Campagne pour la libération de tous les enfants détenus dans les prisons israéliennes

L’association PALESTINE EN MARCHE lance une campagne (relais de la campagne de Defence for Children Internat

vendredi 6 décembre 2002

Campagne pour la libération de tous les enfants détenus dans les prisons israéliennes

L’association PALESTINE EN MARCHE lance une campagne (relais de la campagne de Defence for Children
International / Palestine section), pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de tous les enfants détenus dans les prisons et centres de détention israéliens .Près de 350 enfants, de moins de 18 ans, sont actuellement détenus. Certains risquent des peines très lourdes, étant accusés de vouloir commettre des "attentats-suicides".Beaucoup d’enfants sont en détention administrative, les avocats ont de grandes difficultés à les visiter, les parents ne peuvent les visiter. Ils subissent des coups, des tortures physiques et psychologiques.

Ces enfants doivent être immédiatement libérés. Une campagne de sensibilisation de l’opinion publique (par tract, voir plus loin le nôtre, il peut être reproduit et diffusé).De plus, nous avons publié une brochure explicative de 12 pages sur la question, ainsi que des témoignages:ceux qui sont intéressés peuvent le demander au prix 2 euros par brochure, plus les frais d’envoi) à [email protected] Une campagne de pétition. Sur le net, le DCI/PS a déjà mis en place une pétition en ligne, dont voici les coordonnées pour tous ceux qui ne la connaissent pas encore :

http://www.dci-pal.org/english/prisonweb/petitionpage.html

Un courrier exigeant la libération immédiate des enfants palestiniens détenus et qu’une pression dans ce sens soit exercée par ces différents organismes sur l’Etat d’Israël

à adresser par mail à :

[email protected] (onu)
[email protected] (commission européenne des droits
de l’homme)
[email protected] (Ht Commissariat Nations-Unies pour les droits de l’homme)

par courrier :
Courrier : Equipe des pétitions
Haut Commissariat aux droits de l’homme
Office des Nations Unies à Genève
1211 Genève 10, Suisse
Fax : + 41 22 917 9022
(pour les affaires urgentes) 
E-mail : [email protected]
[email protected]
(présidence du parlement européen)

Pour l’union européenne :
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]

Pour tout courrier par mail, vous pouvez envoyer une copie à
[email protected] et/ou [email protected]

Par courrier sous la forme de pétitions groupées :

au président de la République
au premier ministre
au ministre des affaires étrangères

dont voici les adresses :
Jacques CHIRAC
Président de la République
Palais de l’Elysée
55, 57, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Monsieur le Premier Ministre
Hôtel Matignon
57, rue de Varennes
75007 Paris

Ministère des Affaires Etrangères
Quai d’Orsay
75007 Paris
Fax 02 51 77 27 84

- Troisième axe : Nous envisageons de faire parrainer les enfants détenus par des personnalités, politiques ou autres, et de trouver des avocats qui se mettraient en relation avec le DCI/PS pour aider à faire
connaître la situation de chaque enfant. Les groupes, associations, individus voulant participer à la
campagne, prière de nous contacter par mail : [email protected]

Ci-joint le texte de l’association :

Dans la guerre menée par Israël contre le peuple palestinien, les enfants semblent constituer une cible privilégiée. L’exemple tristement célèbre du petit Muhammad traduit une réelle volonté de briser pour longtemps toute velléité de résistance à l’occupation. Conscient des effets médiatiques désastreux de cette politique sur l’opinion occidentale, Israël réplique non sans cynisme que la responsabilité des morts d’enfants palestiniens en incombe aux parents, qui laisseraient leur progéniture « traîner dans les rues. » Inutile donc selon cet
argumentaire ignoble de se poser la question de savoir en quoi il est normal de prendre pour cibles des enfants. Le raid sur Gaza en juillet dernier (2002) montre par ailleurs que les enfants ne sont pas plus en sécurité chez eux. Depuis le déclenchement de la deuxième Intifada en septembre 2000, les arrestations d’enfants ont connu elles aussi une augmentation spectaculaire. D’après l’organisation DCI-PS (Defence for Children International - Palestine Section), les enfants détenus seraient actuellement au nombre de 350. L’absence de chiffres fiables s’explique par les nombreuses obstructions de l’armée israélienne qui interdit toute visite des familles à leurs proches. Les avocats sont également depuis juillet 2001 dans l’impossibilité de rendre visite à leurs clients et
cela en violation manifeste de toutes les conventions internationales. Les enfants sont soumis comme les autres prisonniers politiques palestiniens au diktat de la détention administrative. Cela signifie qu’ils peuvent
être indéfiniment détenus sans connaître les charges qui pèsent contre eux. Privés de leurs droits les plus élémentaires et coupés du monde, les enfants emprisonnés se trouvent à la merci de l’administration
pénitentiaire. Les différents témoignages recueillis par des ONG internationales et israéliennes font état de façon irréfutable de tortures et de sévices psychologiques. Les enfants sont ainsi systématiquement battus durant leurs transferts. En prison, les enfants sont détenus dans les mêmes conditions que les adultes. De plus, l’absence des visites familiales a pour conséquence la détérioration des conditions psychologiques et sanitaires.
Cette politique ignoble et inhumaine doit cesser et cela requiert la mobilisation de tous. L’impunité dont bénéficie Israël malgré les violations répétées et manifestes des conventions internationales doit être dénoncée. Nous demandons donc la libération immédiate et sans conditions de tous les enfants détenus dans les geôles israéliennes. Pour contraindre Israël à respecter le droit international, nous lançons un appel aux personnalités de différents domaines afin de procéder au parrainage de chacun des enfants emprisonnés dans les prisons
israéliennes. Nous comptons également mobiliser les juristes et les avocats afin d’aider les avocats palestiniens à représenter les détenus.

Nous vous demandons de faire suivre ce courrier le plus largement possible. Merci

 

L’association Palestine en marche

Publicité

commentaires