Arthur vs Dieudonné : le tycoon de la TV condamné pour "injure publique"

Se rendant coup pour coup par tribunaux interposés, l’animateur qui aurait voulu être un artiste vient d

samedi 2 mai 2009

Se rendant coup pour coup par tribunaux interposés, l’animateur qui aurait voulu être un artiste vient d’être condamné en appel par la cour d’appel de Riom (Puy-de-Dôme) pour « injure publique » envers l’humoriste, trublion de la scène publique nationale, qui se voit un destin politique.

Premier à lancer les invectives en 2006, Dieudonné en butte au politiquement correct avait avancé que l’ancien autodidacte des radios libres, devenu un richissime producteur de télévision, finançait l’armée israélienne, pulvérisant alors tous les interdits de la pensée unique à travers une phrase inaudible en France, qui lui valut une condamnation pour « incitation à la haine raciale » : « l’armé israélienne n’hésite pas à tuer des enfants palestiniens ».

Ripostant dans une tonalité triviale et injurieuse, Jacques Essebag, alias Arthur, avait lâché furieux sur les ondes d’Europe 1, le 29 novembre 2006 : « Même les mecs du Front National ont honte que Dieudonné soit venu les voir, c’est-à-dire que même le Front National n’en veut pas, (...) c’est bien la preuve que c’est la dernière des pourritures ».

L’arrêt qui vise aujourd’hui Arthur et qui confirme le jugement rendu par le tribunal correctionnel d’Aurillac, tout symbolique soit le montant des dommages et intérêts, n’est que l’équitable contrepartie d’une joute oratoire où les deux protagonistes ne jouaient manifestement pas dans la même catégorie.

Publicité

commentaires