Ces Messieurs de la droite qui désapprouvent la diplomatie version Sarkozy

Alors que les cantonales sont en ligne de mire, et après avoir serré les rangs autour de leur leader, ces Me

mercredi 23 février 2011

Alors que les cantonales sont en ligne de mire, et après avoir serré les rangs autour de leur leader, ces Messieurs de la droite s’émeuvent, tout ébaubis par les couacs en cascade de la diplomatie version Sarkozy, dont le dernier faux pas ubuesque du détonnant ambassadeur de France en Tunisie a été le dérapage de trop, qui a fait sortir certains de leur mutisme, et a incité un autre à prendre le large…

Intervenant sur France Info, Hervé de Charette, ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement Juppé (1995-1997), et Président de l’Institut Français de la Finance Islamique, n’a pas usé de circonlocutions pour désapprouver l’attitude inqualifiable du diplomate Boillon : "Du jamais vu !" s’est-il exclamé, plus outré qu’admiratif...

Le député UMP Bernard Debré se fait, quant à lui, le porte-parole de ses pairs, de plus en plus nombreux à s’inquiéter d’une politique étrangère en pleine déconfiture, joignant sa voix à celle de l’ex-premier ministre Jean-Pierre Raffarin pour appeler à un remaniement après les cantonales, qui vise implicitement l’indéboulonnable Michèle Alliot-Marie.

"Il est vraisemblable qu’il faille tirer les leçons de ce qui s’est passé. On ne peut pas continuer à avoir une politique étrangère aussi affaiblie. C’est Michèle Alliot-Marie, c’est la cellule étrangère de l’Elysée" a déclaré le député sur Public Sénat, ajoutant "Le Mexique est une puissance importante, on ne peut pas se permettre d’avoir une relation aussi désastreuse, quelle que soit la culpabilité ou l’innocence de Florence Cassez. Notre ambassadeur en Tunisie n’a pas été d’une grande délicatesse. Devant la donne qui va complètement changer sur le contour méditerranéen, il faut une révision drastique de la politique française".

Les uns s’indignent, à juste titre, quand un autre, revigoré par les dysfonctionnements de la méthode Sarkozy, a décidé de s’affranchir de l’UMP, et de faire cavalier seul jusqu’en 2012, à la tête de son mouvement République Solidaire porté sur les fonts baptismaux en juin dernier, au service d’une autre vision de la France : le flamboyant Dominique de Villepin.

Tandis que se prépare jeudi, à l’Elysée, une rencontre au sommet entre les deux ennemis intimes de la République, au sujet du G20 - et sans croc de boucher à l’horizon… - Dominique de Villepin a annoncé sur Facebook puis Twitter qu’il quitte l’UMP. La rupture avec son rival et censeur est donc consommée, et semble bien augurer de sa possible candidature à l’élection suprême.

Vidéo de son déplacement à Lyon


Publicité

commentaires

Copyrights © 2015 Tous droits réservés par Oumma Media. | 1998-2015 Oumma