Attentats USA : La barbarie est le fruit de l’injustice

Juriste à l’Institut de droit comparé de Lausanne, notre ami Sami Aldeeb, spécialiste en droit arabe et

par

lundi 17 septembre 2001

Juriste à l’Institut de droit comparé de Lausanne, notre ami Sami Aldeeb, spécialiste en droit arabe et musulman, réagit aux terribles attentats survenus le mardi 11 septembre aux Etats-Unis.

La tragédie aux États-Unis attise les passions. Les mots manquent pour la décrire. Après tout, lorsque le glas sonne on n’a pas le droit de demander pour qui il sonne. Toute victime innocente, où qu’elle soit, mérite notre sympathie.

Dans l’amour comme dans la haine, il faut savoir garder la raison pour ne pas aller dans la dérive. Il est alors important de se rappeler certains principes pour mieux comprendre et mieux agir.

Les auteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 ont inscrit dans le préambule : ’la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité’ ; ’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression’.

Le Prophète Isaïe, il y a 2700 ans, disait : ’La paix sera le fruit de la justice’ (32:17). Il est évident que les Villes de Washington et de New York, tout comme le Proche-Orient, dont proviendraient les auteurs de la tragédie actuelle, ne sont pas en paix. Il y a donc quelque part une injustice.

M. Bush et autres dirigeants politiques, qui ont laissé pourrir la situation au Proche-Orient, crient leur horreur et jurent de se venger. Ce n’est pas la première fois que de tels actes contre les intérêts américains ont lieu. Les Américains se sont vengés à chaque coup. Et sans doute ils le feront encore cette fois. Mais avec quel résultat ? Les attaques ne font que s’intensifier. Et tout le monde craint que ce qui s’est passé à New York et Washington ne se répète ailleurs. On est donc en face du cycle infernal de la violence. On oublie facilement cette parole de Jésus : ’Tous ceux qui prennent le glaive périront par le glaive’ (Matthieu 26:52). Personne de ces dirigeants ne se rappelle la parole d’Isaïe : ’La paix sera le fruit de la justice’.

Au lieu d’enfoncer le monde dans la spirale de la violence et des destructions mutuelles imprévisibles, au lieu de pousser les gens au désespoir et au suicide, il est grand temps de revenir à la justice et de résoudre le problème du Proche-Orient sur la base de la justice. Aujourd’hui, plus que jamais, le monde est appelé à choisir entre la barbarie de la part de tous, ou la justice pour tous. Et ce qui se dit du Proche-Orient peut se dire de toute autre situation basée sur l’injustice. ’Celui qui avale des os, ne peut pas dormir’, dit un proverbe arabe. Celui qui sème l’injustice récolte la barbarie.

Publicité

Auteur : Sami Aldeeb

Sami Aldeeb est né en 1949, à Zababdeh, près de Jénine, en Cis-Jordanie

Juriste à l’Institut de droit comparé de Lausanne, Sami Aldeeb, est spécialiste en droit arabe et musulman. Il est également un grand connaisseur du Proche-Orient

Auteur de plusieurs ouvrages et articles, Sami Aldeeb a effectué de nombreux voyages de recherches dans plusieurs pays arabes et musulmans.

commentaires