Barbarie

Un Etat surpuissant viole toutes les lois internationales, commet quotidiennement des crimes de guerre, se ven

jeudi 29 juin 2006

Un Etat surpuissant viole toutes les lois internationales, commet quotidiennement des crimes de guerre, se venge d’une résistance palestinienne qui refuse de plier. Imaginez que des soldats israéliens entrent avec armes, chars et véhicules blindés dans Jéricho, territoire autonome de pleine souveraineté palestinienne, prennent d’assaut et détruisent une prison de l’Autorité palestinienne tuent plusieurs personnes et enlèvent des prisonniers palestiniens sous responsabilité et protection américano-britannique.

Impossible : Israël est un Etat de droit, la seule démocratie du Proche-Orient. Et d’ailleurs la communauté internationale aurait tout fait pour obtenir la restitution des prisonniers !

Imaginez que l’armée israélienne envoie en un mois plusieurs milliers d’obus dans la bande de Gaza “dégagée“ de la présence des colons ( et sous totale souveraineté palestinienne) par terre, mer, air. Tuant des civils dont de nombreux enfants enfermés dans un territoire clos et cadenassé de toutes parts par cette même armée, en blessant plus encore. Au prétexte de poursuivre et éliminer, sans le moindre simulacre de jugement, des personnes qu’elle désignerait sous l’appellation de “dangereux terroristes“ et dans le but de faire cesser les tirs de Qassams, ridicules pétoires au regard des missiles et autres drones israéliens.

Impossible : Israël est un Etat de droit, la seule démocratie du Moyen-Orient. Et d’ailleurs la communauté internationale, à commencer par la France et le secrétaire général de l’ONU, sourcilleux du respect du droit international et de la 4ème Convention de Genève, auraient exigé - et obtenu - des sanctions immédiates, appliquées avec fermeté contre l’Etat coupable d’un tel crime de guerre !

Imaginez qu’une nuit l’armée israélienne entre dans Ramallah, ville de pleine souveraineté palestinienne, que des soldats israéliens déguisés en Palestiniens assassinent un jeune homme, membre de l’Autorité palestinienne.

Impossible : Israël est un pays civilisé, respectueux du droit, la seule démocratie du Moyen-Orient. Et d’ailleurs la communauté internationale aurait immédiatement condamné un tel acte contraire à toutes les règles du droit international.

Imaginez à Naplouse, Tulkarem, Jenine, Hébron... Tous les jours des destructions, des arrestations, des morts...

Maintenant faites un effort encore plus grand. Imaginez l’inimaginable :

Imaginez que des Palestiniens des Comités de la Résistance populaire palestinienne de la bande de Gaza soient parvenus à creuser un tunnel leur permettant de passer sous la clôture érigée par l’Etat israélien et d’attaquer une position militaire israélienne destinée à les maintenir enfermés, à les punir et le cas échéant à tuer ceux qui s’approcheraient de la clôture.

Imaginez qu’ils parviennent à enlever et faire prisonnier l’un des soldats, “franco-israélien“ de surcroît ! Et n’allez surtout pas penser qu’il s ‘agirait d’un acte de résistance...

Imaginez qu’à la suite de ce raid audacieux l’Etat israélien masse des milliers de militaires, des véhicules, des tanks, des bulldozers, des F16...tous équipés des armements les plus perfectionnés. Que cette armée envahisse et pilonne la minuscule bande de Gaza surpeuplée, pour récupérer son soldat, refusant de négocier un échange de prisonniers : un soldat “franco-israélien“ contre 100 femmes et 300 enfants détenus illégalement en Israël.

Imaginez que , toujours à la suite de ce raid, l’Etat israélien se livre pendant la nuit, en Cisjordanie, à une énorme rafle, enlevant 8 ministres du gouvernement palestinien légitime, 20 élus du Conseil législatif palestinien légitime, et un grand nombre d’autres élus palestiniens légitimes.

Impossible ! Israël, pays civilisé, épris de paix et de justice, la seule démocratie du Moyen-Orient ne ferait courir aucun risque à son soldat, et ne tirerait pas à l’aveuglette sur une population civile - parmi laquelle de très nombreux enfants -, n’arrêterait pas ces représentants légitimes d’un peuple avec lequel il prétend vouloir parvenir à la paix, pour déloger quelques terroristes tout « assoiffés de sang » qu’ils soient .

Et d’ailleurs est-ce que la France tolèrerait qu’un de ses enfants* soit volontaire pour aller tuer des Palestiniens ? - car un soldat en armes ne peut être innocent : ce n’est pas pour aller cueillir des fleurs qu’il est posté avec son char à la lisière de la bande de Gaza ! - Est-ce que la communauté internationale, l’ONU et son Conseil de Sécurité laisseraient se développer pareille folie sans intervenir énergiquement ? est-ce que la France n’interviendrait pas pour éviter un carnage et sauver son ressortissant ?

Hélas , il n’y a rien à imaginer. Tous ces évènements ne sont que la triste réalité du Proche-Orient, et les réactions de la communauté internationale et de la France n’ont jamais eu lieu. Un Etat surpuissant viole toutes les lois internationales, commet quotidiennement des crimes de guerre, se venge d’une résistance palestinienne qui refuse de plier - et réussit quelques actes militaires - sur l’ensemble d’une population qui n’en peut plus de violences, de privations, de punitions, de l’indifférence internationale qui autorise tout à l’occupant et qui va même jusqu’à le soutenir en établissant un boycott contre le peuple martyrisé - mais encore debout - . Jusqu’à quand ?

Et jusqu’à quand la France que les Palestiniens aiment tant assistera-t-elle passivement à l’agonie de ce peuple dont le tort est de vivre sur une terre que l’Etat israélien veut pour lui et pour lui seul ?

*Pour rappel : des représentants de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine se sont fait admonester par le Consulat de France à Jérusalem pour s’être rendus dans la bande de Gaza où ils travaillent sur des projets civils.

Les membres d’une mission civile AFPS qui devaient se rendre à Gaza pour le suivi de projets de coopération ont essuyé un refus des autorités israéliennes et françaises, et 2 membres de la même mission ont été expulsés manu militari à leur descente d’avion à Tel Aviv.

Source : Association France Palestine Solidarité (AFPS)

Publicité

commentaires