Brice Hortefeux honoré par une association islamophobe

Il y a des médailles qui déconsidèrent plus qu’elles ne gratifient ceux qui les reçoivent. En quête d

mardi 22 décembre 2009

Il y a des médailles qui déconsidèrent plus qu’elles ne gratifient ceux qui les reçoivent.

En quête d’une respectabilité perdue au détour d’une université d’été de l’UMP de tous les dérapages incontrôlés, le Ministre de l’Intérieur et des cultes, qui a préféré jusqu’ici le silence à la repentance, s’abuse lui-même aujourd’hui en se félicitant d’être le lauréat du « prix de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme », là où des esprits plus avisés décèlent une distinction, remise par un jury islamophobe : l’Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF).

Couronnant une cause dont la noblesse ne fait pas débat, le prix de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, quand il est attribué par l’UPJF, sont des lauriers bien lourds à porter, pervertis dans leur susbtantifique moelle par ceux-là mêmes qui les décernent.

Une sinistre mascarade du pouvoir et de ses ténébreuses intrications, que dénonce avec force et grandeur d’âme le talentueux et courageux essayiste Guillaume Weill-Raynal, dans une lettre ouverte à Brice Hortefeux parue récemment dans Marianne et Rue89.

Alertant sur les gravissimes attaques islamophobes que véhicule en toute impunité le site de l’association de l’UPJF, vecteur de communication des thèses ultra-radicales de la droite israélienne, Guillaume Weill-Raynal évoque une propagande fielleuse et immonde, qui ravive la plus sombre des rhétoriques fascisantes.

Ainsi, un article du 17 décembre comparait « les populations musulmanes à des rongeurs qui prolifèrent, suivi le lendemain d’un montage photo « humoristique » montrant une manifestation de Martiens sur la planète Mars sous une banderole : Musulmans, rentrez chez-vous »

Dans un vibrant appel à la raison et à la responsabilité, Guillaume Weill-Raynal condamne autant l’inacceptable bienveillance du pouvoir à l’égard de l’UPJF, qu’un prix dévoyé discréditant grandement un ministre d’Etat.

*A lire également sur Oumma.com l’article de Guillaume Weill-Raynal Lettre ouverte à MM. Patrick Gaubert et Richard Prasquier

Publicité

commentaires