Complot islamiste au Forum Social Européen ?

Après le fabuleux destin de Marie L, agressée l’été dernier par une bande de sauvageons imaginaires, la

par

mercredi 3 novembre 2004

Après le fabuleux destin de Marie L, agressée l’été dernier par une bande de sauvageons imaginaires, la presse française, qui n’en est plus à une bavure près (à quelques rares exceptions) revient à la charge avec la fabuleuse épopée des "islamo-gauchistes" du Forum de Londonistan. C’est Charlie Hebdo qui ouvre le bal le 29 septembre avec ses prophéties sur une "avalanche de débats organisés en partenariat avec des islamistes", un colloque sur le mouvement islamiste et des participants fantoches. Au final, point de déluge (nous y reviendrons), nul terroriste et pas même un semblant de séminaire sur le future du mouvement islamiste... Les oracles étaient sans doute extenués après ces longs mois de campagne.

L’Humanité, jamais en reste, après avoir bravement écarté la piste Al Qaradawi, se penche, au cri d’un "trop, c’est trop"1, sur le cas Tariq Ramadan, que basanés britanniques, religieux chrétiens et autres dissidents altermondialistes auront eu l’outrecuidance d’inviter, au plus grand mépris de nos bénédictins « laicards ». Est-il besoin d’informer nos camarades de gauche que leur intellectuel suisse préféré a été unanimement plébiscité par la centaine de délégués britanniques (syndicalistes et représentants d’ONG inclus), réunis en août dernier pour choisir les participants de plénières ? La chasse aux sorcières menée à grande trompe par une myriade de pyromanes a fait quelques dommages collatéraux...

Dans la série théorie du complot, le stratège Claude Askolovish du Nouvel Observateur remporte le trophée avec une aisance dont lui seul a le secret, laissant loin derrière lui ses poursuivants. Dans sa tribune du 21 octobre2, il décrit avec la minutie d’un jeune néophyte, l’idéologie et les méthodes des trotskistes du Socialist Workers Party (SWP), érigés en maître des lieux et accusés d’avoir "plaidé pour une alliance avec le mouvement islamiste". "Mouvement islamiste" quezaquo ? A la question de savoir comment un militant lambda d’Attac, qui a reçu son petit manuel des infiltrations islamistes3, est censé distinguer une militante altermondialiste de confession musulmane d’une fondamentaliste, point de réponse... Notre théoricien en herbe préfère se livrer à des attaques en règle sur une "trotskiste" au "hijab de charme" et des spécimens en "keffieh-baskets". Sa révolte de bien-pensant trouve prétexte parfait dans le séminaire "de tous les scandales", mijoté à point pour un public alerte.

Il était une fois un séminaire : « Hijab et le droit des femmes de choisir »

Les quelques 20 000 délégués qui se sont rendus au troisième Forum Social Européen, avaient pour chacune des neuf plages horaires que comptait l’événement, le choix parmi un éventail de 3 à 4 plénières, 15 à 19 séminaires et des dizaines d’ateliers et d’évènements culturels, sans compter les nombreuses manifestations en marge du Forum. Samedi en fin de matinée on pouvait ainsi plancher sur l’impérialisme, les droits des migrants, des réfugiés politiques, des demandeurs d’asile, sur l’agriculture, l’eau, la démocratie participative, l’AGCS, l’OMC, etc.

A 11 heures 13, notre altermondialiste muni de son petit guide, n’a plus que quelques minutes pour faire son choix. Son cœur balance entre une table ronde sur le monde arabe noyautée d’islamistes, selon ses sources infaillibles, un séminaire sur le hijab dont le thème est "en lui-même une provocation"4 et une alléchante session sur « le droit des femmes et le fondamentalisme » qui étrangement ne figure pas dans le manuel. Finalement, notre petit bonhomme se range à la raison et s’engouffre dans une salle spacieuse ou l’attendent Salma « Yaqoob et ses pareilles »5 : les protagonistes sont en scène, le spectacle peut commencer !

Points de vue du spectateur...

« Ce qui m’a le plus frappée c’est qu’une discussion de cette nature puisse déchaîner autant de réactions passionnelles dans un endroit où on entend sans arrêt parler de liberté d’expression, de liberté individuelle, de liberté ceci, liberté cela... alors qu’il semble tellement évident que toute femme ou adolescente devrait pouvoir se vêtir comme elle l’entend. Il y avait derrière moi un groupe de françaises qui n’a pas cessé de chahuter les oratrices et d’autres personnes encore qui interrompaient les différents intervenants de la salle en manifestant bruyamment leur désapprobation sans qu’on comprenne très bien pourquoi", dixit Nabila Siddiqui, présidente de l’organisation anti-raciste NMP (Newham Monitoring Project).

"Débat non contradictoire", "propos caricaturaux" et "accusations de racisme" sont les principales critiques soulevées par un groupe de participants qui comme Françoise Dumont, du bureau de la Fédération Syndicale Unitaire (FSU), ont trouvé injuste que "la France soit présentée comme un pays raciste et islamophobe".

Bernard Dreano, président du CEDETIM regrette lui aussi le relatif unilatéralisme de la tribune et les accusations de racisme "faites de manière aussi générale que schématique. Un schématisme qui n’a d’égal, nuance-t-il, que le schématisme inverse qui est régulièrement développé dans les attaques contre, par exemple en France, le Collectif une école pour toutes et tous... ". "Nombre de militants français venus à Londres", écrit-il, "semblaient ignorer que, dans leur très grande majorité, les organisations de la gauche britannique, comme d’ailleurs d’une bonne partie de la gauche en Europe et dans le monde, considèrent la loi française comme discriminatoire [...] et donc que, pour la très grande majorité des militants britanniques présents, ce séminaire avait naturellement une fonction de dénonciation. Les interventions véhémentes, et souvent incompréhensibles compte tenu du vocabulaire utilisé, des militants français qui semblait défendre la laïcité comme une foi religieuse, n’ont en rien permis de clarifier la discussion ou de faire comprendre à la grande majorité de la salle le problème posé par le relatif monolithisme de la tribune"

... et dynamiques politiques

Les réactions offusquées (et pour le moins démesurées au regard des problèmes fondamentaux qui ont caractérisé toute la préparation du FSE de Londres) de plusieurs délégués et organisations françaises entrent en résonance parfaite avec les clichés véhiculés par une partie de la gauche britannique tout au long du processus de construction du Forum Social. Tribunes unilatérales et propos caricaturaux (par exemple sur les femmes voilées), ne sont-ils pas depuis toujours légions dans ces grandes foires que sont les Forums Sociaux ?

La Mairie de Londres, à travers la coalition anti-raciste NAAR (National Assembly Against Racism) et le SWP, par l’intermédiaire de la Stop the War Coalition, deux des principaux protagonistes du séminaire sur le hijab, ne pouvaient probablement pas rêver meilleur scénario. L’émergence aussi soudaine qu’impressionnante, à travers la dynamique du mouvement anti-guerre, d’une jeune génération de militants musulmans très actifs sur la scène politique anglaise a aiguisé les appétits électoraux de la gauche et extrême gauche traditionnelle britannique, et en première ligne ceux du SWP et de francs tireurs travaillistes opposés à la guerre tel que Ken Livingstone. En instrumentalisant une problématique (le port du foulard) qu’ils avaient préalablement essayé d’imposer comme thématique de plénière et qui, comme le soulignait Bernard Dreano, fait presque consensus au sein de la gauche britannique, ces deux forces politiques pourront continuer à se targuer d’être à l’avant-garde en Europe du combat contre l’islamophobie et des questions liées à l’Islam ; ils occupent se faisant un terrain laissé à leur entière disposition par d’autres... Une situation d’autant plus ironique que la participation d’organisations et/ou de militant(e)s musulman(e)s dans le processus de construction du FSE de Londres a été bien moins effective qu’elle ne l’avait été pendant le FSE de Paris, avec par exemple la contribution d’une organisation telle que le CMF (Collectif des Musulmans de France).

Notes :

1 "Overdose. Trop, c’est trop". L’humanité, 15/10/2004

2 "Confusion au Forum social européen, Les gauchistes d’Allah", Le Nouvel Observateur, 21/10/2004

3 Pour vous procurer un exemplaire de ce manuel, composer le numéro du bureau d’Attac France ou alternativement adressez-vous à son président.

4 Les deux faces du FSE, l’Humanité, 25/10/04

5 "Confusion au Forum social européen, Les gauchistes d’Allah", Le Nouvel Observateur, 21/10/2004

Publicité

Auteur : Naïma Bouteldja

commentaires