Célébrer l’anniversaire du Prophète SBSL

Il s’agit donc bien d’intégrer et mettre en œuvre son enseignement éthique, son apport spirituel, sa di

par

vendredi 26 février 2010

Il ne manquera pas d’esprits chagrins se renfrognant au rappel de la naissance du Prophète SBSL. Nul n’ignore que lui-même ne nous a rien dit à ce sujet, mais devrions-nous pour autant tourner le dos à cette évocation ? Quand bien même ceux qui prétendent en défendre la pure mémoire s’offusqueraient, ne devrions-nous pas en raviver le souvenir ? Quand bien même ne connaîtrions-nous pas la date de ce jour béni, ne devrions-nous pas aimer cet avènement ?

Nous le savons de source sûre, lorsque vint au monde Muhammad ibn Abdullah nulle lumière ne surgit du sein de sa mère, nul feu des adorateurs ne fut alors soufflé, nulle terre ne trembla. Mais, plus belle certitude encore, de cet enfant d’homme naîtrait la lumière de la Vérité, le feu de l’amour de Dieu, les frissons d’une crainte pieuse.

Celui donc qui ne fut rien à sa naissance, ne nous laissa pas démunis à sa mort. Sa réalité est par son enseignement et son exemple, sa vie est la nôtre, sa mort aussi… Tant que des hommes et des femmes porteront en leur cœur et leur chair la présence du Prophète, il vivra, intemporel paradigme.

Qu’il nous soit donc donné à cette occasion de célébrer le Prophète, car le célébrer c’est vivre son enseignement.Mais qu’est-ce donc que suivre notre Prophète ? Point de polémique et encore moins de débat. Nous n’aurons pas à brandir la plume contre le siwak, en la matière le Seigneur de notre Prophète nous a éclairé par l’argument décisif, le Coran :

Il est dit : “ Nous ne t’avons suscité qu’en tant que miséricorde pour les mondes.”

Puis : “ Tu es, certes, de noble comportement.”

Enfin : “ Il y a, certes, en le Messager de Dieu un bel exemple pour vous. Pour celui qui aspire à Dieu, au Jour Dernier, et se remémore Dieu abondamment. ”[i]

Le Prophète SBSL en fut l’illustration la plus parfaite et c’est en cette unique perspective qu’il a dit : « Je n’ai été envoyé qu’afin de parfaire les plus nobles caractères. » Imâm Mâlik. Le modèle prophétique n’est pas imitation servile de l’apparence, mais tension intérieure toute à l’éducation du Soi et non de soi. Aïsha, lorsqu’on lui demanda quel était le comportement du Prophète, répondit : « Son comportement était le Coran. » Ibn Hanbal.

Inaccessible programme, dont nous ne pouvons qu’espérer accrocher quelques lambeaux de lumière. Les axes premiers en sont mentionnés aux versets ci-dessus cités : miséricorde, noblesse de caractère, exemplarité, action en vue du Jour Dernier, aspiration intérieure à Dieu, vivifiés par le ressouvenir permanent de Dieu.

Il s’agit donc bien d’intégrer et mettre en œuvre son enseignement éthique, son apport spirituel, sa dimension universelle. Ainsi, le modèle prophétique n’est pas d’ordre sociétal, mais relève de l’intime de la foi transposée en bel agir et rectitude morale. En d’autres termes, une définition vraie de la religion. Nous devons à Ibn Qayym cette sentence synthétique : « La religion est toute entière comportement et qui te devance en comportement te devance en religion. Kitab madârij as-sâlikîn. 

Le Prophète SBSL devrait donc être notre guide, le souffle vivant d’une dynamique d’éducation personnelle, comme un modèle de perfection vers lequel l’amour et le respect nous porte. Il est tout à la fois repère et soutien, nous aidant par la prégnance de son enseignement à chaque temps de notre quête éthique et spirituelle :

Et quelle meilleure invitation à accepter que ces mots : « Les meilleurs d’entre-vous sont ceux qui ont le meilleur comportement » Al Bukhârî.

Quel autre aboutissement à cultiver qu’en ces paroles : « Dieu est Miséricordieux et Il aime la miséricorde. Il permet d’obtenir par la miséricorde ce que la dureté ne permet point. » Muslim.

Quelle plus parfaite voie à suivre que cet enseignement : « Nul d’entre-vous ne sera croyant tant qu’il n’aimera pour son frère ce qu’il aime pour lui-même. » Al Bukhârî.

Quel meilleur viatique à emporter que cette sagesse : « La sobre endurance est lumière. » Muslim.

Quel meilleur conseil à méditer : « Que celui qui croit en Dieu dise du bien ou se taise. » Al Bukhârî.

Et quel équilibre en ce propos : « Dieu est Beau, et il aime la beauté. » Muslim.

Quel admirable contrepoint : « Dieu ne considère pas vos apparences mais vos cœurs et vos œuvres. » Muslim.

Quel rappel à réfléchir : « Nul n’entrera au Paradis tant que subsistera en son cœur le moindre grain d’orgueil. » Muslim.

Quelle caractéristique essentielle à rechercher : « Chaque religion a sa vertu cardinale, celle de l’Islam est la pudeur. » Imâm Mâlik.

Quel trait en nos âmes à intérioriser  : « Lorsque Dieu veut du bien à quelqu’un il l’éprouve. Al Bukhârî.

Et quel excellent encouragement : « Quiconque s’efforce en la voie de la science, Dieu lui facilite l’accès au Paradis. » Muslim.

Quel avertissement à prendre en compte  : « Ce n’est pas la pauvreté que je crains pour vous mais l’abondance qui vous guette, et que vous convoitiez alors ardemment la vie d’ici-bas, puis qu’elle vous détruise comme elle a détruit vos prédécesseurs. » Al Bukhârî.

Quel désaveu cinglant à nos prétentions  : « Quand les choses de ce monde seront confiées à ceux qui ne le méritent pas, attends-toi à l’Heure. » Al Bukhârî.

Quelle mise en garde contre nos déviances : « Injurier un musulman est perversion, le combattre est impiété. » Al Bukhârî.

Enfin, quelle autre éthique à vivre jusqu’au terme : « Le Paradis est entouré d’épreuves et l’Enfer de facilités. » Muslim.

Ce ne sont là que quelques perles…ne voyons-nous pas briller à son noble cou l’étincelant collier de ses sagesses. Lui l’Elu de Dieu, le Messager, notre Prophète, notre Bien-aimé, notre guide, notre maître, notre ami dans l’heur et le malheur, le compagnon de route le plus sûr, le flambeau de nos obscurités, la lumière de notre voie, la douceur de nos cœurs, la noblesse de nos misères, la mansuétude de nos erreurs, l’amour de notre Seigneur, le parfait modèle qui toujours nous précède.

Qu’il nous soit donc donné en cette occasion de nous rappeler l’indéfinissable présence de notre noble Prophète.

Que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur notre Prophète Muhammad.

12 Rab’î-l-awwal. 1431.



[i] Dans l’ordre : S21.V107 ; S68.V4 ; S33.V21.

Il n’y a pas à citer ici S59.V7 : “ Ce que le Messager vous apporte prenez-le, et ce qu’il vous interdit abstenez-vous, et craignez Dieu…” citation partielle et partiale trop fréquemment utilisée pour évoquer le rôle de la Sunna. En réalité, il ne s’agit en ce verset que de prendre la part du butin allouée par le Prophète et de s’abstenir de vouloir saisir ce qu’il en a interdit !!! Lire le verset en son intégrité suffit comme démonstration…

Publicité

Auteur : Dr Al 'Ajamî

Auteur de « Que dit vraiment le Coran » et de "Quarante Hadiths authentiques de Ramadan" parus aux éditions Zenith, 2009. http://editionszenith.fr

commentaires