévir sur cette chaîne publique, que des milliers de personnes ont exprimé leur indignation, sans pour autant être qualifiés de « gens qui ne veulent pas lâcher la proie juive ».

    Mais CAPJPO-EuroPalestine et Oumma.com défendent la cause palestinienne et ne peuvent donc être qu’antisémites, a expliqué celui qui fait « honneur à l’intelligence de la France ».

    Le jugement sera rendu le 7 juillet prochain. Mais il n’y a guère de suspense. Jamais trois sans quatre ! Il a été relaxé à trois reprises en dépit de diffamations et d’injures caractérisées ; il y a peu de chances pour que l’indépendance de la justice se manifeste davantage à cette occasion.

    Mais, les grandes associations ayant vocation à lutter contre le racisme ne faisant guère entendre leur voix, il est de notre devoir de citoyens de ne pas laisser ce poison se répandre sans réagir, car tout le montre : « le racisme, ça commence avec des mots…on sait comment cela se termine ».

    CAPJPO-EuroPalestine

  • Publicité

    commentaires