Appel contre TF1

Le conflit israélo-palestinien connaît de nombreuses répercussions en France en raison de la présence da

par

jeudi 30 janvier 2003

Le conflit israélo-palestinien connaît de nombreuses répercussions en France en raison de la présence dans notre pays d’importantes communautés d’origine arabo-musulmane et juive. Plus que jamais, en raison de l’âpreté du débat , il apparaît nécessaire de dispenser une information objective et non partisane. Cela requiert donc un traitement médiatique particulièrement rigoureux afin de ne pas donner prise à une exacerbation des tensions entre communautés.

A cet égard, la couverture médiatique de la première chaîne française et de son site Internet nous parait singulièrement préoccupante tant elle contrevient de façon évidente à toute éthique journalistique. Dimanche 26 janvier, TF1 diffusait à 23 heures dans son magasine "Le Droit de savoir" un reportage intitulé "Israël Forces spéciales : au cœur de la lutte anti-terroriste" présenté par Charles Villeneuve. Ce programme dressait ni plus ni moins un portrait extrêmement élogieux des soldats israéliens engagés dans une guerre coloniale. Habituellement désignés sous le terme de "terroristes", les Palestiniens n’ont guère eu voix au chapitre. Présentée comme une défense aux agressions palestiniennes, la violence israélienne s’en est trouvée légitimée. Aucun élément de repère ne permettra d’identifier les motivations palestiniennes dont le soulèvement est isolé de tout contexte. S’agissant des Palestiniens, la violence apparaît ainsi comme dénuée de sens, comme consubstantielle à leur nature propre.
Un soldat israélien que l’on voit caresser la tête d’un enfant est présenté sous un jour très favorable, presque paternel. C’est oublier que 600 enfants palestiniens ont été décimés par cette armée d’occupation. Mais l’occupation - un problème pourtant central du conflit- n’est jamais évoquée. L’extension continue de la colonisation des terres palestiniennes, les expropriations courantes, le meurtre de plus de 2000 civils , le bouclage des villes qui conduit le peuple palestinien à une terrible paupérisation , la politique du fait accompli enfin : de ces faits bruts, incontestables, il n’a jamais été question.
Charles Villeneuve présente une réalité parcellaire et tronquée à seules fins de légitimer la politique d’Ariel Sharon, avec qui il ne cache pas d’ailleurs ses liens d’amitié. Sans doute faudrait-il rappeler à Charles Villeneuve à la mémoire sélective qu’Ariel Sharon a été reconnu coupable de crimes de guerre par des Organisations de défense des droits humains (Human Rights Watch ou Amnesty international) qui ne sauraient être soupçonnées de collusion avec un quelconque mouvement terroriste. Vingt ans plus tôt, la responsabilité de Sharon dans les massacres de Sabra et Chatila fut établie par une assemblée de son propre pays.
De surcroît, Olivier Rafowitz, le responsable des relations presse de l’armée israélienne est apparu dans cette émission grimé…en para-commando ! Cette manipulation grossière qui tient de la propagande achève de discréditer l’œuvre et son auteur.

Charles Villeneuve a fustigé "l’importation" du conflit en France , mais son reportage totalement dénué de nuances et d’un parti pris évident est justement propre à attiser les tensions. Plus encore, nous considérons que le regard complaisant qu’il porte sur une armée coupable de crimes de guerre et engagée dans une guerre coloniale est constitutif d’une incitation à la haine et à la violence contre le peuple palestinien

La couverture du conflit israélo-arabe par le site TFI.fr est à l’avenant. Léonard Vincent se livre à un portrait dithyrambique du film "Décryptage" réalisé par Jacques Tarnero et Philippe Benssoussan. Ce document à charge qui procède d’une succession d’omissions volontaires vise à présenter la vision israélienne du conflit comme seule recevable, reprenant à son compte les arguments de Sharon (accusant Arafat de tous les maux). Pour avoir osé dénoncer les exactions israéliennes, certains médias français sont accusés d’"antisémitisme". A propos de "Décryptage", Libération considère ainsi à juste titre qu’il s’agit d’une "entreprise de désinformation militante".
Léonard Vincent conseille par ailleurs la lecture d’u livre intitulé "Contre-expertise d’une mise en scène" de Gérard Huber. On nous précise que l’auteur est correspondant permanent à Paris de la Metula News Agency…en omettant toutefois de préciser qu’il s’agit d’une agence de presse israélienne. Dans son ouvrage, Huber remet en cause les conditions du décès du petit Mohamed Al Dura, dont la mort filmée en direct a bouleversé le monde. On croyait que le paroxysme de l’ignominie avait été atteint lorsque le père de l’enfant fut accusé d’avoir mis en scène la mort de son fils. On s’aperçoit que la propagande des sionistes radicaux ne recule devant aucune méthode fut elle indigne au point de mettre en doute la réalité même de la mort de l’enfant !
Qu’une telle désinformation -aussi indigeste qu’elle puisse être- soit à l’œuvre, cela n’a rien d’étonnant. Il est néanmoins extrêmement choquant de voir TF1 associée à une telle propagande.

Nous, citoyens français soucieux de paix et de justice souhaitons dire notre désapprobation et notre vive inquiétude face à de tels manquements constatés aux règles élémentaires de la déontologie journalistique.
A l’heure où des radicaux revendiquent l’attaque simultanée de 12 mosquées , nous demandons à la Direction de TF1 et de TF1.fr une vigilance accrue afin que cesse la diffusion de programmes de désinformation qui sèment les germes de la haine et de la guerre.

Publicité

Auteur : Fatiha K

commentaires