Du " rififi " à l’UMP autour du voile intégral...

Bruissant d’éclats de voix et de coups de sang, les couloirs de l’Assemblée Nationale ont retenti au cou

jeudi 24 décembre 2009

Bruissant d’éclats de voix et de coups de sang, les couloirs de l’Assemblée Nationale ont retenti au cours de ces derniers jours du charivari qui a agité les rangs de l’UMP, au son d’une cacophonie interne qui n’a cessé de gagner en amplitude.

Dans une guéguerre des chefs et d’effets d’annonce que les débats sur le voile intégral et l’identité nationale exacerbent au grand jour, la majorité parlementaire est entrée à son insu dans une zone de fortes turbulences, dont elle est son propre maître d’œuvre.

Nouveau pavé dans une mare aux moult remous, le très impatient président du groupe UMP au Palais Bourbon, Jean-François Copé, coupant l’herbe sous le pied de la mission d’information placée sous la houlette d’André Gérin, a annoncé mardi le dépôt d’une proposition de loi estampillée UMP, en janvier prochain, prohibant le voile intégral dans l’intégralité de l’espace public sous peine d’une amende de 1 500 Euros.

Véritable coup de théâtre à quelques heures de la trêve des confiseurs, cette déclaration surprise n’est pas de nature à signer la trêve des querelles intestines...

Immédiatement récusé par le président UMP de l’Assemblée Nationale, Bernard Accoyer, manifestement furibond, l’empressement à légiférer de Jean-François Copé a été jugé « prématuré », ajoutant que « Sur une telle question de société, mettant en jeu les principes fondamentaux de notre République, la recherche prioritaire d’un large consensus s’impose ».

Loin de revaloriser le rôle du Parlement, ce coup de Jarnac du maire de Meaux, aux ambitions nationales, trahit une aspiration hégémonique qui aimerait en l’occurrence marquer de son empreinte un projet de loi encore discuté, à la fois par la mission dédiée et l’ensemble des parlementaires tous partis confondus.

A mauvais débat, mauvaise réponse… Voulu et orchestré par le gouvernement, le débat au pied levé sur le port du voile intégral révèle les failles du grand mouvement de la droite rassemblée, qui subit en son sein l’effet boomerang de questions de société sensibles, pour lesquelles la politique du « légiférer à tout prix » est tout sauf la bonne solution.

Publicité

commentaires