Barack Obama se fait l’avocat de la mosquée près de Ground Zero

Passionné et venu d’en haut, le plaidoyer en faveur du droit d’ériger une mosquée à quelques mètres d

dimanche 15 août 2010

Barack Obama se fait l’avocat de la mosquée près de Ground Zero

Passionné et venu d’en haut, le plaidoyer en faveur du droit d’ériger une mosquée à quelques mètres d’un site endeuillé, devenu sanctuaire, s’est paré de la robe d’avocat la plus illustre du pays, celle du président des Etats-Unis.

Hôte de l’iftar qui s’est tenu vendredi dernier à la Maison Blanche, Barack Obama a pris fait et cause pour la liberté de culte, se montrant intransigeant envers tous les amalgames religieux, dans une intervention qui n’avait rien d’un effet de manche convenu, mais plutôt d’une prise de position ferme et spectaculaire bravant les plus récalcitrants de ses concitoyens et les plus critiques des parlementaires républicains.

En présence d’invités triés sur le volet, dont un élu musulman au Congrès, des représentants d’organisations islamiques, des soldats de confession musulmane et une trentaine de membres du corps diplomatique, l’homme fort de Washington n’a pas choisi la voie consensuelle de l’indignation, mais celle plus abrupte de la défense d’un projet des plus sensibles, livrant pour la première fois ses convictions profondes.

"En tant que citoyen, en tant que président, je crois que les musulmans ont le même droit de pratiquer leur religion que quiconque dans ce pays. Cela comprend le droit de construire un lieu de culte et un centre communautaire dans une propriété privée dans le sud de Manhattan", a-t-il clamé, poursuivant en citant le 1er amendement de la Constitution : " Nous sommes aux Etats-Unis, et notre engagement en faveur de la liberté de religion doit être inaltérable. Le principe, selon lequel les gens de toutes les croyances sont les bienvenues dans ce pays et ne seront pas traités différemment par leur gouvernement, est essentiel à ce que nous sommes".

Sans minorer le traumatisme immense que restera à jamais le 11-septembre dans la mémoire collective, le président de confession chrétienne, né d’une mère américaine et d’un père kényan musulman puise certainement dans son métissage cultuel et culturel une vision d’ouverture à nulle autre pareille, qui lui fait percevoir dans l’édification d’une mosquée près de Ground Zero une construction à même de consolider l’avenir.

A l’heure où les esprits américains s’échauffent, se laissant emporter par le vent mauvais de l’islamophobie, Barack Obama a enfoncé le clou dans un rappel au peuple américain, ayant pour toile de fond sa politique étrangère : "Et rappelons-nous toujours contre qui nous nous battons et pourquoi nous nous battons. Nos ennemis ne respectent pas la liberté de religion. La cause d’Al-Qaïda n’est pas l’islam, c’est une déformation caricaturale de l’islam".

Publicité

commentaires