Coacher l’équipe de football israélienne ? Impensable pour l’égyptien Hassan Shehata !

Qu’Israël ne s’avise pas de poursuivre sa cour assidue auprès du très sollicité sélectionneur de foot

lundi 15 février 2010

Qu’Israël ne s’avise pas de poursuivre sa cour assidue auprès du très sollicité sélectionneur de football égyptien Hassan Shehata, car un refus cinglant et irrévocable fusera aussitôt : « Je préfère mourir de famine que de penser entraîner un jour la sélection d’Israël ! » rétorque fermement ce dernier.

Fort de ses trois titres continentaux remportés avec l’Egypte, Hassan Shehata est à l’âge de la maturité, 60 ans, approché par plusieurs pays désireux de s’adjoindre ses précieux conseils.

Convoité par le Nigéria et le Maroc, c’est l’Etat juif qui crée la surprise, à l’image de Daniel Shehak, un journaliste sportif israélien, à l’origine de l’idée de recruter l’ancien coach du Zamalek pour diriger l’équipe nationale, en ne faisant pas mystère de son grand intérêt pour cette candidature certes arabo-musulmane, mais auréolée de succès !

Interwievé sur la rumeur d’un transfert sportif inconcevable, Hassan Shehata a pris position sur un autre terrain, celui de la politique, en fustigeant avec virulence une politique d’Etat assassine : « Je comprends cette jalousie de la part des Israéliens suite à notre consécration, mais il m’est impossible même de visiter un jour Israël ou driver sa sélection même si elle était la seule sélection au monde à réclamer mes services ! » a-t-il clamé, ajoutant en ne mâchant pas ses mots : « Je me demande comment les Israéliens pensent que je vais accepter l’offre d’un pays qui tue les enfants, les femmes et les vieux. Ce que je connais sur Israël, c’est qu’il tue les innocents, frappe les Arabes de différents missiles, démolit les villes et les villages, mais c’est la première fois que j’entends que ce pays s’intéresse au football. »

Hassan Shehata, ou quand la conscience politique d’un citoyen peut en remontrer à son propre gouvernement !

Publicité

commentaires