Communiqué du Comité "15 mars et Liberté"

Conscient de nos responsabilités et des risques que nous pourrions de faire courir aux otages français déte

par

samedi 4 septembre 2004

Conscient de nos responsabilités et des risques que nous pourrions de faire courir aux otages français détenus en Irak, le « Comité 15 mars et libertés » a décidé de ne donner aucune information sur le déroulement de cette rentrée scolaire.

Nous ne voulons pas prendre la responsabilité d’une aggravation éventuelle de cette triste affaire et nous souhaitons la libération immédiate et sans condition de nos compatriotes.

Nous continuons à répondre à la détresse des élèves qui nous contactent mais nous ne communiquons aucun chiffre ni aucun bilan.

Nous avons proposé au Ministère de l’Education nationale français d’attendre la fin de la prise d’otage pour communiquer sur la réalité de l’application de la loi du 15 mars 2004, il a refusé.

Présentation du Comité "15 mars et Liberté"

Le “Comité 15 mars et Liberté” regroupe des femmes et des hommes d’expérience qui mettent leurs compétence au service des collégiennes et lycéennes de France qui pourraient être victimes de mauvaises interprétations de la loi du 15 mars 2004.

Il s’agit de les informer à la lumière de l’ensemble des dispositions de protection des libertés religieuses, de la véritable portée de cette loi et de leurs droits fondamentaux à une éducation à la hauteur de leurs compétences.

Il s’agit également de les orienter vers les ressources de proximité, rectorales, administratives, institutions musulmanes, associations de soutien scolaire, associations de défense des droits de l’homme, syndicats, comités de soutien... De manière à ce qu’elles puissent bénéficier d’une aide efficace et d’un soutien psychologique indispensable dans la gestion de leur épreuve.

Le Comité affirme avec force son apolitisme, son absence d’ambition autre que celle de servir les élèves et son absence de volonté de se constituer en groupe de pression.

Le comité est soutenu à sa création par la Ligue Française de la Femme Musulmane (LFFM), par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) et par le Fonds de Défense des Musulmans en Justice (FDMJ) mais se déclare ouvert à toute organisation ou toute institution qui se reconnaîtrait dans ses objectifs.

Publicité

0800 15 03 04
(Appel gratuit à partir d'un poste fixe en France)
[email protected]

commentaires