Bernard-Henri Lévy, « la preuve que Dieu existe » selon un humoriste américain

Tourné en dérision. Bernard-Henri Lévy revient d’une tournée aux Etats-Unis pour promouvoir son livre d

par

jeudi 27 janvier 2011

Tourné en dérision. Bernard-Henri Lévy revient d’une tournée aux Etats-Unis pour promouvoir son livre d’entretien avec Michel Houellebecq. A l’occasion de son passage dans la prestigieuse émission satirique « The Colbert Report », l’écrivain a reçu un accueil particulièrement caustique.

Extraits :

Hormis cette interview réalisée le 12 janvier, la plupart des interventions de BHL sur les autres chaînes américaines de télévision se sont déroulées avec une étonnante complaisance de la part des animateurs : qu’il s’agisse de CNN, où il fut reçu à deux reprises par Fareed Zakaria et le tandem Parker/Spitzer , ou de l’émission mythique de Charlie Rose, Bernard-Henri Lévy a eu tout le loisir de raconter sa relation singulière avec Michel Houellebecq tout en commentant l’actualité locale à travers le cas de la tuerie de Tucson. C’est toujours lui qui n’a pas manqué d’avertir l’internaute surfant sur le site de CNN à propos du « problème de la Chine », comme l’illustre cette interview en aparté, filmée dans les coulisses de la chaîne.

Notre philosophe national, qualifié tantôt d’ « intellectuel » tantôt de « journaliste », voire d’ « enfant favori de la France » par les réseaux américains, peut se réjouir de l’accueil confortable des grands médias US : sortie en 2008 en France, son livre, intitulé « Public Enemies » et édité par Random House, s’est rapidement installé en tête des ventes. Outre la télévision, la presse écrite lui a également dressé des lauriers. C’est le cas notamment du New York Times ou du Wall Street Journal, quotidien favori des ultra-libéraux américains.

« Arty Semite »

Seul bémol, et non des moindres sur le plan symbolique : la prestigieuse revue de la communauté juive new-yorkaise, The Forward, a publié hier un billet particulièrement défavorable à l’ouvrage, qualifiant la correspondance entre les deux auteurs, ces « egos ennuyants », de « masturbation mutuelle ». Un joli camouflet à l’encontre de Bernard-Henri Lévy et Michel Houellebecq de la part d’une éminente publication dédiée au judaïsme culturel et pourtant exaspérée par ces écrivains qui y racontent, entre autres sujets, leur admiration dithyrambique pour cette religion.

Et, à part the Colbert Report et The Forward, c’est aussi des Etats-Unis que provient une autre leçon d’humilité pour BHL : les lecteurs d’un célèbre média en ligne, The Huffington Post, ont, pour la plupart, critiqué, voire fustigé , la tribune ultra-sioniste de l’éditorialiste, parue également aujourd’hui dans Le Point, dont le titre résume à lui seul le propos diffamatoire : « Pourquoi l’appel au boycott d’Israël est une saloperie ». De nombreux internautes américains s’étonnent, dans les centaines de commentaires, de l’absence d’argumentation, du ton haineux et du titre de « philosophe » prêté à Bernard-Henri Lévy. Une affaire qui a le mérite de résumer le contraste saisissant entre la complaisance de l’institution médiatique-française ou américaine- et la sévérité des lecteurs-internautes, pas dupes du manœuvrier idéologique qu’on tente de leur revendre. Au détriment du « droit-de-l’hommiste » à géométrie variable que représente BHL, c’est bel et bien sur la Toile que s’incarne la démocratie des opinions.

Publicité

commentaires