Jeudi 27 November 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

De la Tunisie à l’Egypte, un air de liberté

De la Tunisie à l’Egypte, un air de liberté
fr
http://oumma.com/
Le monde arabe se révolte

La tension est à son comble en Egypte, où le président Hosni Moubarak a décrété vendredi soir le couvre-feu. Le président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée, membre du Parti national démocrate (PND) au pouvoir, a appelé le président Hosni Moubarak à « des réformes sans précédent » pour éviter une « révolution ». M. Mostapha Al-Fekki, dans des déclarations faites à la chaîne Al-Jazira, le 28 janvier, a ajouté : « L’option sécuritaire seule n’est pas suffisante et le président est le seul à même de faire cesser ces événements. » Des informations font état de fraternisation entre des policiers et des manifestants. Ces premières fissures annoncent-elle des craquements plus importants ? Que fera l’armée, le pilier du pouvoir ?

Partagez :

La tension est à son comble en Egypte, où le président Hosni Moubarak a décrété vendredi soir le couvre-feu. Le président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée, membre du Parti national démocrate (PND) au pouvoir, a appelé le président Hosni Moubarak à « des réformes sans précédent » pour éviter une « révolution ». M. Mostapha Al-Fekki, dans des déclarations faites à la chaîne Al-Jazira, le 28 janvier, a ajouté : « L’option sécuritaire seule n’est pas suffisante et le président est le seul à même de faire cesser ces événements. » Des informations font état de fraternisation entre des policiers et des manifestants. Ces premières fissures annoncent-elle des craquements plus importants ? Que fera l’armée, le pilier du pouvoir ?

Il est impossible de répondre alors que ce 28 janvier, pour le quatrième jour consécutif, des dizaines de milliers d’Egyptiens ont manifesté au Caire, à Alexandrie, à Suez et dans les grandes villes du pays. Ils ont affronté partout la police et le pouvoir a pris des mesures exceptionnelles pour couper ce pays de 80 millions d’habitants du reste du monde – la coupure d’Internet est « une première mondiale », titrait une dépêche de l’Agence France Presse (AFP). Pourtant, les images transmises par téléphone portable ou par les chaînes satellitaires empêchent la mise en quarantaine du pays.

Au même moment, en Jordanie et au Yémen, des milliers de personnes descendaient dans la rue et appelaient à suivre l’exemple tunisien. Dans chaque cas, le contexte est particulier : tensions entre le Nord et le Sud au Yémen ; frictions entre Jordaniens « de souche » et Palestiniens ; question copte en Egypte, etc. Mais, dans le même temps, l’explosion est née de la même accumulation de problèmes, de frustrations, d’aspirations communes à l’ensemble de la région.

D’abord, le maintien de régimes autoritaires qui ne rendent jamais de comptes à leurs citoyens. S’il existe (ou plutôt existait) une « exception arabe », c’était bien celle-ci : ces régimes ont connu une longévité sans précédent, et même la grande vague de démocratisation qui a emporté l’Europe de l’Est, l’Afrique, l’Amérique latine s’est brisée sur le mur des dictatures proche-orientales et maghrébines : M. Moubarak est président depuis 1982, M. Ali Abdallah Saleh dirige le Yémen depuis 1978 et, à Amman, Abdallah II a succédé en 1999 à son père, qui lui-même avait accédé au pouvoir en 1952. Pour ne pas parler de la Syrie où Bachar Al-Assad a remplacé son père qui avait pris le pouvoir en 1970, ou du Maroc où le roi Mohammed VI a remplacé son père en 1999, celui-ci ayant régné à partir de 1961, de la Libye où Kadhafi sévit depuis 1969 et prépare son fils à lui succéder. Quant à M. Ben Ali, il présidait sans partage depuis 1989.

De plus, dans des conditions différentes selon chaque pays, les droits individuels, politiques et d’expression du citoyen sont bafoués. Les moukhabarat, la police secrète, affirment leur toute-puissance et il n’est pas rare, en Egypte et ailleurs, que des personnes arrêtées soient maltraitées, torturées, tuées. La publication par WikiLeaksdes télégrammes venus de l’ambassade des Etats-Unis au Caire confirment ce que tout le monde savait (y compris M. Nicolas Sarkozy) — mais qui n’empêchait pas les uns et les autres de saluer cet allié fidèle de l’Occident, tout en dénonçant vigoureusement des comportements similaires en Iran (« Egypte-Iran deux poids, deux mesures », Nouvelles d’Orient, 27 novembre 2010 »). Cet arbitraire total, qui se manifeste aussi dans la vie quotidienne et qui met les citoyens à la merci des forces de l’ordre, alimente une révolte exprimant partout une soif de dignité.

Tous ces régimes ont accaparé non seulement le pouvoir politique, mais se sont imposés dans le domaine économique, agissant souvent en vrais prédateurs des richesses nationales, comme en Tunisie. L’Etat né des indépendances, qui avait souvent assuré à ses citoyens un minimum de protection, une certaine couverture sociale, un accès à l’enseignement, s’est délité sous les coups de boutoir de la corruption et de la mondialisation. Même l’accès à l’université qui, naguère en Egypte ouvrait l’accès au fonctionnariat, n’offre plus de possibilités pour une jeunesse de plus en plus frustrée qui voit se pavaner les « nouveaux riches ».

Dans les années 1970, le boom pétrolier avait offert une porte de sortie à beaucoup, qui émigrèrent dans le Golfe ; cette région n’est plus capable d’absorber les flux grandissants de chômeurs. Les chiffres de croissance affichés par ces champions du libéralisme économique — l’Egypte, la Tunisie ou la Jordanie faisaient souvent l’objet de rapports élogieux des organisations financières internationales — masquaient mal la pauvreté grandissante. Depuis plusieurs années, des mouvements sociaux s’étaient affirmés en Egypte – grèves ouvrières1, luttes paysannes, manifestations dans les quartiers périphériques des grandes villes, etc. – comme en Tunisie (Gafsa), en Jordanie ou au Yemn. Mais jamais encore ne s’était exprimée ouvertement et massivement la volonté de changement politique. L’exemple tunisien a fait sauter un verrou.

On peut noter aussi que la lutte contre Israël, qui offrait souvent aux régimes du Proche-Orient un argument pour maintenir leur emprise – au nom de l’unité contre l’ennemi sioniste –, ne semble plus suffire. L’Egypte et la Jordanie ont signé des accords de paix avec Israël, et l’ensemble du monde arabe semble bien incapable de réagir au lent écrasement des Palestiniens. Que l’on ne s’y trompe pas : un éditorialiste américain, Robert Kaplan, faisait remarquer dans The New York Times (24 janvier) que « ce n’étaient pas les démocrates mais les autocrates comme Sadate ou le roi Hussein qui faisaient la paix avec Israël. Un autocrate solidement en place peut faire des concessions plus facilement qu’un dirigeant faible et élu (…) » Et, dans un appel aux dirigeants américains à soutenir les « autocrates » arabes, il s’interrogeait : « Voulons-nous réellement que des dirigeants éclairés comme le roi Abdallah de Jordanie voient leur pouvoir miné par d’importantes manifestations de rue ? »

Et maintenant ? Tout pronostic sur l’Egypte est hasardeux, et personne ne peut prévoir la suite des événements. Que feront les Frères Musulmans, très réticents à entrer dans une confrontation avec le pourvoir et qui ont finalement décidé de se rallier au mouvement ? Mohammed El-Baradeï, l’ancien secrétaire général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sera-t-il capable de fédérer les oppositions ? Quoiqu’il en soit, la révolution tunisienne a ouvert une porte et fait souffler, comme le chantait Jean Ferrat, « un air de liberté au-delà des frontières, aux peuples étrangers qui donnait le vertige »…

Le Monde Diplomatique

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

J’ai une pensée toute particulière à tous ceux qui ont lancés des grands cris dans le vide, pendant des années étouffés, torturés, déshumanisé... Cela n’a pas été en vain mes frères et sœurs, le vide c’est fait plein et vos cris telle des graines commence à donner leurs fruits. Désormais, Les droits de l’homme aux quelles vous aspiriez ne sont plus, un simple rêve idéaliste.

X
0 points

Mr Gresh,
Les Israeliens et le Mossad laisseront-ils faire ?

X
0 points

Et l’Iran peut-être ?

"Le rythme des exécutions a explosé depuis le début de l’année en Iran, l’un des pays du monde pratiquant le plus la peine capitale avec la Chine, les Etats-Unis et l’Arabie saoudite. Au moins 66 personnes ont été pendues depuis le 1er janvier pour divers crimes, soit plus de deux par jour, selon un décompte établi par l’Agence France presse à partir des informations diffusée par les médias iraniens".

X
0 points

A l’anonyme : s’indigner des exécutions de criminels ?. Et les assassinats d’innocents, ça ne vous interpelle pas ?. Quand on veut détourner l’attention sur l’Iran, on sait d’où ça vient ... .

X
0 points

Insha’Allah,ce n’est pas un vent,mais un ouragan,une tempete de liberte qui souffle sur le monde arabe !
Quant aux comparaisons ,ou allusions a l’Iran,le cas de l’Iran n’a rien a voir.
La Republique Islamique d’Iran a mis fin au regne tyrannique ,totalitaire,et meglomaniaque qui laissait le peuple crever de faim,de terreur,et d’ignorance.
Depuis l’avenement de la Republique Islamique en Iran le peuple mange a sa faim,le gouvernement a mis a disposition des plus demunis et defavorises des maisons,des ecoles,des emplois,des soins gratuits,un minimum vital,ect....De plus,en Iran les deputes,le president,le majlis choura (conseil qui conseille le Guide de la Republique Islamique),les maires,ect....sont elus par le peuple lors d’elections au suffrage universel.
En Iran,il y a des debats,des discussions,et il est permis d’exprimer des opinions diverses dans le respect de la constitution islamique.
J’etais recemment en Iran,et j’ai eu le plaisir de constater que le pays etait dynamique malgre 30 ans d’embargo,que partout des constructions et des travaux etaient encours,que la culture est tres vivante,il y a des ecoles,des centres culturels,et des librairies a chaque coin de rue,les gens sont paisibles et aimables,et hommes,femmes,enfants,et familles,se promenent paisiblement dans les rues.
J’ai vu moins de policiers en Iran que je n’en vois a Paris...
Il faut tout simplement que certains acceptent de comprendre et d’integrer que les peuples musulmans sont musulmans ,non pas par accident ou defaillance,mais par choix,ils connaissent tres bien le systeme "capitaliste,liberal, democratique,ou social democrate",mais ils font le choix de vivre selon les principes de l’Islam qu’il serait bon d’etudier avant de condamner,c’est leur choix,il faut le respecter !
Les gouvernements et medias occidentaux
compte tenu de leur histoire : esclavage,guerres,massacres,nazisme,petainisme,franquisme,Hiroshima,Nagazaki,conflits d’interets,cumuls de fonctions et de remuneration des "politiques",scandales divers,detournements d’argent public,ect.... devraient cesser de faire la lecon,et commencer a apprendre....

X
0 points

étonnant que Gresh ne sache pas que El Baradei est très sensible (pour parler Gaulois) à la politique états-unienne et résolu à ne jamais mettre en question le traité de "paix" signé à Camp David, lequel est le véritable enjeu pour les USA et les Européens (car il menace l’existence de l’Etat sioniste)
au-delà des chansons de Jean Ferrat, ce que le peuple égyptien nous montre aujourd’hui, c’est la faillite irrémédiable du discours occidental sur les mouvements sociaux et politiques dans les pays arabes et africains

X
0 points

Au-delà de l’Egypte, allons jusqu’en Iran, au Pakistan, au Soudan, en Arabie, partout où règnent les dictatures du monde musulman.

X
0 points

Etrange analyse qui fait l’impasse sur l’Algérie et le Maroc:après le fiasco diplomatique de la France en Tunisie n’y a t-il pas des leçons à tirer pour réorienter la politique de la France dans ces 2 pays ?

X
0 points

Arrêtez de parler de l’Iran Mr XIsraël cela n’a aucun rapport avec le sujet ne mettez pas ce pays dans le même sac.
L’Iran est nettement plus évolué en terme de liberté et de développement économique que c’est pays dirigé par des dictatures.

X
0 points

C’est bizarre quand même,l’entité sioniste a demandé à tous(entendez les officiels mais aussi les porte-paroles disséminés un peu partout dans le monde) de la mettre en veilleuse,pourquoi ?

Aurait-elle peur ?

Craindrait-elle pour sa sécurité qu’elle ne reçoive quelques katiouchas tiré par un gazaouite désespéré qui n’a pas trouvé un peu d’essence pour s’immoler ?

En attendant l’entité sioniste est ...euh...une "démocratie" comme les autres,ni raciste ni criminelle,peut-être parfois un peu trop orgueilleuse.

On devrait tous se nommer Bhl

X
0 points

"De la Tunisie à l’Egypte, un air de liberté"

Poussons plus à l’est.. ?

X
0 points

Reno a dit :

« poussons ». 1ere personne du pluriel.

Comme si ça vous incluait...

Vous n’êtes pas inclus puisque vous êtes un islamophobe notoirement méprisant, condescendant, haineux et ignorant de tout ce qui à trait à l’Islam et les Musulmans.

Vous reniez l’impérialisme économique, politique, militaire et culturelle ce qui revient à le soutenir et vous souhaitez la révolution contre des dictateurs qui servent les intérêts des occidentaux avant ceux de leur propre peuple.

C’est ce qu’on appelle contradictoire. Mais ce ne peut pas être autrement quand on vit dans le déni de réalité et qu’on passe son temps à chanter que ceux qui sont écrasés ne font que jouer à la victime.

À l’Est ?

Israel ? Les Israéliens ne renverseront pas leur régime ; ils tiennent, dans leur majorité, à leur État apartheid comme les croisés tenaient à leur Crak.

Soudan ? Ce régime est plus démocratique et plus ouvert que les régimes de Ben Ali et Mubarak réunis et que la plupart des régimes arabes.

La sécession indésirée du Sud par le Nord pourrait être une bénédiction malgré la perte des ressources.

Les perspectives de soulèvement contre El-Bashir sont faibles.

Jordanie ? Pourquoi pas, si c’est ce que veulent les Jordaniens qui vivent sous le régime d’un traître autocrate. Mais comme ailleurs, les rois ont tendances à se faire aimer surtout s’ils réussissent à entretenir l’image d’un monarque soucieux des intérêts du peuple.

Irak ? Les Irakiens n’ont pas fini de se battre pour se libérer des tyrans étrangers et locaux.

Syrie ? La position américaine et israélienne envers la Syrie est la meilleure façon de maintenir la dictature en place.

Turquie ? Le régime le plus solide de la région.

Iran ? On vient de voir que malgré près d’un milliards de dollars dépensés, des milliers d’espions et des efforts massifs déployés par les USA, ISrael et la GB, l’expérience de 1953 n’a pas pu être répétée.

Le garant de la République islamique est le peuple iranien lui-même qui a défendu son pays contre une tentative de coup d’État fomenté par les Impérialistes et les traîtres comme l’ont fait les Vénézuéliens en 2002.

Les pays du Golfe ? Trop riches pour être dérangés ; ils profitent pleinement de leur inféodation aux intérêts occidentaux mais à chacun son heure...

Le Pakistan ? Démocratie représentative avec État de droit incomplet. La problématique dans ce pays est beaucoup plus complexe que celle des voisins de l’ouest mais la cessation des attaques américaines serait plus que bienvenue.

Afghanistan ? La meilleure chose qui pourrait arriver aux Afghans soit qu’on les laisse entre eux et que les étrangers, occidentaux ou non, cesse d’y intervenir.

Et Dieu -Exalté Soit-Il Est le Plus Savant.

X
0 points

A Musulman,Citoyen,Electeur,Conscient
Vous dites :
"e plus,en Iran les deputes,le president,le majlis choura (conseil qui conseille le Guide de la Republique Islamique),les maires,ect....sont elus par le peuple lors d’elections au suffrage universel."

Le suffrage est universel mais tous n’ont pas le droit d’etre candidats. Ca fait une sacre difference !

X
0 points

Le monde arabo-musulman se soulève face à ses despotes, alliés des Occidentaux ?!

Si le mouvement de contestation qui a entraîné la chute du président tunisien Zein El Abidine Ben Ali, le 14 janvier, a provoqué une onde de choc dans plusieurs pays arabes, la politique colonisatrice des puissances occidentales, dirigée par les Etats-Unis ( occupations de l’Irak, de l’Afghanistan, ingérences au Liban, au Pakistan, au Yémen, au Soudan..) , la politique de corruption et d’oppression pratiquée par les dirigeants arabe sous l’aval de la Communauté internationale, les victoires des mouvements de résistance contre toute forme d’oppression et d’occupation au Moyen-Orient, ont encouragé les jeunes populations arabes à se soulever pour réclamer leur droit à une vie digne !

C’est du moins ce qu’affirment certains observateurs étrangers, dont le journaliste réputé Robert Fisk qui estime dans son dernier article paru dans le quotidien ’The Independant’ qu’ « une nouvelle vérité émerge du monde arabe » !

Fisk note qu’ « entre peuples du monde arabe il n’est plus possible de se raconter des mensonges. Les mensonges, c’est terminé. Les discours de leurs dirigeants - qui sont malheureusement les mêmes que ceux des notres - , c’est terminé. Et c’est nous qui leur avons raconté ces mensonges. Il ne sera plus possible de les répéter ».

Et de poursuivre : « En Égypte, nous aimions la démocratie. Nous avons encouragé la démocratie en Égypte – jusqu’à ce que les égyptiens ont décidé de renverser la monarchie. Alors nous les avons mis en prison. Puis nous avons exigé encore plus de démocratie. C’est toujours la même histoire. Tout comme nous voulions la démocratie pour les Palestiniens à condition qu’ils votent pour les bons candidats »…

« Maintenant, au Liban, il apparaît qu’une démocratie Libanaise va s’imposer. Mais nous n’aimons pas ça. Car évidemment, nous voulons que les Libanais votent pour ceux que nous aimons, les partisans sunnites de Rafiq Hariri dont l’assassinat – croyons nous – fut orchestré par les Syriens » ironise Fisk.

Dans ce contexte, Fisk s’interroge : « Que se passe-t-il ? Se pourrait-il que le monde arabe décide de choisir lui-même ses dirigeants ? Se pourrait-il que nous assistions à l’émergence d’un monde arabe qui ne soit plus contrôlé par l’Occident ? Lorsque la Tunisie a annoncé sa libération, Mme Hillary Clinton est restée silencieuse. C’est le Président de l’Iran qui exprimé sa joie de voir un pays se libérer ».

A ce titre, l’ayatollah Sayyed Ahmad Khatami a déclaré lors du sermon de ce Vendredi que « le Moyen-Orient basé sur l’Islam, la religion et la souveraineté populaire se libère et les traits de ce changement commence à se dessiner dans la région."

Il a souligné qu’ « on ne peut ignorer ou banaliser ce qui se passe au Moyen-Orient. La population musulmane en Tunisie s’est soulevée contre la dictature du tyran qui a perduré 23 ans. En Egypte, les cris des gens se sont élevés le jour de la colère , ainsi qu’au Yémen et en Jordanie ».

L’Ayatolah Khatami a souligné que « tous les dictateurs doivent tirer une leçon du sort de Pharaon (ndrl : le Pharaon cité dans le Coran) et savoir qu’ils ne peuvent pas lutter contre Dieu ».

Enfin, Fisk estime que « l’avenir de Hosni Moubarak paraît encore plus compromis. Son fils pourrait être son successeur désigné. Et les Égyptiens n’en veulent pas du fils de Hosni. C’est un homme d’affaires médiocre qui n’est pas convaincant pour sauver l’Égypte de sa propre corruption. Le chef de la sécurité de Hosni, un certain Souleiman, qui est très malade, n’est peut-être pas non plus l’homme qu’il faut » .
Et de se demander : Est-ce la fin des Démocraties à l’occidentale dans le monde arabo-musulman ?

ANNEXE : rappel des derniers troubles dans le monde arabo-musulman

EGYPTE
25 janv : Début de manifestations sans précédent contre le régime du
président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981. Ces mouvements ont été
précédées de cinq cas d’immolations dont un mortel.
Au moins mille personnes sont arrêtées les deux premiers jours. Sept
personnes sont tuées - cinq manifestants, deux policiers- et des dizaines
blessées à travers le pays.
28 : des dizaines de milliers de manifestants réclament la chute du
président égyptien. Un sixième manifestant est tué dans la ville de Suez (est
du Caire). L’armée est mobilisée et la télévision d’Etat annonce un couvre-feu
au Caire, à Alexandrie et à Suez.

YEMEN
18 janv : les forces anti-émeutes dispersent à Sanaa une manifestation d’un
millier d’étudiants qui appellent à un changement démocratique.
27 : des milliers de personnes manifestent à Sanaa à l’appel de
l’opposition, réclamant le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir
depuis 32 ans. Le Congrès populaire général (CPG, parti au pouvoir) organise
des contre-manifestations qui rassemblent des milliers de personnes dans la
capitale.
Le gouvernement annonce une augmentation des salaires.
Au moins trois tentatives d’immolation par le feu et un décès en quelques
jours.

JORDANIE
14 janv : Des milliers de personnes manifestent à travers le pays contre
l’inflation et la politique économique.
16 : Près de 3.000 personnes participent à un sit-in à Amman appelant à la
propagation de "la révolution tunisienne".
21 : Plusieurs milliers de personnes manifestent à Amman malgré l’annonce de
nouvelles mesures sociales.
28 : Au moins 3.000 personnes manifestent à Amman à l’appel des Frères
musulmans, réclamant un changement de gouvernement et des réformes. Des
rassemblements ont lieu également à Irbid (nord), Karak, Ma’an et Diban (sud).

ALGERIE
5 janv : Cinq jours d’émeutes contre la vie chère font cinq morts et plus de
800 blessés. Le mouvement s’arrête après l’annonce d’une baisse des prix des
produits de première nécessité.
22 : La police empêche une manifestation "pour la démocratie" à Alger. Une
vingtaine de blessés.
Deux décès par immolation et sept tentatives depuis le 14 janvier.

OMAN
17 janv : Près de 200 manifestants à Mascate protestent contre la cherté de
la vie, un défilé modeste mais très rare dans cette monarchie arabe du Golfe.

MAURITANIE
17 janv : un homme d’affaire, mécontent du régime, s’immole à Nouakchott.
27 : Le président de l’Assemblée nationale mauritanienne appelle au dialogue
pour faire face à la crise sociale provoquée par la hausse des prix et le
chômage.

MAROC
Trois personnes tentent de s’immoler le 21 janvier, une autre le 25.
Le Maroc lance des appels d’offre pour l’achat d’importantes quantités de
céréales, afin d’éviter des pénuries pesant sur le climat social.

X
0 points

A MArc Paul :"après le fiasco diplomatique de la France en Tunisie n’y a t-il pas des leçons à tirer pour réorienter la politique de la France dans ces 2 pays ?"

La France n’a aucun poids en Egypte surtout depuis qu’elle s’est alignée sur les USA. Elle a beau parler personne ne l’écoute ou n’a envie de l’écouter...ce sont les Américains qui décident et la France n’a plus rien à dire. Elle n’est plus que l’ombre d’elle même sur la scéne internationale.

A l’époque de De gaulle, de Mitterrand ou encore de Chirac, la France pouvait imposer son point de vue, aujourd’hui elle suit les directives américaines.

X
0 points

C’est le moment pour la seule "démocratie de la région" qu’est ISrael, de nous prouver qu’elle ne soutient ni les dictateurs ni les mouvements extrémistes ! L’occasion pour Israel de montrer au monde entier, que c’est un pays qui serait ravi d’avoir à ces portes des pays normalement dirigés c’est à dire de grandes démocraties comme ELLE !

X
0 points

Ces révolutions en Tunisie et en Egypte auront eu en plus le mérite de faire tomber les masques des grands démocrates de ce monde : les USA, Israel et l’UE.

L’occasion pour le monde entier de voir si les théories de liberté et démocratie, ne sont pas seulement de la poudre aux yeux.

Les grandes démocraties du monde sont un peu génés aux entournures en ce moment, laisser le peuple Egyptien se faire massacrer, sous les projecteurs serait la pire honte pour eux et cela les décrébiliseraient définitement aux yeux de leurs peuples respectifs.

X
0 points

De la Tunisie à l’Egypte : un air de vérité ! Les masques tombent, les rois sont nus...

Comment vont donc faire tous ces Dictateurs et tous ceux qui les soutiennent inconditionnellement, pour ne pas se descridibiliser face au monde qui les regarde ?

Comment nos démocraties vont elles justifier qu’il faille laisser le peuple Egyptien ettoufer sous une dictature ?

Ce qui se passe en Egypte est un grand moment dans l’histoire de l’humanité, c’est aujourd’hui sur tout ce joue : soit Moubarak et les pays qui le soutiennent stoppent cette mascarade soit c’est le contraire...et là ce serait un trés trés mauvais signe, pour l’humanité entière, de ce que doivent être des démocraties !

X
0 points

Rachid Zani a dit :
On devrait tous se nommer Bhl

Sacré Rachid, lol !

Pour moi, Arielle Dombasle et je vous laisse Bernard-Henri ... ça vous va ?

Cordialement

X
0 points

La population musulmane en Tunisie s’est soulevée contre la dictature

Pas de récupération, citoyen inconscient, c’est le peuple qui s’est soulevé et non pas le peuple musulman.

X
0 points

Au delà de l’Egypte, il y a plein de pays musulmans où les peuples devraient s’exprimer ! Qu’ils soient arabes ou non. Un vent de liberté souffle enfin sur le monde musulman.

X
0 points

un air de liberté

Je me demande si les intervenants habituels, en général très hostiles au pays qui les accueille gentiment, et dans lequel ils veulent vivre absolument et confortablement, et qui s’expriment en plus tout à fait librement ( !!!), ont conscience que quelque chose pourrait changer, et que les pays dits musulmans, dictatoriaux ou théocratiques, pourraient devenir démocratiques ?

X
0 points

A X : "Je me demande si les intervenants habituels, en général très hostiles au pays qui les accueille gentiment, et dans lequel ils veulent vivre absolument et confortablement, et qui s’expriment en plus tout à fait librement ( !!!), ont conscience que quelque chose pourrait changer, et que les pays dits musulmans, dictatoriaux ou théocratiques, pourraient devenir démocratiques ?"

Merci de bien vouloir vous exprimez en français parce que nous ne comprenons absolument pas votre question.

Nous qui avons dans notre majorité étudié la langue française dans ce pays qui nous accueille vous et nous si gentiment (puisque pour la majorité nous y sommes nées et sommes donc français comme vous)à part que nous y vivons moins confortablement que vous (puisque nous percevons toujours moins à poste et à diplome égal), comprenons bien le français mais faudrait il encore que vous le parlâtes et l’écrivâtes bien, non dans un charabia et dans confusion totale.

X
0 points

Eh Bien, que ça plaise ou pas aux dictat dans le monde Arabe et que ça plaise ou pas a Israël, 2011 est le début de la liberté des arabes c’est le début de leurs éveil après un long sommeil voulu par les occidentaux(anglais et américains+++,.......etc), et arrêtez de focaliser sur l’Iran, mais voyez plutôt ce qui se passe en Palestine a GHAZA et autres prisons a ciel ouvert , tout le monde se taise (sauf Rachelle), quand les israélien détruisent les maisons des autochtones (palestiniens ) aux bulldozer, actions filmés et vues par le monde entier et ca passe en toute impunité, chasser la famille palestinienne comme des chiens(tout le monde les considère comme des chiens, dites moi le contraire !!) ça ne gène personne,alors la,personne !!
alors , dites moi ! le peuple palestinien, il a besoin de démocratie ?oui bien sur , mais il a besoin de liberté avant !