Course contre la montre au Pakistan

Le président pakistanais Pervez Musharraf a lancé hier son second appel à l’aide internationale. Le bilan

mardi 11 octobre 2005

Le président pakistanais Pervez Musharraf a lancé hier son second appel à l’aide internationale. Le bilan fait état de plus de 21.000 morts confirmés et plus de 60.000 blessés, tandis qu’une estimation provisoire évoque plus de 40.000 tués. De magnitude 7,6 sur l’échelle de Richter, le séisme a touché le nord de l’Inde, le Pakistan et l’Afghanistan.

Un appel à l’aide dont s’est fait l’ écho l’agence officielle Associated Press of Pakistan (APP), qui n’a cessé ces dernières heures d’insister sur l’aide financière et logistique dont a besoin le pays (médicaments, hélicoptères, tentes,...). Le travail des secouristes est rendu plus difficile par les importantes précipitations qui s’abattent sur la région depuis samedi après-midi et par les répliques nombreuses depuis la secousse initiale. Pas moins de 45 répliques, en 24 heures aux dernières nouvelles que nous avons.

Trois jours de deuil national ont été décrétés à partir de ce dimanche. De nombreuses régions et de nombreuses villes ont été totalement rayées de la carte, en particulier la municipalité de Balakot (dans la Province de la Frontière du Nord-Ouest). Dans le Cachemire sous contrôle indien, voisin du Pakistan, le séisme a fait plus de 900 morts, tandis qu’un millier de blessés ont été hospitalisés, selon un haut responsable du gouvernement. Il faut s’attendre à ce que ce bilan s’alourdisse, l’armée tentant toujours d’atteindre certains endroits éloignés de cette région himalayenne.

Des amis avec qui nous avons pu entrer signalent que des immeubles s’effondrent au rythme des secousses, une toutes les 5 minutes dans la capitale Islamabad. Des écoles se sont effondrées sur des classes bondées, faisant plusieurs centaines d’enfants morts sous les décombres. Des bâtiments vacillent, les répliques et les cliquetis des ustensiles de la maison deviennent à eux seuls effrayants pour les habitants. Sanglotant ou hagards, les gens affluent dans les rues alors que des mosquées organisent des séances de prières pour la circonstance, en ce mois de Ramadan. On décrit que peu avant la secousse, les oiseaux de la capitale se sont mis à piailler en quittant précipitamment leurs arbres, ajoutant au sentiment de peur. Dans la plupart des cas, les sauveteurs sortent des cadavres d’enfants des décombres (comme à Muzaffarabad qui est la capitale de la zone du Cachemire administrée par le Pakistan), mais il n’y a personne pour réclamer les corps, leurs parents sont morts aussi.

Les premières aides d’urgence du Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations unies ont été envoyées lundi soir vers les régions pakistanaises ravagées par le séisme, où les survivants n’ont ni nourriture ni abri, La nuit le froid

Le Pakistan a adressé une demande d’assistance à l’Otan pour l’envoi de moyens aériens (dont des hélicoptères spécialisés dans le sauvetage et de transport), d’équipements divers et de vivres. Une décision de l’Otan devrait intervenir mardi matin. Le Koweït s’est distingué par l’octroi d’une aide de 100 millions de dollars. Il a été suivi par les Emirats arabes unis qui ont promis la même somme.

L’Unicef achemine déjà du matériel et des fournitures stockés à Karachi. Des équipes de cette agence de l’ONU spécialisée dans la protection de l’enfance, doivent se déployer sur place. La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, a débloqué une aide de 200 000 francs suisses (156 000 dollars), et a envoyé une équipe d’évaluation et de secours au Cachemire pakistanais, des chargements de couvertures et de bâches goudronnées dans cette région ainsi qu’au Cachemire indien.

Le Japon a aussi répondu mardi à l’appel pour une aide internationale plus importante et a promis 20 millions de dollars (17 millions d’euros) pour les zones sinistrées. La Banque mondiale (BM) a offert 20 millions de dollars, Tokyo a dépêché une cinquantaine de secouristes, la Chine a offert 6,2 millions de dollars, 49 spécialistes ainsi que 17 tonnes d’équipement. La France a dépêché 25 militaires de la sécurité civile, et envoi ce jour une équipe médicale, des médicaments et des systèmes d’épuration d’eau. L’Allemagne envoi 15 spécialistes. La Grèce et la Suisse ont également fait décoller des équipes, et des secouristes russes sont partis dimanche pour Islamabad, tandis que Prague a proposé l’envoi immédiat de secouristes. Le Japon a envoyé une cinquantaine de secouristes, la Chine 49 spécialist es et 17 tonnes d’équipement. Le Premier ministre indien Manmohan Singh a appelé le président pakistanais Musharraf pour lui proposer une aide sous forme d’aide humanitaire et de mise à disposition de secouristes.

Les aides annoncées ne suffiront pas. Les premiers secours ont du mal à évoluer sur le terrain. L’acheminement des vivres (habits, nourriture, médicaments,...) devient à lui seul un défi. Nous n’évoquons même pas la reconstruction des habitations, villages, routes, ponts. Les gens ont tout perdu dans ce séisme et des familles endeuillées s’entassent et improvisent la construction d’abris pour les enfants.

Faire un don auprès des quelques ONG suivantes (liste non exhaustive) :

 Islamic Relief Worldwide : http://www.islamic-relief.com/

 Féd. Internationale Croix-rouge et Croissant-rouge : http://www.ifrc.org/fr/

 l’Unicef : http://www.unicef.asso.fr/index.cfm ?id=oi_pre_unicef_3878

Publicité

commentaires