50 000 musulmans vont "prier pour l’Amérique" au Capitole

Les plaies se pansent difficilement, et pourtant huit ans déjà après le 11-septembre, les américains de co

lundi 21 septembre 2009

Les plaies se pansent difficilement, et pourtant huit ans déjà après le 11-septembre, les américains de confession musulmane entrevoient les prémices de lendemains radieux et sereins.

L’effet Obama a agi en profondeur, répandant l’espoir d’une présence musulmane citoyenne, confiante et constructive, là où les heures funestes de l’ère Bush n’ont propagé que la haine et la division.

Allocution gravée dans toutes les mémoires, le discours historique du Caire de Barack Obama a été cette lueur incandescente, réchauffant les cœurs et éclairant les esprits, notamment ceux de l’imam Hassen Abdellah, qui y a perçu un appel vibrant : « Pour la première fois de ma vie, j’ai entendu quelqu’un de sa stature parler des musulmans non pas comme d’adversaires, mais comme de citoyens à part entière. Il a dit qu’il avait la main tendue vers le monde islamique. Le monde islamique veut la saisir », déclare-t-il avec enthousiasme.

Dans une exaltation communicative, le président de la mosquée Dar-ul-Islam, dans le New Jersey, a choisi, avec un groupe d’imams, de témoigner au président du Renouveau la reconnaissance et la fidélité de la communauté musulmane américaine, en concevant un événement exceptionnel, amorçant une relation quasi idyllique avec Washington.

Ainsi, le 25 septembre prochain, entre 4 heures du matin et 7 heures du soir, près de 50 000 musulmans marcheront vers la colline du Capitole pour y « prier pour l’Amérique ». Une procession religieuse hautement symbolique et émotionnellement forte, qui fera date à n’en pas douter Outre Atlantique.

Alors qu’il y a toujours des voix de Cassandre pour assombrir un horizon qui semble s’illuminer, critiquant la « naïveté » de Barack Obama pour mieux faire entendre leurs craintes du multiculturalisme, les enquêtes d’opinion successives attestent que la « laïcité à l’américaine » fait des heureux parmi les musulmans, favorisant de vraies réussites sociales, tandis que notre inégalée « laïcité à la française » plonge le président américain dans la plus grande perplexité, le laissant médusé devant l’interdiction du voile dans les écoles et la levée de boucliers contre la burqa.

Martelant sa volonté politique de développer un sentiment d’appartenance et de liberté au sein de la communauté musulmane nationale, Barack Obama se dit également soucieux de l’avenir des élites musulmanes européennes, et organise des voyages d’initiation ciblés dans ce sens.

Publicité

commentaires