Jeudi 30 October 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Assez d’hypocrisies…

Assez d’hypocrisies…
fr
http://oumma.com/
La tête de Fabius vaut-elle plus chère que celle d’une Femme, d’un Harki, d’un Musulman ou d’un joueur noir de l’équipe de France ?

Le site oumma.com a été l’un des premiers médias français à avoir dénoncé le racisme et le sexisme de Georges Frêche, y compris son antisémitisme inversé, notamment à travers les analyses des politologues Vincent Geisser et El Yamine Soum. Ces derniers ont d’ailleurs montré qu’il ne s’agissait pas simplement de dérapages circonstanciels et de maladresses verbales mais d’un véritable système de pensée racialiste propre à certains leaders politiques hexagonaux qui conduit à opposer invariablement les « purs Français » aux « impurs », les « nationaux légitimes » aux « illégitimes ».

Partagez :

La tête de Fabius vaut-elle plus chère que celle d’une Femme, d’un Harki, d’un Musulman ou d’un joueur noir de l’équipe de France ?

Le site oumma.com a été l’un des premiers médias français à avoir dénoncé le racisme et le sexisme de Georges Frêche, y compris son antisémitisme inversé, notamment à travers les analyses des politologues Vincent Geisser et El Yamine Soum. Ces derniers ont d’ailleurs montré qu’il ne s’agissait pas simplement de dérapages circonstanciels et de maladresses verbales mais d’un véritable système de pensée racialiste propre à certains leaders politiques hexagonaux qui conduit à opposer invariablement les «  purs Français  » aux «  impurs  », les «  nationaux légitimes  » aux «  illégitimes  ».

Jusqu’à présent, les dirigeants du PS ont préféré fermer les yeux, se contentant de sanctions symboliques et homéopathiques à l’égard de Georges Frêche. Le choix de ne pas présenter de liste PS face à celle des «  Frêchiens  » aux prochaines élections régionales constitue bien une investiture déguisée. Renvoyer Laurent Fabius à sa supposée judéité (comme il l’avait fait quelques années plus tôt à propos de Nicolas Sarkozy en célébrant en lui «  le premier président juif de France  ») ne doit rien au hasard. Que l’on en juge. Oumma.com choisit de republier ces quelques extraits d’articles rédigés par V. Geisser et Y. Soum sur la pensée racialiste et sexiste de Georges Frêche.

Georges Frêche négrophobe et sélectionneur racial de l’équipe de France de football

G. Frêche n’a pas seulement des ambitions politiques mais aussi sportives  : devenir sélectionneur en titre de l’équipe de France. Son projet footballistique  ? Blanchir au karcher l’équipe de France de football qu’il trouve trop «  noire  » à son goût et pas assez «  gauloise  », oubliant au passage que la totalité des joueurs de l’équipe de France sont des citoyens français et que la très grande majorité d’entre eux sont même des Français de naissance. Il déclarait ainsi, en novembre 2006, au quotidien régional Le Midi Libre  :

«  Dans cette équipe, il y a neuf blacks sur onze. La normalité serait qu’il y en ait trois ou quatre. Ce serait le reflet de la société. Mais là, s’il y en a autant, c’est parce que les blancs sont nuls […] J’ai honte pour ce pays. Bientôt, il y aura onze blacks. Quand je vois certaines équipes de foot, ça me fait de la peine  ». (Le Midi Libre, 14 novembre 2006).

L’on aurait presque envie de consoler Georges Frêche, tout triste de constater impuissant que nos équipes de football sont envahies par les «  Blacks  », les «  Noirs  », les «  Renois  », les «  Nègres  », les «  Négros  »… Mais on peut aussi lui poser légitimement la question suivante  : ne trouve-t-il pas l’Assemblée nationale et le Sénat trop «  blancs  », lieux de pouvoir dans lesquels les petits hommes blancs bedonnants et grisonnants représentent plus de 75 % des membres élus  ? Apparemment, l’extrême blancheur et machisme des institutions françaises ne paraissent pas le gêner du moins du monde. Au contraire, pour le président socialiste de la Région Languedoc-Roussillon, cette «  blancheur masculine  » des institutions constitue la «  normalité raciale  » du pouvoir politique en France  : CQFD

Georges Frêche et le «  péril arabo-maghrébin  » dans nos banlieues

Georges Frêche ne veut pas simplement réformer la composition démographique de l’équipe de France de football (trop noire  !), il veut aussi s’attaquer à l’ensemble du pays (trop arabe  !), car selon lui, la Gaulle romaine serait aujourd’hui menacée par les nouvelles hordes arabo-maghrébines incapables de s’intégrer à la société française  :

«  Le plus grand échec politique français des quatre dernières années est certainement l’incapacité de notre pays à intégrer convenablement les millions de citoyens nés sur notre sol, de parents d’origine étrangère. C’est à la fois un échec et la plus grande menace intérieure pour notre avenir  ». (Georges Frêche, Les éléphants se trompent énormément, Paris, éditions Balland, 2003, p. 109).

Et pour ceux qui n’auraient pas bien compris qu’il vise explicitement les citoyens français issus de l’immigration postcoloniale (africaine et maghrébine) et non l’ensemble des enfants issus de l’immigration, Georges Frêche précise  :

«  Par exemple, cet élément nouveau, inconnu dans le passé  : la communauté française d’origine maghrébine devient si nombreuse qu’une partie d’entre-elle ne souhaite plus s’intégrer, tout simplement  ! Dans certains quartiers, ces fils de l’immigration ont même tendance à refouler les Français d’origine qui y vivent, pour délimiter ce qu’ils appellent leur territoire  ». (Georges Frêche, «  Osons changer les règles de l’immigration  », entretien dans La Gazette de Montpellier, 2 mai 2003).

Leader politique, sélectionneur de football, Georges Frêche se veut aussi fin sociologue et démographe, expliquant la formation des «  ghettos urbains  » par la pulsion quasi génétique des «  Maghrébins  » de France à vivre entre eux. C’est bien connu, Fadéla Amara nous l’a aussi expliqué, les mâles arabo-berbères aiment la loi de la tribu  :

«  Dans certains quartiers, ces fils de l’immigration ont même tendance à refouler les Français d’origine qui y vivent, pour délimiter ce qu’ils appellent leur territoire. C’est donc un problème nouveau et très important que d’avoir à intégrer des personnes souvent de nationalité française qui ne souhaitent pas véritablement appartenir à la communauté nationale  ». (Georges Frêche, Les éléphants se trompent énormément, Paris, Balland, 2003, p. 111-112.).

L’amour inné du ghetto  : un argument qui était brandi à l’égard des Juifs d’Europe dans l’entre deux guerres et qui a justifié la politique raciale. C’est bien dans cette perspective de «  gestion tribale  » des territoires urbains que Georges Frêche entend traiter et maintenir les filles et les fils de Harkis, transformés malgré eux en «  supplétifs à vie  ».

Georges Frêche, les enfants de Harkis des «  supplétifs à vie  »

Dans sa fameuse déclaration du 11 février 2006 qui, depuis, a fait couler beaucoup d’encre, l’on a souvent retenu uniquement le terme de «  sous-hommes  », oubliant au passage le paternalisme condescendant du président socialiste de la région Languedoc-Roussillon, qui exigeait des enfants de harkis qu’ils ferment leur gueule (sic), parce qu’il (lui Georges Frêche) les avait nourris, logés et employés. En deux mots  : les filles et les fils de Harkis n’ont pas le droit à la parole, car ils constituent des «  assistés de la République  », des «  sous-hommes  » qui doivent obéissance aveugle à leur maître nourricier  :

«  Vous êtes vraiment d’une incurie incroyable. Vous ne connaissez pas l’histoire. Moi qui vous ai donné votre boulot de pompier, gardez-le et fermez votre gueule  ! Je vous ai trouvé un toit et je suis bien remercié. Arrêtez-vous  ! Arrêtez-vous  ! Allez avec les gaullistes  ! Allez avec les gaullistes à Palavas. Vous y serez très bien  ! Ils ont massacré les vôtres en Algérie et vous allez leur lécher les bottes  ! Mais vous n’avez rien du tout  ! Vous êtes des sous-hommes  ! Rien du tout  ! Il faut que quelqu’un vous le dise  ! Vous êtes sans honneur. Vous n’êtes pas capables de défendre les vôtres  ! Voilà, voilà...Allez, dégagez  !  ». (Déclaration de Georges Frêche le samedi 11 février 2006 à Montpellier lors de la cérémonie en l’hommage de Jacques Roseau).

Cette haine viscérale de Georges Frêche à l’égard des filles et des fils de France (ou du moins, d’une partie d’entre eux), s’explique d’autant plus que le leader socialiste du Sud la rattache à une matrice religieuse  : l’islam. Attendons-nous un jour à ce que Georges Frêche déclare, qu’il y a trop de joueurs musulmans dans l’équipe de France de football et que dans les vestiaires du Stade de France se cachent, en réalité, des «  mosquées clandestines  »  : ça ne saurait tarder  !

Georges Frêche, islamologue généticien  : les musulmans porteurs du gène du terrorisme  ?

Dans une lettre-réponse à l’association des Etudiants musulmans de France (EMF-section de Montpellier) qui, comme son nom l’indique, est animée majoritairement par des étudiants français de culture musulmane, Georges Frêche écrivait ainsi  : «  Vous connaissez le vieux proverbe paysan qui résume la sagesse universelle  : ‘dans un pays il faut suivre la mode ou quitter le pays’  ».

De même, lors de la campagne pour les élections législatives de 2002, le leader socialiste déclarait  : «  Ils [les musulmans] ne vont pas vouloir maintenant nous imposer leur religion  ! Ceux qui ne veulent pas respecter nos valeurs, qu’ils rentrent chez eux  !  ».

Par ailleurs, il avait traité certains jeunes responsables musulmans locaux de «  disciples d’Al Qaïda  », sous prétexte qu’ils critiquaient sa politique anti-laïque de gestion de l’islam montpelliérain.

En somme, selon le professeur Frêche, les citoyens français de culture musulmane doivent se taire ou faire leurs valises. Sa gestion autoritaire de l’islam sur le plan local (contrôle direct des lieux de culte) n’est pas en soi séparable de sa conception révisionniste de l’histoire coloniale  : les populations d’origine maghrébine et africaine, issus des anciennes colonies françaises, sont perçues comme non-intégrables, sinon difficilement intégrables, parce que «  musulmanes  » comme si se rejouaient sans cesse les débats contradictoires sur la compatibilité entre la «  citoyenneté française  » et le «  statut personnel  ».

Georges Frêche, illustration parfaite du «  complexe du Goy  »  : antisémite et pro-Israélien

Dans un article paru sur son blog, le journaliste et écrivain, Alain Gresh a remarquablement montré comment le soutien de Georges Frêche à l’Etat d’Israël s’inscrivait dans une vision racialisante de la «  communauté juive  » de France qui flirte parfois avec les clichés et les préjugés antisémites (Alain Gresh, «  Georges Frêche, Israël, les Juifs et l’antisémitisme  », Nouvelles d’Orient, 6 juillet 2007). En somme, cette forme de soutien «  très franchouillard  » à Israël conduit à faire des Juifs de France une «  tribu  » au sein de la Nation française, et renoue indirectement avec les vieux thèmes antisémites du siècle dernier.

Du coup, loin de normaliser l’Etat d’Israël en le considérant comme un «  Etat comme les autres  » - soumis aux mêmes règles du droit international que les Etats souverains – ce type de soutien verse dans une relation malsaine qui consiste à faire de l’Etat hébreu une sorte de «  monstre géopolitique  », que l’on s’interdit surtout de critiquer. Pire, elle en vient à assimiler totalement identité juive et nationalité israélienne, en venant à accréditer l’idée que les Juifs de France formeraient une sorte de «  tribu d’Israël  » au sein même de la Nation française. La principale conséquence d’une telle représentation communautarisante à l’excès du judaïsme, c’est finalement de dépolitiser toute lecture ou interprétation du conflit, en le réduisant en un affrontement religieux séculaire entre «  Juifs  » et «  Arabo-musulmans  ».

Loin de faire reculer l’antisémitisme franco-français, cette posture communautarisante participe à l’entretenir, en confortant l’idée que la France serait constituée d’une Majorité culturelle (catho-laïque) et de deux minorités, l’une juive (minorité majorée), l’autre musulmane (minorité minorée), que l’on continue à traiter comme des parties exogènes du corps national. On en arrive à cette figure paradoxale d’un sentiment pro-Israël, se greffant sur une attitude globalement antisémite qui, si elle ne se traduit pas dans les actes, est, malgré tout, fortement ancrée dans certains esprits français.

Pour trancher le «  cas Frêche  », les leaders du PS devraient lire et relire Jaurès

Réélu député, Jaurès avait décidé, en avril 1895, d’effectuer son premier voyage en terre d’Algérie qui comptait, à l’époque, l’une des plus importantes fédérations socialistes de France. «  Elle pesait  », comme on dirait aujourd’hui dans le langage militant. Le récit de ce «  voyage jaurésien  », magnifiquement conté par l’historien Charles-Robert Ageron[1], révèle un leader socialiste profondément septique  : «  surtout depuis le décret Crémieux, voulu par les colons algériens pour diviser la masse indigène et regretté par eux du jour où ils s’aperçurent que la masse des voix juives pouvait arbitrer leurs élections, l’antijudaïsme est, en Algérie, une plate-forme électorale  ». D’ailleurs Jaurès lui-même «  croyait alors, comme beaucoup de socialistes, que dans l’antisémitisme ‘soufflait un véritable esprit révolutionnaire’  ; il espérait aussi assister à la ‘réconciliation de l’Européen et de l’Arabe’ [...]. La tâche des socialistes d’Algérie lui paraissait donc double  : ‘arracher à l’opportunisme juif le pouvoir qu’il monopolise’, et coordonner leurs efforts avec ceux du socialisme français  ».

Influencé par les multiples pressions de la fédération socialiste d’Algérie [française], Jaurès a cru, pour un temps du moins, que «  socialisme  » et «  antisémitisme  » étaient, d’une part, parfaitement conciliables et que, d’autre part, cette combinaison paradoxale pouvait être «  utile  » au triomphe du socialisme français. Mais heureusement, cet aveuglément jaurésien ne fut que de courte durée. Face aux excès de la propagande haineuse des leaders socialistes locaux (Saurin, Chaze et surtout Viviani), pour qui «  en Algérie, la meilleure forme de combat social c’est l’antisémitisme  », Jaurès compris très vite que l’idéologie coloniale («  diviser pour mieux régner  ») et que l’antisémitisme de ses camarades étaient non seulement méprisables mais qu’ils pouvaient aussi conduire la gauche à une faillite électorale et surtout morale.

Une «  leçon de Jaurès  » sur le «  cas Frêche  » que les leaders actuels du PS devrait certainement méditer…

Que Georges Frêche considère, en 2010, que Nicolas Sarkozy et Laurent Fabius soient d’éternels juifs n’a donc rien d’étonnant  : une telle lecture de la vie politique française procède d’une vision racialiste de notre corps social et de la composition socio-démographique de notre territoire national  : un Laurent Fabius, chef de fil socialiste en Normandie, apparaît sans aucun doute aux yeux de Georges Frêche comme une véritable anomalie culturelle et génétique.

[1] Charles-Robert AGERON, «  Jaurès et les socialistes français devant la question algérienne (de 1895 à 1914)  », dans Politiques coloniales au Maghreb, Paris, PUF, 1972.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
0 points

La difficulté en Languedoc Roussillon ne vient pas seulement de Georges Frêche : quel a été le positionnement des responsables UMP locaux à l’égard de l’islam ? Ot-ils fait entendre un discours différent ?
Je serais curieux de connaître les position de son rival Blanc sur ce sujet... (combien de mosquées en Lozère au fait ?)

X
0 points

Il n’a pas une tête catholique ce frêche, de toute façon. (il aurait dû se regarder dans un miroir avant de parler de fabius)

Plus sérieusement, frêche de toute façon n’a jamais été un homme de gauche, d’ailleurs il déteste les vrais gens de gauche, ceux qui veulent aider les gens plutôt que les intérêts d’une petite clique bourgeoise. C’est le carrièriste du PS dans toute sa splendeur, qui tient son pouvoir grâce à une clientèle savament élevée dans le milieu politique régional.
On dit que les français ont le coeur à gauche et le portefeuille à droite,
Frêche lui il a le coeur à droite et le portefeuille électoral à gauche.

Son abjecte vision racialiste en est la meilleure preuve.

De toute façon quand on est quelqu’un d’intelligent, il y a des choses que même si on les pense, on ne les dit pas, surtout quand on est un homme politique. Et il y a l’art et la manière. Ca doit arriver dans les conversations personnelle de noter qu’il y a beaucoup de noirs dans l’équipe de france par rapport au fait qu’ils sont une petite minorité dans la population générale, mais ça n’implique pas forcément des connotations racistes.

Le PS depuis 30 ans s’est batît sur le renoncement à de nombreuses valeurs, il a fallu la plus grosse crise, et que frêche s’attaque à l’un des leurs pour se rappeller que en théorie le PS repose sur valeurs humanistes.
Comme on dit "mieux vaut tard que jamais", mais plus tôt aurait été mieux.

X
0 points

Dans un recent article, Emmanuel Todd ecrivait que la politique actuelle est une politique de haine !
On voit bien, que la parole stigmatisante est decomplexee, et que nos elus qui doivent donner l’exemple de la vertu et de la dignite s’abaissent a ricaner une partie des citoyens. Helas, les medias suivent, et, dans ce pays la democratie chancelle !
Si la porte de la discrimination s’ouvre pour une categorie de citoyens, les autres discriminations vont s’y engouffrer. C’est pourquoi on doit se demander quel est le contrat social ? Dans le sens Rousseau-iste du mot !

X
0 points

Salamalykoum,
Je partage l’indignation soulevée par cet article toutefois le PS serait plus audible s’il sanctionait tous ses élus qui ont dérapé.Ce fût le cas du député maire d’evry manuel Vals recemment naturalisé quia déclaré qu’il y avait dixit l’élu de gauche:il y a trop de blacos.quand j’ai entendu sa réaction au sujet de Frèche,je me suis dit voilà encore l’hopital qui se moque de la charité.Alors chère Martine,allez jusqu’au bout de votre courage et assumez la rénovation saine de ce grand partie.sinon je voulais remercier nos amis de confession juive car grâce à eux,justice est faite pour les harkis et joueurs de France mal menés par Frèche et alain Fitnekraut entre autres.
Salut.

X
0 points

Un article excellent et précis. Mais comme l’a souligné Jean-Michel CROS, je crains fortement que cette analyse ne vaille également pour la majorité des élus et/ou des affidés UMP dominants actuels sous la présidence omnipotente de Nicolas Sarkozy.

Car en effet, aussi bien dans le cas de la politique intérieure et sociale en France (débats totalement biaisés et amplifiés sur l’identité nationale, sur la Burqa, sur l’Islam, sur les musulmans, sur les minarets, sur la manipulation du concept républicain de Laïcité au service d’un athéisme intégriste et radical, etc...) ; comme au niveau de la politique étrangère de la France depuis le tandem Sarkozy-Kouchner totalement atlantiste pro-impérialiste étatsunien et pro-sioniste israélien (cf. Aymeric Chauprade "Un choc des civilisations" et les interviews qu’il a donné sur le sujet comme la tentative de sa mise à l’index par les institutions de l’Etat depuis la présidence de N. Sarkozy), nos élus de droite comme de gauche semble avoir conclut globalement un pacte d’irresponsabilité politique béant et qui laisse ... bouche-bée ! Ainsi, de l’UMP Sarkozyste - avec un Coppé qui vient juste de sortir du bois (on se demandait quand cet émule néo-conservateur atlantiste et sioniste allait, comme d’autres avant lui, marquer ses objectifs et son super-mandat véritable : c’est chose faîte avec "la Burqa"), comme avec ces fameux transfuges déclarés (Besson, Kouchner ...) ou pas encore véritablement (Strauss-Kahn malgré une nomination au FMI qui non seulement ne dupe plus personne mais au contraire mesure la hauteur du salaire à la hauteur des services rendus : avoir permis de manière pernicieuse à "liquider" le PS de l’intérieur en se ralliant indirectement à la candidature de Mme Royale afin d’assurer (haut la main et par défaut de "consistance" minimaliste du pseudo-adversaire elle-même totalement bernée) la victoire de son véritable poulain très sionisant et ... d’empocher sa rémunération (Direction du FMI) au delà d’une grande satisfaction idéologique : car celui qui n’a pas caché publiquement son lien indéfectible à la politique israélienne sioniste (DSK) doit véritablement être aux anges actuellement avec le gouvernement Sarkozy. Enfin, il reste - cerise sur le gâteau - Laurent Fabius pour que la mascarade soit totale : lui-même "victime" de G. Frêche et ... coupable (une fois encore) de proposer de défendre à gauche l’indéfendable (objectivement, constitutionnellement) une loi interdisant la "Burqa" dans l’espace public en France ! Nous assistons donc à une course émulation des ténors et de leurs lieutenants d’hier à qui mieux-mieux dans l’indécence, l’irresponsabilité et disons-le tout court dans l’anti-France, tant les postures et prises de paroles et de décisions sont contraires à l’intérêt de la France aussi bien sur le plan intérieur (volonté délibérée de délitement de la cohésion sociale)que sur le plan des affaires étrangères.

En revanche, dans ce landerneau politique moribond totalement déserté du moindre résidu gaulliste, à droite comme à gauche, semble vouloir se lever un vent nouveau et impérativement nécessaire, et au minima salutaire, d’une certaine prise de conscience aussi bien sur le plan pragmatique et social que sur celui d’un minimum de sens responsable et, peux-t-on encore l’espérer, d’un minimum de sens moral, d’éthique, de justice et d’équité sociale qui fut longtemps l’étendard de la gauche avant que ses leaders - une fois arrimés solidement au pouvoir grâce à F.Mitterrand - ne la vide de tout contenu. Il nous reste donc la figure, l’exemple, le courage et la posture très lucide et visionnaire d’un Charles de Gaulle qui aimait répondre : à la question : « Etes-vous de droite ou de gauche, mon Général ? », il disait : « ni l’un, ni l’autre, je suis au-dessus. ».

Nous croyons voir et reconnaître ce vent salutaire en effet aussi bien chez Martine Aubry (en espérant que ses propos sur les « qualités » de DSK ne sont que pure rhétorique ! car tant qu’à faire, autant que ce dernier ne brigue directement la présidence de l’état israélien - pour rester en phase avec ses accointances publiques sionistes et israéliennes) ou en Vincent Peillon ; comme à droite, en regardant vers Alain Juppé et Dominique de Villepin.

Meilleures salutations.

X
0 points

Bien avant que l’on ne prête à Nicolas Sarkozy le projet d’installer le communautarisme en France, Georges Frêche en a fait un principe actif de pouvoir à Montpellier. C’est de ces réseaux très hiérarchisés, très contrôlés et très étanches qu’il tire sa force. C’est ainsi tout l’ensemble du corps social qui est organisé -disons plutôt inféodé- dans une sorte de patchwork allant de la forte communauté homosexuelle aux diverses associations musulmanes, en passant par les juifs, les francs-maçons, les kabyles et bien d’autres encore. Bien sûr le système des subventions jouent son rôle à plein dans cet écheveau discipliné par la mise en place d’hommes de confiance assujetti au chef. Un tel système d’allégeance peut-il s’effondrer ? Nous le saurons très bientôt.

X
0 points

Adapa, G.Freche, dans sa jeunesse avait des idees de gauche. Lorsqu’il etait etudiant a la fac de droit, il etait un des rares etudiants a etre contre la guerre d’Algerie !
Tout le monde croit que c’est un rustre, mais en realite c’est un universitaire !
Bref l’age n’arrange probablement pas les choses ! A moins que ce ne soit une conjugaison de frustrations et desillusions !

X
0 points

J’aimerais intervenir sur cette prétendue pulsion génétique des musulmans à vivre entre eux.

Cet homme, du haut de son arrogance, qui parle pour ne rien dire, avec sa figure chiffonnée par les rides, devient franchement agaçant.

La tendance des musulmans à vivre entre eux n’a rien de génétique, c’est culturel. Beaucoup de religions ont enseigné la culture de l’individu, l’Islam a enseigné la culture du groupe et l’esprit du groupe.

X
0 points

Ce qui toujours l’effet de me surprendre c’est la facilité avec laquelle à partir d’un fait, on tisse une dialectique tendant à prouver que le fait est une conséquence logique d’un vaste courant de pensées.

Frêche dérape (ce n’est pas la première fois), c’est un homme politique, donc c’est une thèse politique, donc le PS, donc DSK, donc l’UMP, donc Sarkozy, puis de Gaulle, donc les USA, le sionisme, etc..

Les raisonnements ne sont pas sans intérêt, mais les associations sont hasardeuses, comme si on attendait le fait pour dérouler le raisonnement et la géostratégie convenus d’avance.

On connaît des tas de gens de petit ou grand pouvoir dont ils se croient dépositaires et qui deviennent cons en vieillissant au lieu de devenir sages comme beaucoup. Nul n’est besoin d’idéologie pour ça.

Le dérapage de Frêche n’est ni socialiste, ni idéologique, ni politique, c’est du Frêche, pas très frais...

X
0 points

Le Dajal est parmi nous et s’occuper d’eux c’est deja etre dans la dajalesisation…

X
0 points

Dans un pays normal, un homme comme ça serait mis à l’ombre depuis longtemps.

X
0 points

Au frère ou à la soeur qui a écrit :

Le Dajal est parmi nous et s’occuper d’eux c’est deja etre dans la dajalesisation

une autre personne que je ne nommerai pas a dit : si vous ne vous occupez pas de la politique, la politique s’occupera de vous.

aujourd’hui vous ne vous occupez pas de ce qui se passe autour de vous, demain ce qui se passe autour de vous s’occupera de vous,

aujourd’hui vous fermez les yeux sur ce que les autres font et demain vous fermerez les yeux sur ce que vos propres mains seront en train de faire...

Et Dieu -Exalté Soit-Il- Est en Vérité le plus Savant