Décès de Tanya Reinhart

Tanya Reinhart aurait pu se contenter d’être une brillante linguiste et de parfaire sa carrière universita

par

dimanche 18 mars 2007

Décès de Tanya Reinhart

Tanya Reinhart va terriblement nous manquer

Nous sommes bouleversés d’apprendre la mort soudaine de notre amie Tanya Reinhart, hier à New York. Les mots nous manquent tant nous sommes atterrés par la perte de notre amie, de cette grande dame, de cette militante infatigable contre la politique du gouvernement israélien, de cette femme chaleureuse qui n’a jamais cessé de dénoncer l’injustice et le mensonge, au travers de ses articles, de ses livres, et de ses actes.

Il nous est particulièrement difficile de parler de Tanya au passé. Tanya, qui nous avait fait le grand plaisir de venir inaugurer la librairie Résistances à Paris le 7 décembre dernier, en y donnant une conférence extraordinaire avec son compagnon, le grand poète Aharon Shabtai. Tanya, qui a été de tous les combats contre la colonisation et l’occupation de la Palestine, et qui a été l’une des analystes les plus lucides de la politique criminelle du gouvernement de son pays.

Tanya Reinhart aurait pu se contenter d’être une brillante linguiste et de parfaire sa carrière universitaire en Israël. Mais elle a fait le choix de dénoncer, de résister aux pressions. Dans sa tribune bi-mensuelle dans le quotidien israélien Yediot Ahoronot, comme dans ses livres, "Détruire la Palestine" et "L’héritage de Sharon", elle a brossé un tableau sans concession de la terrible situation créée par les dirigeants de son pays, avec une faculté d’anticipation rare.

"Détruire la Palestine" (Editions La Fabrique) est une description magistrale de l’ensemble des stratagèmes utilisés depuis toujours par les dirigeants israéliens pour ne pas s’engager dans un véritable processus de paix, et pour faire croire que la responsabilité en incombe aux Palestiniens. Tanya Reinhart décortique notamment les 7 ans que durèrent les "accords d’Oslo" et montre la distorsion entre ce qui fut présentée comme "l’offre généreuse" de Ehoud Barak, et la réalité. C’est à dire à la fois le resserrement de l’étau autour des Palestiniens dans le même temps (entre 1993 et 2000), et les "propositions" totalement inacceptables des Israéliens, car ne permettant aucune viabilité pour un Etat palestinien qui se serait retrouvé morcelé, sans continuité territoriale, et privé de Jérusalem Est.

Plus récemment, Tanya Reinhart fut la première à dénoncer la "poudre" aux yeux" que constituait l’annonce du "désengagement" de la Bande de Gaza par Sharon, auquel elle n’a jamais cru. "Derrière l’écran de fumée du ’retrait’ de Gaza se profile le transfert des Palestiniens", écrivait-elle, tandis que nos gouvernants saluaient le "grand homme de paix".

Tanya fut également l’une des rares opposantes israéliennes à soutenir le boycott des institutions de son pays, notamment universitaires. "Nous cesserons de redouter le boycott quand nous respecterons le droit international", répondait-elle non seulement à l’establishment israélien, mais aussi à cette "gauche" israélienne timorée, soi-disant pacifiste, qui accepte l’impunité dont jouissent l’Etat d’Israël et l’ensemble de ses institutions. Tanya Reinhart n’hésita pas à apporter son soutien à l’université Paris 6, lors du vote par son conseil d’administration, en 2003, de la suspension de ses relations privilégiées avec les universités israéliennes.

Lors de sa dernière conférence en France, le 7 décembre dernier à la librairie Résistances, elle dénonça violemment l’embargo imposé au peuple palestinien, expliquant que les pays européens, dont la France où nous nous trouvions, n’avaient pas le droit de couper ainsi les vivres aux Palestiniens. "Ce n’est pas un acte de générosité que l’Europe aurait la faculté de poursuivre ou pas, expliquait-elle. C’est un choix qui a été fait de se substituer aux obligations de l’occupant israélien auquel le droit international impose de veiller au bien-être des populations occupées. L’Europe a choisi de ne pas obliger Israël à respecter ses obligations, et a préféré verser de l’argent aux Palestiniens. En cessant de la faire, elle viole le droit international".

Fatiguée, Tanya s’était "excusée" de ne plus avoir la force de rester en Israël où, indiquait-elle, la répression physique contre les vrais opposants, était devenue de plus en plus brutale. Elle avait donc décidé d’aller enseigner aux Etats-Unis et venait de s’installer à New York.

Cette femme merveilleuse, que nous avions eu la joie d’accueillir lors de plusieurs de nos meetings et concerts, va terriblement nous manquer. Nous exprimons toute notre douleur et notre sympathie à son compagnon, Aharon Shabaï, un homme de grand coeur et de talent.

Publicité

Auteur : Euro-palestine

commentaires