Avec les Femmes - Contre les exclusions

Le CMF réaffirme que le 8 mars n’est pas la journée internationale d’une catégorie de femmes ( « blan

vendredi 4 mars 2005

Le collectif d’organisation de la manifestation du 8 mars à l’occasion de la journée internationale des femmes et du lancement de la marche mondiale des femmes a refusé la participation du collectif « une école pour toutes et tous » (CEPT) à cette manifestation. En raison de sa position contre la loi du 15 mars 2004 et afin de « préserver l’unité du mouvement des femmes » !

Le collectif des musulmans de France, membre fondateur du CEPT, scandalisé par cette exclusion rappelle que ce collectif s’est créé pour lutter contre la loi du 15 Mars 2004 qu’il juge sexiste et discriminatoire car elle vise d’abord et avant tout les jeunes filles musulmanes qui portent le foulard. Il regroupe des femmes et des hommes, musulmans ou non, membres de structures diverses associatives, politiques et syndicales ou indépendants, réunis non pour le voile mais contre l’exclusion des jeunes filles qui choisissent de le porter. Fidèle à l’esprit de la loi de 1905 qu’il considère comme un acquis majeur de la société française, il insiste d’un point de vue féministe, sur le droit fondamental des femmes à l’éducation dans l’école publique, dans le respect de leurs convictions philosophiques et religieuses. Etant entendu que le CMF et tous les membres du CEPT jugent inacceptables tant l’obligation d’enlever le foulard que celle de contraindre à le porter.

Le CMF réaffirme que le 8 mars n’est pas la journée internationale d’une catégorie de femmes ( « blanche », ou « occidentalisée » ) qui s’arrogerait le droit d’en rejeter d’autres mais qu’elle appartient à toutes les femmes dans leur diversité, femmes musulmanes incluses, voilées ou non voilées. Le CEPT a signé le texte d’appel à la manifestation du 8 mars car il est en accord avec ce qu’il défend, la coordination qui l’a exclu n’à aucune légitimité pour le faire et encore moins pour décider de qui est féministe ou non. C’est sa capacité réelle à défendre toutes les femmes et à partager leurs problèmes qui préservera l’unité du mouvement féministe français qui fait face à une attaque en règle d’un épiphénomène créée par le parti socialiste et gonflé pas les média : les NPNS.

Dans un contexte de régression sociale généralisée ; hausse du chômage et de la précarité, explosion des discriminations, ghettoïsation des quartiers, les composantes du mouvement social qui ont soutenu l’exclusion du collectif « une école pour toutes et tous » de la Marche mondiale des femmes ont fait preuve d’une cécité condamnable face à la nécessité absolue des luttes unitaires contre le racisme, l’exclusion, le sexisme et les inégalités.

Parce que ce combat est essentiel dans l’ensemble pour la société française, sa composante musulmane incluse, nous serons présent-e-s le 8 mars.

Nous appelons toutes les femmes à manifester pour leurs droits et contre toutes les discriminations qui leur sont faites le mardi 08 Mars 2005 à 18 H de la place de Clichy à la place Jules Joffrin.

Publicité

commentaires