Déclaration dangereuse du « Mufti » Soheib Bencheikh

La Coordination des Musulmans de Marseille dénonce le caractère gravissime du discours diffusé sans précau

par

mardi 1 juillet 2003

La Coordination des Musulmans de Marseille dénonce le caractère gravissime du discours diffusé sans précautions dans l’article intitulé «  Le mufti de Marseille veut un autre Islam de France  » paru le 19 juin dernier dans la Provence. M. Soheib Bencheikh a toute latitude pour défendre sa vision personnelle de l’Islam de France et pour créer à cet effet tout « mouvement » qu’il juge utile pour atteindre ses objectifs. En revanche il n’est pas admissible que le développement de ses idées s’accompagne d’un dénigrement systématique des musulmans pris dans leur ensemble ou à travers leur pratique cultuelle pour laquelle il manifeste un manque total de respect.

Ainsi il est faux d’affirmer, en prétendant « tirer la sonnette d’ alarme » : «  [...] On devient pratiquant, trop pratiquant, puis juge des consciences et un jour on passe à l’acte. Il n’y a qu’à voir le 11 septembre ou les arrestations quotidiennes en France pour comprendre que la frontière entre la pratique et le terrorisme est flexible. Je n’ai jamais vu un terroriste sortir d’un cocon blanc ! » 

Reprenant à son compte une psychose toute aussi confuse qu’exagérée autour du phénomène terroriste et contredisant l’infime représentation de ce dernier dans l’hexagone, quantitativement « ridicule » selon les propres termes employés par le conseiller du Ministre de l’Intérieur (entretien paru dans La Provence le 7 avril dernier), Soheib Bencheikh livre un propos extrême et fortement préjudiciable.  

Aussi le choix délibéré d’instaurer un lien entre la pratique de l’Islam et le terrorisme valide une lecture essentialiste intolérable et propage de manière assumée, et foncièrement irresponsable le dangereux amalgame musulman/terroriste.

Devant la gravité de ces déclarations, dont on peut déplorer, une fois encore, qu’elles n’aient pas été nuancées par une parole contradictoire, la Coordination des Musulmans de Marseille n’exclut pas de réserver les suites qu’elle jugera utiles pour défendre l’honneur et la dignité des citoyens de confession musulmane ainsi que pour préserver la paix sociale. Le Conseil Régional du Culte Musulman PACA sera par ailleurs saisi de cette affaire.

Publicité

commentaires