Beyrouth sur les traces du gigantisme de Dubaï

C’est dans une découpe aux contours de l’emblème national du Liban, le cèdre, que la société de Beyro

vendredi 13 février 2009

C’est dans une découpe aux contours de l’emblème national du Liban, le cèdre, que la société de Beyrouth, Noor International, a choisi de construire un vaste complexe immobilier sur la Méditerranée, accueillant dans 3,3 millions de mètres carrés villas et résidences de luxe, complexes de tourisme et de loisirs, centres commerciaux et quartier d’affaires, plages et marinas.

Estimé au coût pharaonique de 8 milliards de dollars, cet immense chantier, signe de l’exceptionnelle vitalité de l’immobilier libanais, cible essentiellement une clientèle d’investisseurs haut de gamme : les douze à quinze millions de Libanais expatriés, dont nombreux sont ceux qui souhaitent revenir pour investir dans leur terre d’origine.

Dans les mains des politiques, ce projet au gigantisme qui n’est pas sans rappeler les îles artificielles de Dubaï, serait une manière de conjurer les multiples soubresauts qui n’ont cessé de déstabiliser le pays, à travers une réponse économique des plus porteuses, créatrice de près de 50 000 emplois.

Publicité

commentaires