Aux Etats-Unis, l’islamovigilance fait campagne contre l’islamisation

Fouler le sol américain, c’est entrer en terre religieuse inconnue pour le français moyen, nourri au bon l

lundi 14 juin 2010

Fouler le sol américain, c’est entrer en terre religieuse inconnue pour le français moyen, nourri au bon lait de la laïcité et éduqué dans le devoir civique de la transparence. C’est comme chausser des bottes de sept lieues et faire un bond prodigieux au pays où le président prête serment sur la Bible, où la religion se vit au grand jour, se rentabilise, et se médiatise. C’est l’autre côté du miroir, peut-être aux alouettes, toutefois...

Aux Etats-Unis, où la télé-évangélisation fait rage, une ambitieuse opération de communication financée par des organisations musulmanes américaines a sillonné le pays sur des bus, pour promouvoir l’islam en grand. Une première dans les annales cultuelles nationales, qui n’est pas passée inaperçue, et qui a suscité une contre-offensive, tout aussi innovante, du mouvement SIOA (Stop Islamisation of America), un mouvement récent qui est le pendant américain du SIOE européen (Stop Islamisation of Europe).

Usant des mêmes armes, l’islamo-vigilance américaine a riposté dans une campagne d’affichage se qualifiant d’" islamolucide" sur les bus de Miami en Floride pour dénoncer le danger d’une islamisation rampante devenue itinérante, et proposer de l’aide à ceux qui voudraient quitter l’islam. Dans cette guerre des messages, qui risque fort de les brouiller, le fait religieux américain vient de franchir un nouveau pas et de nous semer définitivement.

D’un extrême laïc à la française, qui assigne la religion à résidence, à l’extrême américain décomplexé, qui annonce sa couleur religieuse jusqu’à s’autopromouvoir, où se situe la voie du juste milieu ?

Publicité

commentaires