Brigitte Bardot vole au secours d’Harry Roselmack

La scabreuse affaire du « mouton dans le coffre de la voiture », qui va suivre un certain temps la star du

jeudi 3 décembre 2009

La scabreuse affaire du « mouton dans le coffre de la voiture », qui va suivre un certain temps la star du petit écran, Harry Roselmack, ne pouvait laisser indifférente la madonne de la cause animale, l’inénarrable BB...

Celle qui ne sort de sa spacieuse tannière de Saint-Tropez que pour s’offrir le luxe de coups médiatiques aux relents islamophobes, nous resservait il y a peu encore, au cours du dernier Ramadan, sa litanie de lamentations sur le rituel sacrificiel des moutons, qualifié de « barbare et d’archaïque ».

Une impression de déjà vu, mais qui hélas fait toujours autant d’effet dans l’imaginaire collectif national, d’autant plus lorsque l’ex symbole adulé de l’émancipation de la femme s’en fait le plus ardent pourfendeur.

S’invitant dans la polémique née de l’équipée sauvage d’Harry Roselmack dans le plus grand site d’abattage de Marseille, Brigitte Bardot fait opportunément d’une pierre deux coups : voler à la rescousse du présentateur de TF1 en osant jouer la carte de la victimisation, évoquant un « lynchage médiatique pour avoir tenté de lever le voile sur l’abattage clandestin", et réactiver au passage sa croisade contre un sacrifice qu’elle abhorre au point de le dénaturer, en annonçant par voie de presse qu’elle « le dénoncerait jusqu’à son dernier souffle ».

BB ou l’itinéraire d’une idole reconvertie dans un engagement au service d’une cause juste et noble mais qui, derrière le masque de l’abnégation pétrie d’humanisme, cache une froideur sectaire et foncièrement anti-musulmane, à l’instar de ses cinq comparutions devant le tribunal correctionnel de Paris pour incitation à la haine raciale.

Publicité

commentaires