Dustin Hoffman et d’autres stars d’Hollywood boycottent le festival international du film à Jérusalem

Dustin Hoffman, l’anti-héros le plus attachant de l’histoire du cinéma américain, boycotte le festival

lundi 12 juillet 2010

Dustin Hoffman, l’anti-héros le plus attachant de l’histoire du cinéma américain, boycotte le festival international du film qui ouvre ses portes jeudi à Jérusalem.

Dans une déclaration au Jerusalem Post, le patron de la manifestation, Molad Hayo, indique que l’actrice états-unienne Meg Ryan, autre star de Hollywood, ne fera pas le déplacement.

Le prince Albert de Monaco, invité dans le cadre d’un hommage du festival à sa mère, la défunte actrice hollywoodienne Grace Kelly –laquelle, soit dit en passant, avait eu des gestes de solidarité avec les combattants de l’indépendance algérienne, à la fin des années 1950 – a également fait défection.

« Aucune de ces personnalités ne nous a officiellement donné de raison pour ces annulations. Mais nous en avons été avisés dès le lendemain de l’attaque contre la Flottille, et il est évident qu’il y a un rapport de cause à effet entre les événements », commente-t-il.

Molad Hayo se plaint. Il plaide en faveur de son activité, « qui a le mérite d’avoir mis depuis des années en relation cinéastes palestiniens et israéliens ».

Mais il est bien obligé de constater que le monde culturel israélien, dès lors qu’il se place sous les auspices de l’Etat d’Israël –ce qui est bien évidemment le cas avec le festival- ne peut pas s’exonérer des crimes de son gouvernement. Sauf à s’en démarquer ouvertement, ce que font un certain nombre d’intellectuels israéliens courageux, mais pas Hayo.

Agé aujourd’hui de 73 ans, Dustin Hoffman a conquis à partir des années 1970 une immense popularité en incarnant à l’écran des personnages aux antipodes du traditionnel héros hollywoodien, cow-boys musclés terrassant les sauvages Peaux-Rouges ou valeureux GI’s triomphant des fourbes petits hommes jaunes à tête de singe qu’étaient les Japonais. De « Little Big Man » à « Tootsie » en passant par « Macadam cow-boy » ou « Rain Man », Dustin Hoffman est ainsi devenu, pour des millions de spectateurs, le plus glorieux des perdants de la société : Indiens survivants du génocide, clochards, malades, chômeurs, etc.

Dustin Hoffman est d’origine juive et, dans des interviews récentes, il a indiqué qu’avec l’âge, sa pratique de la religion se faisait plus assidue. Cela n’empêchera pas quelques braillards de le traiter d’antisémite, comme le sont tous ceux qui critiquent la politique israélienne.

CAPJPO-EuroPalestine

Publicité

commentaires