Et l’islamophobie dans tout ça ?

L’actualité brûlante grave chaque jour une nouvelle page dans le livre éphémère de l’information, les

jeudi 24 juin 2010

L’actualité brûlante grave chaque jour une nouvelle page dans le livre éphémère de l’information, les événements se volant mutuellement la vedette dans le bruit et la fureur médiatique, au point de perdre le fil de sujets de société cruciaux, relégués au rang d’entrefilets après avoir fait les gros titres.

Quid de l’islamophobie, et de la prétendue prise de conscience du gouvernement qui, jusqu’à ce jour, ne s’est traduite que par les mots indignés d’usage, égrenés dans de lapidaires communiqués de presse officiels ?

Effet placebo cherchant à tempérer les ardeurs revendicatives ou bien véritable panacée contre l’engeance du mal, la signature, le 17 juin dernier, de « la convention-cadre pour la mise en œuvre d’un suivi statistique et opérationnel des actes hostiles aux musulmans de France », entre le président du CFCM Mohammed Moussaoui, et le ministre de l’Intérieur, le très discrédité Brice Hortefeux, laisse perplexe, même si l’espoir républicain d’éradiquer le fléau islamophobe reste chevillé au corps.

Sans répit, le doute cruel s’installe quand, en lisant entre les lignes, notamment sur le site du ministère de l’Intérieur, on prend très vite toute la mesure de la hiérarchisation des priorités, qui éclipse sciemment un enjeu majeur pour la cohésion nationale, l’islamophobie, au profit d’un épiphénomène, le voile intégral, soumis le 7 juillet à la délibération des parlementaires.

En dépit d’une comptabilité alarmante - 1 026 actes racistes recensés en 2009, dont « au moins 30 % concernent la composante musulmane », 2010 s’annonçant comme un grand cru dans la recrudescence d’attaques en tout genre – d’un rapport accablant pour la France de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance, d’un appel, dans le désert, du député UMP Eric Raoult en faveur d’une mission parlementaire sur la montée de l’islamophobie, n’est-il pas proprement ahurissant que l’on préfère minorer l’islamophobie, en parlant plus volontiers d’ « actes hostiles aux musulmans », par le truchement de Brice Hortefeux, le bon serviteur toujours dans l’ombre du maître Sarkozy, maintenu place Beauvau envers et contre sa disqualification judiciaire pour« injures raciales » ?

Entre manœuvres imprégnées d’un symbolisme suspect, et violents téléscopages d’images créant un profond sentiment de malaise, la seule porte qui s’ouvre grand est celle de la défiance, mêlée de la crainte de voir les islamophobes de tous poils remis en selle.

Publicité

commentaires