Afshan Azad, à l’affiche d’Harry Potter, victime d’une vendetta familiale

La jeune actrice anglaise de 22 ans, Afshan Azad, alias Padma Patil sur grand écran aux côtés du gentil sor

mercredi 7 juillet 2010

La jeune actrice anglaise de 22 ans, Afshan Azad, alias Padma Patil sur grand écran aux côtés du gentil sorcier aux milliers de fans, Harry Potter, rêverait certainement que la fiction surnaturelle et la réalité ne fassent qu’un, la dotant de pouvoirs magiques à même de déjouer une vendetta familiale digne des pires scénarios moyenâgeux.

Les épreuves de la vraie vie dépassent souvent toutes les sagas cinématographiques fantastiques, et en lieu et place de sorciers maléfiques, ce sont un père et un frère qui poursuivent de leur haine aveugle leur propre fille et sœur, pour lui infliger le châtiment fatal en punition de sa liaison au grand jour avec un jeune indien hindouiste, alors qu’elle est musulmane.

Contrainte de fuir son domicile de Manchester, toutes affaires cessantes, après avoir reçues des menaces de mort proférées par ses plus proches parents, jusqu’à être agressée chez elle par son frère, Afshan Azad s’est réfugiée chez des amis à Londres.

Incarcérés, les deux assassins en puissance ont finalement été libérés sous caution, et sous conditions : « leur libération est assortie de l’obligation d’un couvre-feu entre 23 heures et 6 heures et les deux hommes ne doivent pas voyager à Londres, ni essayer d’entrer en contact avec l’actrice ».

La justice tranchera à la fin du mois de juillet une sombre affaire d’honneur, qui fait ressurgir des profondeurs de l’obscurantisme un temps que plus personne ne veut voir renaître, et qui altère gravement l’image et le message de l’islam en Occident.

Publicité

commentaires