Communiqué du Dr Abdallah concernant la prise d’otages des deux journalistes français

Schiltigheim, le dimanche 29 août 2004 J’apprends avec effroi que deux journalistes français ont été en

par

dimanche 29 août 2004

Schiltigheim, le dimanche 29 août 2004

J’apprends avec effroi que deux journalistes français ont été enlevés en Irak, que leurs ravisseurs exigeraient pour leur libération que le gouvernement français renonce à l’application de la loi du 15 mars 2004 sur la laïcité à l’école et menacent de les exécuter dans le cas contraire.

Ceux qui se sont intéressés aux « affaires de foulards islamiques » en France savent que j’ai toujours combattu pour la liberté des élèves, de choisir librement de porter ou de ne pas porter leurs « foulards islamiques » sans que leur scolarité n’en soit perturbée, quels que soient les établissements d’enseignement qu’elles fréquentent.

Cette position a fait l’unanimité de l’ensemble des responsables musulmans de France qui se sont exprimé à l’occasion du débat qui a précédé l’adoption par le Parlement de la loi du 15 mars 2004.

Maintenant que la loi a été démocratiquement adoptée par la représentation nationale, les musulmans de France l’acceptent. Les signes religieux discrets étant explicitement autorisés, les jeunes élèves de confession musulmanes pourront trouver des moyens de respecter à la fois les prescriptions de l’islam et les lois de la République.

Les journalistes français enlevés en Irak ne peuvent en rien être tenus pour responsable de l’adoption par le Parlement de la loi du 15 mars 2004. Leur exécution serait un crime aux yeux du droit international et de l’islam : « Celui qui tue injustement un seul homme, c’est comme s’il avait tué l’ensemble de l’humanité. »

C’est pourquoi je demande avec beaucoup d’insistance et certain d’être en accord avec l’ensemble des musulmanes et des musulmans de France, aux ravisseurs de libérer sans délai leurs otages sains et saufs.

Ma sympathie et mes pensées vont aux familles des journalistes et leur entourage, durement éprouvées par cette épreuve.

Publicité

Conférencier et médecin généraliste

commentaires