Des députés de droite et de gauche font bloc contre la burka et le niqab

Alors que le port du voile subit les assauts réguliers de la France bien-pensante, c’est au tour de la burk

jeudi 18 juin 2009

Alors que le port du voile subit les assauts réguliers de la France bien-pensante, c’est au tour de la burka et du niqab d’être sur la sellette, réussissant le tour de force de fédérer 58 députés de tous bords dans un texte préconisant la création d’une commission de 30 membres, afin de « définir des propositions pour lutter contre ces méthodes qui constituent une atteinte aux libertés individuelles sur le territoire national ».

Si ce groupe d’élus co-signataires d’une proposition d’enquête parlementaire sur le port du voile intégral revêtu par une certaine catégorie de femmes musulmanes est notablement dominé par la droite : 3 PCF, 7 PS, 43 UMP, 2 NC, 3 NI, c’est un député communiste de Vénissieux (Rhône), André Gerin, qui est à l’origine de cette initiative, se déclarant animé par les meilleures intentions du monde, au strict service de l’intérêt général…

« Nous sommes aujourd’hui confrontés, dans les quartiers de nos villes, au port par certaines femmes musulmanes de la burqa, voilant et enfermant intégralement le corps et la tête dans de véritables prisons ambulantes ou du niqab qui ne laisse apparaître que les yeux », écrit M. Gerin, qualifiant cette tenue de « dégradante », et « totalement inacceptable sur le sol de la République française ».

Réformer l’islam de l’intérieur est un passage obligé dont nombreux sont ceux qui, en France - intellectuels, théologiens, acteurs socio-économiques et représentants des médias musulmans - reconnaissent l’impérieuse nécessité et oeuvrent concrètement pour véhiculer une image valorisante de l’islam, tout en enrayant des pratiques extrêmes altérant les prescriptions coraniques.

Légiférer en la matière constituerait une erreur manifeste aux répercussions sociales dommageables pour tous. Se retrancher derrière la loi pour éradiquer ce qui est différent de nous, au sein d’une société qui prône constamment la diversité ethnique et sociale, est la marque des profonds dilemmes qui tiraillent notre pays.

Nos parlementaires font aujourd’hui fausse route en préférant user de leurs prérogatives pour pénaliser plutôt que pour créer des synergies avec la nouvelle génération qui incarne l’islam de France. Encore faudrait-il faire un pas vers elle… !

Quelques signataires du texte : André Gerin, Christian Bataille (PS), Patrick Beaudoin (UMP), Alain Benisti (UMP), Véronique Besse (NI, MPF), Jacques Desalangre (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (NI), Jean-Pierre Kudeicha (PS), Pierre Lellouche (UMP), Maurice Leroy (NC), Lionnel Luca (UMP), Thierry Mariani (UMP), Jacques Myard (UMP)…

Publicité

commentaires