Dossiers musulmans : le volontarisme politique de la Mairie de Strasbourg

Le volontarisme en politique Mercredi dernier, le Maire de Strasbourg, R. RIES (PS) a annoncé la création d

lundi 12 octobre 2009

Le volontarisme en politique

Mercredi dernier, le Maire de Strasbourg, R. RIES (PS) a annoncé la création d’un cimetière musulman à gestion publique à Strasbourg. Cette création est la conséquence d’une promesse de campagne que le candidat R. RIES avait faite, ainsi que celle de mettre fin au blocage systématique des dossiers musulmans qu’avaient maintenu pendant sept ans l’équipe précédente, conduite par R. GROSSMANN et F. KELLER (UMP).

La demande de création d’un cimetière musulman était ancienne, puisqu’elle avait été faite par le 1er CRCM d’Alsace, mais s’était heurtée au silence des élus de l’époque, au demeurant jamais condamnés par les bachaghas de service.

Dès sa prise de fonctions, le nouveau Maire de Strasbourg a confié à ses adjoints Olivier BITZ (Cultes) et Pernelle RICHARDOT (Etat civil) le pilotage de ce dossier avec la ferme intention d’aboutir. Après une première étude de faisabilité juridique effectuée par les Services de la Ville, le reste est allé très vite et un an après la création de ce cimetière a été actée.

Une leçon à en tirer pour les musulmans qui se contentent souvent de prendre les élus au mot - et souvent au mot lénifiant : à Strasbourg ils peuvent les prendre au fait. Quand vos élus vous diront désormais "ce n’est pas possible" vous pourrez citer Strasbourg comme exemple.

Publicité

commentaires